Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de King Of The Kill

Chronique de King Of The Kill

Annihilator  - King Of The Kill (Album)

 6 
10

King nothing ?



On ne donnait pas cher de la peau de Jeff Waters viré à grand coup de pied avec Annihilator de la maison Roadrunner, en une période trouble où le thrash ressemblait à une bête difforme, un animal né malformé que l'on devait abattre. Simple question d'éthique. Le grunge est passé par là et il n'y a plus trace de fun dans la musique. Annihilator avait déjà tenté le destin en 1993 avec Set The World On Fire, et le disque avait fait un flop.

Mais Jeff Waters n'est pas le genre de personne que l'on fait taire aussi facilement. Le gaillard a du répondant et surtout, une volonté de fer. Annihilator est son bébé et Annihilator sera, même s'il doit tout faire tout seul. Ce qui est presque le cas pour Kill Of The King, où Waters est juste accompagné par le solide Randy Black derrière les fûts. Fort d'une signature sur le label Music For Nations (alors en pleine expansion grâce à ses signatures européennes), c'est en confiance que le Canadien revient à la charge.

Mais de savoir Waters seul maître à bord n'est pas un gage du retour aux sources souhaité par de nombreux fans. Même si la pochette se veut agressive (et on notera la présence des poupées de chiffon, indissociables du groupe depuis le premier opus, Alice In Hell en 1989), le discours musical se veut plus réfléchi. Sans nous refaire le même coup que sur Set The World On Fire, Waters n'explore pas systématiquement les contrées désolées du thrash, il parcourt d'autres pays, guère moins moribonds en ce début de décade, ceux du heavy metal.

Et le disque débute par un exercice basse/batterie lourd, lent, pesant. La guitare s'invite et ajoute du poids à l'ensemble. Jeff pose alors sa voix, grave, rude. Même s'il ne sera pas aussi marquant que ses prédécesseurs, sa présence derrière le micro est plutôt solide et son chant fonctionne à merveille sur ce disque. Et The Box est une entrée en matière pour le moins heavy. Le titre dégage une force hypnotique, dans la façon dont son agencés les riffs et autres effets de guitare, que l'on retrouvera tout au long du disque (comme pour le morceau Annihilator, au refrain cliché à souhait). Et quand le "groupe" met le feu aux poudres, les détonations sont assourdissantes. King Of The Kill est à ce titre l'une des (nombreuses) perles de Annihilator, une décharge de chevrotine dans la face qui fait des ravages. Rythme effréné, une guitare rêche et agressive comme on les aime, une double grosse caisse qui pilonne sans répit, un chant tout juste maîtrisé, gras et éraillé à la fois... Un classique pour Waters, encore fréquemment joué de nos jours. On peut également mentionner Hell Is A War en trompe-l'oeil, où les parties calmes font partie d'un ensemble chaotique et mouvementé, où la violence s'allie à des paroles un peu formatées, un peu ado, mais qui collent bien à l'ambiance développée.

Annihilator sort la tête de l'eau, même s'il avale encore la tasse par moment. La ballade In The Blood se veut être un exercice de style, un passage obligé, mais on sent que Waters y atteint ses limites dans le chant et dans l'inspiration. Des intermèdes musicaux s'immiscent dans l'album, inutiles, et viennent casser la dynamique des morceaux qui ne sont pas tous égaux. On retrouve diverses sources d'inspirations, des titres à l'esprit plus rock'n'roll comme Speed où la rythmique groovy n'est pas sans rappeler Van Halen et d'autres qui peinent à démarquer en raison de leur conformisme (Second To None).

Si l'on veut faire un rapprochement audacieux, on peut dire que Jeff Waters essaye de faire la même chose que Judas Priest dans la première moitié des années 80, à savoir proposer des disques variés, où les morceaux proposent chacun une saveur différente. L'idée semble là. La qualité, elle, n'est malheureusement pas toujours au rendez-vous. Mais en 1994, le simple fait de savoir qu'Annihilator était encore en vie était suffisant pour les fans. Et avec le recul, si l'on reproche des faiblesses à l'ensemble, il convient de reconnaître qu'il contient quelques brûlots dont l'efficacité n'est plus à prouver.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


la pochette je la trouve a chier,et pourtant cet album fut mon 1er d'Annihilator..je m'en suis jamais remis,j'avais enfin trouvé le son de gratte propre a mes goûts.et Waters au chant est pas mauvais du tout,il dira plus tard qu'il en a chié a chanter et jouer en même temps,et que ça l'épuisait..
sam. 15 mai 10- 23:43  


King Of The Kill - Infos

Voir la discographie de Annihilator
Infos de King Of The Kill

Sortie : 10 octobre 1994
Genre : Thrash Metal
Label : Music For Nations
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. The box (5:31)à écouter en premierparoles de The box
2. King of the kill (3:12)culte !culte !listenparoles de King of the kill
3. Hell is a war (5:20)à écouter en premierparoles de Hell is a war
4. Bliss (0:51)paroles de Bliss
5. Second to none (5:16)paroles de Second to none
6. Annihilator (4:28)paroles de Annihilator
7. 21 (4:25)paroles de 21
8. In the blood (4:19)paroles de In the blood
9. Fiasco (the slate) (0:08)paroles de Fiasco (the slate)
10. Fiasco (3:55)paroles de Fiasco
11. Catch the wind (3:49)paroles de Catch the wind
12. Speed (4:37)paroles de Speed
13. Bad child (3:38)paroles de Bad child
écouter : Ecouter l'album

Annihilator

Annihilator
Annihilator
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Megadeth
Megadeth
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Van Halen
Van Halen
1978

Van Halen
Van Halen
Voir la page du groupe
Création : 1972
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis


Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Seven Years...
Seven Years...
2009

Chronique de Beyond the Mirrors
Beyond the Mirrors
2008

Broken Mirrors
Broken Mirrors
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Thrash Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Machine Messiah
Machine Messiah
2017

Chronique de Kairos
Kairos
2011

Chronique de A-Lex
A-Lex
2009

Chronique de Dante XXI
Dante XXI
2006

Sepultura
Sepultura
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts: