Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Avenger

Chronique de The Avenger

Amon Amarth  - The Avenger (Album)

Du riff et de l'hydromel!



Les années 2000 ont vu l'essor d'un style de metal particulier: le viking-metal. Bien sûr, je parle ici d'une explosion de groupes, je ne reviens pas sur le fait que Bathory avait marqué les prémices, et ce bien avant les années 2000. Quoiqu'il en soit, Amon Amarth figure parmi les groupes les plus respectés de la sphère viking-metal, à grand renfort d'albums à la fois puissants, rageurs et mélodiques.
Ici, c'est sur The Avenger que nous nous pencherons.

Outre le visuel purement guerrier (obligatoire dans le style) et au final somme toute assez classique, la musique de ces suédois se révèle avec sept solides compositions (si on excepte le titre bonus). Ici, point de frioritures, le tout se veut compact, puissant et surtout mélodique. Tout comme sur les précédents efforts d'Amon Amarth, les riffs inspirés et vraiment prenants s'allient à une rythmique lourde, dans la plus pure tradition de ces suédois. Bien que le chant hurlé de Johann Hegg appuie le côté extrême des morceaux de The Avenger, ceux-là sonnent moins "violent" que sur la suite de la discographie. Ce constat se veut surtout par une propension dans l'utilisation de rythmiques moins brutales que précédemment (attention, je n'ai pas dit mid-tempo!), bien que copieusement arrosée de blasts et autres accélérations de tempo.

Les sept morceaux de The Avenger sont une nouvelle fois une véritable ôde à la mythologie scandinave, à la gloire de ces valeureux guerriers vikings. Autant au niveau des textes que dans la musique elle-même, Amon Amarth parvient toujours à embarquer son auditeur dans ces récits guerriers, au beau milieu de drakkars et autres combats épiques! Le résultat est vraiment très accrocheur, difficile de blâmer un groupe qui se tient autant à son concept...

Alors bien sûr, The Avenger est un pur album d'Amon Amarth, difficile de constater du neuf au fil de ses sorties, mais les morceaux sont tellement bien fichus ("Bleed For Ancient God's", "The Last With Pagan Blood", "Avenger"...) qu'on en redemande! Autre chose qui peut rebuter certains, les refrains sont ici bien moins accrocheurs (mais pas moins bons) que les récents enregistrements.


Au final, se pencher sur The Avenger aujourd'hui nous permet de visualiser l'évolution d'Amon Amarth, partis de rien ou presque pour en arriver là où ils en sont aujourd'hui: un poids lourd du metal européen. Les sept compositions de cet opus nous balancent des riffs purement excellents, au milieu d'une rythmique copieuse. Johann Hegg s'en tire vraiment très bien grâce à une nouvelle démonstration de puissance vocale. Certes moins accrocheur que les dernières productions, The Avenger se doit de compter parmi votre liste des "tueries viking-metal"!

(0) Modifier l'article
par kumelia, le 11 novembre 2009
Voir toutes les chroniques de kumelia

La fureur des hommes du nord ...



Il n'aura pas fallu longtemps à Amon Amarth pour trouver un digne successeur à son premier opus ! Avec « The Avenger » il revient en trombe, nous proposant une œuvre apparemment aussi brève que son délai de production ... Par ailleurs, les Suédois se sont fait le luxe d'un nouveau musicien au sein de leur formation, ainsi le guitariste Johan Söderberg est venu remplacer Anders Hansson, qui, on peut supposer, est parti prendre des cours de guitare ... Quoi qu'il en soit, la dernière création du groupe manquant cruellement de consistance, il serait souhaitable que les musiciens aient modifié un peu leur recette, l'histoire de nous satisfaire avec ce nouveau disque.

Un nom explicite, un artwork évocateur, une ouverture toute en finesse : ça s'annonce violent aujourd'hui ! Les hostilités s'engagent donc avec un « Bleed For Ancient Gods » qui s'inscrit clairement dans la lignée des productions antérieures du combo. En effet, le Suédois sont bien décidés à nous en mettre plein la vue, carburant à coup de riffs guerriers et de mélodies simplistes mais efficaces. Et ça marche ; jusqu'à la troisième piste où l'on commence vraiment à manquer d'air, car si les musiciens ont l'air d'attacher beaucoup d'importance à leurs origines, ils réduisent la civilisation viking au bête cliché du guerrier – condamnant d'un coup toute la beauté et la richesse de ce peuple, banissant d'emblée tout espoir d'entendre autre chose que des morceaux agressifs et violents ...

Le reste n'est malheureusement pas meilleur. On a bien comprit que le groupe se concentre uniquement sur l'aspect martial et épique des vikings, cependant ça devient vite lourd à la fin : aucuns changements, une pauvreté musicale lassante ... Que dire, sinon que le talent d'un artiste réside dans sa capacité à être éclectique et à pouvoir restituer des atmosphères différentes, et qu'Amon Amarth c'est tout sauf ça. Les Suédois se confinent dans un viking metal mou aux allures de death mélodique essoufflé ; rien de très folichon.

Cependant certains trouveront dans cet opus de quoi satisfaire leurs fantasmes guerriers et leur soif de sang. Le chant de Johann Hegg fait plus de ravages que jamais, conférant à la musique toute sa puissance. Son timbre caverneux qui oscille entre sonorités death et black est le fer de lance du groupe depuis ses débuts. Il fallait au moins cela pour combler la pauvreté des parties instrumentales où les guitares continuent de broder des riffs redondants sur une batterie rageuse mais sans intérêt. Les morceaux ont donc tous la même allure, pas mal construits mais pas excellents pour autant. Et si certains sont entrainants, aucun ne respire le talent ...

Sans la finesse d'Ensiferum, sans la folie de Finntroll, c'est ainsi qu'Amon Amarth revient brutalement sur la scène en cette belle année 1999 ! Malheureusement un manque profond de diversité au sein de « The Avenger » fera de lui un album des moins passionnants qui souffre d'une pauvreté harmonique et technique difficilement rattrapable ... Mais il semble que malgré sa musique minimaliste, le groupe saura toujours dégager une aura guerrière et une image marquante qui fera de lui un des combos majeurs du genre. "The Avenger" satisfaira tout les auditeurs en quête de violence primitive mais lassera très vite les adeptes de musique inspirée et immersive.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




The Avenger - Infos

Voir la discographie de Amon Amarth
Infos de The Avenger
acheter sur Amazon
Sortie : 2 septembre 1999
Genre : Death Metal Mélodique
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Bleed for Ancient Gods (04:31)paroles de Bleed for Ancient Gods
2. The Last With Pagan Blood (05:39)paroles de The Last With Pagan Blood
3. North Sea Storm (04:56)paroles de North Sea Storm
4. Avenger (07:11)paroles de Avenger
5. God, His Son and Holy Whore (04:00)paroles de God, His Son and Holy Whore
6. Metalwrath (03:50)paroles de Metalwrath
7. Legend of a Banished Man (06:05)paroles de Legend of a Banished Man
écouter : Ecouter l'album

Amon Amarth

Amon Amarth
Amon Amarth
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Axioma Ethica Odini
Axioma Ethica Odini
2010

Chronique de Frost
Frost
1994

Enslaved
Enslaved
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Nordland II
Nordland II
2003

Chronique de Nordland I
Nordland I
2002

Chronique de Hammerheart
Hammerheart
1990

Chronique de Blood Fire Death
Blood Fire Death
1988

Bathory
Bathory
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de The Halls Of Eternity
The Halls Of Eternity
1999

Ancient
Ancient
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Ur Jordens Djup
Ur Jordens Djup
2007

Chronique de Nattfödd
Nattfödd
2004

Finntroll
Finntroll
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Rapports de concerts: