Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Stop At Nothing

Chronique de Stop At Nothing

Dying Fetus  - Stop At Nothing (Album)

 6 
10

Le foetus meurt



La sortie de l’énorme Destroy The Opposition en l’an 2000 n’aura pas retenu les membres de Dying Fetus. Quelques temps après que Destroy vit le jour, Jason Netherton, alors dans le groupe depuis ses débuts, quitte la bande. Mais ce n’est pas tout, puisque les autres membres, Kevin Talley et Sparky Voyles partent fonder Misery Index avec Netherton. Pas découragé pour autant, le chauve, John Gallagher, recrute Vince Matthews pour assurer le chant, Sean Beasley à la basse et quelques parties vocales, Mike Kimball à la deuxième guitare, ainsi que le batteur Erik Sayenga, présent en 1996 lors de la tournée du fœtus mourant aux travers des Etats-Unis avec Monstrosity et Kataklysm.

Malgré ce remu ménage dans les rangs de Dying Fetus, John Gallagher a décidé de rester dans une optique de stabilité pour la sortie de « Stop At Nothing » en 2003. Steve Carr est de nouveau sollicité pour la production et cela, même après un travail acharné sur la précédente prod’, ne comble pas les attentes. Si Destroy The Opposition semblait atteindre par son côté percutant, dû à un mur de son impressionnant, Stop At Nothing se veut plus sec, un peu plus crasseux et moins rentre-dedans.

La formule du fœtus est pourtant la même, ce n’est pas un « One Shot, One Kill » dévastateur qui dira le contraire. Mais il semblerait que la troupe de John peine à montrer le visage qu’on lui connaissait auparavant. Le duo vocal Matthews/Gallagher ne fait pas ressortir la magie qui opérait entre Netherton et le grand chauve, et même si les quelques parties vocales de Beasley donnent un coup de fouet à l’image d’ « Institutions Of Deceit », le rendu est trop linéaire et ennuyeux.

Ennuyeux dans le sens où Dying Fetus a toujours réussi à atteindre une sorte d’enthousiasme depuis la sortie de Killing On Adrenaline. On attendait une sortie digne de ce nom, mais les changements de line-up auront raisons de la qualité de ce moyen « Stop At Nothing ». Et il faudra attendre War Of Attrition pour retrouver les mecs du Maryland en grande forme.

Car oui, sans qu’il ne soit un bide complet, l’opus contient toujours cette technique que l’on reconnait chez Dying Fetus. Une brutalité technique qui nous laisse bouche-bée, mais là où les riffs de Gallagher auraient explosé la tronche à n’importe qui sur les albums d’antan, ici, on a parfois l’impression que le pauvre John balance sans trop savoir où il va.

« Stop At Nothing » est un album comme tant d’autres dans le paysage musical du death. Dying Fetus donne l’air affaibli des départs incessants depuis ces dernières années et pond un album en conséquent. Cette erreur de parcours ne sonne pas la fin du fœtus mourant qui reviendra, quatre ans après, avec « War Of Attrition » et le départ de Vince Matthews et d’Erik Sayenga, tout deux partis fondés Convenance.

(0) Modifier l'article
par Choko, le 28 décembre 2009
Voir toutes les chroniques de Choko


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Stop At Nothing - Infos

Voir la discographie de Dying Fetus
Infos de Stop At Nothing
acheter sur Amazon
Sortie : 13 mai 2003
Genre : Death Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Schematicsparoles de Schematics
2. One Shot, One Killécouterlistenparoles de One Shot, One Kill
3. Institution of Deceitparoles de Institution of Deceit
4. Abandon All Hopeparoles de Abandon All Hope
5. Forced Eliminationparoles de Forced Elimination
6. Stop at Nothingparoles de Stop at Nothing
7. Onslaught of Maliceparoles de Onslaught of Malice
8. Vengeance Unleashedécouterparoles de Vengeance Unleashed
écouter : Ecouter l'album

Dying Fetus

Dying Fetus
Dying Fetus
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Heirs to Thievery
Heirs to Thievery
2010

Chronique de Traitors
Traitors
2008

Misery Index
Misery Index
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Monstrosity
Monstrosity
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Kataklysm
Kataklysm
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Death Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Titan
Titan
2014

Chronique de The Great Mass
The Great Mass
2011

Chronique de Communion
Communion
2008

Chronique de Mystic Places of Dawn
Mystic Places of Dawn
1994

Septicflesh
Septicflesh
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Grèce

Rapports de concerts: