Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de 3

Chronique de 3

Soulfly  - 3 (Album)

L'âme volante vole haut, se cogne la tête et fait une chute.



3 n’est pas le meilleur album de Soulfly, bien loin de là. Si l’éponyme et Primitive marquaient le renouveau d’un Max Cavalera flambant neuf, brandissant fièrement les tics incessants de la fin des années 90, le neo metal. Ce qu’on peut dire vis-à-vis du line-up de Soulfly dès l’enregistrement de cet opus est assez vague, le nombre d’invités est impressionnant, mais on sait néanmoins que Max s’entoure de Marcelo D. Rapp, Roy Maryorga et de Mikey Doling.
Les frasques de Cavalera continuent.

Après deux premières pochettes d’albums ensoleillées, nettement reggae, Max a décidé que la pochette de « 3 » symboliserait l’om, signe de la religion indienne. On constate avec regret ( ?) que l’époque Arise/Beneath The Remains et des illustrations signées Michael Whelan est désormais enterrée. Max n’a plus sa longue chevelure crasseuse, il est fier de brandir ses dreadlocks. Mais ici, la mode des dreadlocks des années 90 avec Zack De la Rocha (RATM), Jonathan Davis, mais aussi l’influence spirituelle du frontman brésilien Bob Marley, aura eu raison de la musique de Soulfly. A cette époque, la musique du combo commençait à tourner en rond et Max allait tenter le tout pour le tout. Mais cela ne veut pas dire que ça a porté ses fruits.

L’album démarre sur un illusionniste Downstroy et un entêtant Seek And Strike. Ces premières chansons sont les plus marquantes de l’opus, encore maintenant ce sont les seules chansons à être jouées en concert, et pour cause. L’atmosphère se cherche, devient lourde car trop répétitive et cela a le don d’agacer. Même si on pouvait s’écœurer d’aussi peu de technique instrumentale sur les sorties d’antan, certaines compositions avaient le don d’envoyer sec. Anecdotiquement, le groupe a placé un titre d’une minute de silence, 9-11-01, en hommage aux victimes des attentas du 11 septembre. Est-ce par hommage ou par manque d’inspiration sur 3 ?

Ce n’est ni la reprise de Chico Science, Sangue De Bairro, ni la participation de Christian Machado, chanteur d’Ill Nino, sur One, qui changera la qualité de l’album. Malgré de bonnes idées, les compositions se fanent, l’énergie est à la baisse et Soulfly donne l’impression de ne plus savoir quoi faire. On verra la réaction d’orgueil de « l’âme volante » avec un léger mais solide Prophecy deux années plus tard.

Et bien entendu, le « projet » de Max Cavalera en subira les conséquences. Le brésilien remaniera, à sa façon, sa conception de Soulfly. Ici, 3 montre les défauts que Soulfly a accumulé au fil des années, choisissant parfois (un peu trop souvent ?) la facilité musicale. Même l’instrumental éponyme n’arrive pas à la cheville de ses précédentes parties, Soulfly III montre une pauvreté et une naïveté jamais vu auparavant.

3 est donc un album à bannir et à oublier vite !

(0) Modifier l'article
par Choko, le 25 décembre 2009
Voir toutes les chroniques de Choko


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




3 - Infos

Voir la discographie de Soulfly
Infos de 3
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired