Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Digimortal

Chronique de Digimortal

Fear Factory  - Digimortal (Album)

 5 
10

Mortel, je sais pas.



Inutile d'y aller par des chemins détournés, autant jouer franc-jeu : Digimortal est un disque mal aimé par une partie des fans de Fear Factory... tandis que la seconde le considère comme l'un des meilleurs, sinon LE meilleur. Chacun a ses arguments et tous les font valoir, mais qui détient réellement la vérité sur cet opus ?

Il faut dire qu'avec deux grands frères qui n'ont pas oublié les cojones au vestiaire, Digimortal fait un peu mou. Pensez ! Comment soutenir la comparaison en débutant avec un morceau aussi passe-partout que What Will Become là où d'autres commençaient avec une injection de testostérone, Demanufacture ou Shock, des boucheries qui taillent dans le gras, pièces de violence jusqu'au-boutistes. Au moins, Fear Factory annonce clairement la couleur. Le groupe opte pour une approche plus mélodique, avec un Burton C. Bell qui module son chant et qui prouve clairement qu'il n'est pas qu'un grogneur. D'ailleurs, il ne faut pas s'attendre à de vocalises typées death metal, elles sont quasi inexistantes. En revanche, on peut se demander si le neo metal n'a pas eu une quelconque influence sur le style de Bell, qui appuie sa voix, la module pour passer d'un phrasé hurlé à un autre, plus mélodieux, tout en contraste.

Le disque passe très rapidement ; la plupart des titres n'atteignent pas les quatre minutes et ne proposent pas un panel varié de riffs. Fear Factory donne l'impression de tourner en rond dans le meilleur des cas, s'auto-caricaturer dans le pire. Ainsi, le bon côtoie le moyen, voire le mauvais et les menus défauts ressortent de façon affolante : Dino Cazares s'enferme dans un jeu de guitare qui perd rapidement de sa puissance et devient stérile et là où il aurait du assurer la bonne tenue de l'ensemble, s'égare pour laisser une impression d'inachevé. Là où Demanufacture avait placé la barre très haut et où Obsolete avait essayé d'enfoncer le clou, Digimortal parait vide de sens. On ne retrouve pas cette tension, cette impression que Fear Factory joue avec nos nerfs en esquissant un monde lugubre, froid et ce, avec une précision chirurgicale. Et c'est cette ambiance qui fait cruellement défaut au groupe sur ce disque. Le concept développé sur les deux opus précédent perd toute sa saveur, retombe comme un soufflé trop cuit.

Cependant, quand on prend certains morceaux individuellement, on tombe sur des petites pépites, comme ce Linchpin lourd et groovy avec une légère touche indus. Burton C. Bell livre là sa meilleure prestation, entre mélodie et agressivité, avec un refrain bien amené et surtout, très efficace. On peut aussi mentionner Back The Fuck Up, qui sur papier est synonyme d'hérésie, mais qui finalement se fond bien avec le reste. Doté d'une approche plus hip hop, il s'agit en fait d'un duo avec B-Real de Cypress Hill qui est également crédité pour les paroles. Un exercice de style qui sent l'action commerciale à plein nez, mais qui vaut bien plus que d'autres morceaux de cette galette, simplement insignifiants.

Digimortal n'est pas facile à aborder. La pochette est laide, on s'en cogne. Le contenu est accessible et paradoxalement, ne donne pas envie de rentrer dedans. Et ça, c'est bien plus grave. Une erreur de parcours, assurément, mais de là à vider de l'essence dessus pour y mettre le feu... Le groupe splittera dans un maelström de tension quelque temps plus tard, avec un Burton C. Bell qui jurait ses grands dieux qu'on ne le reprendrait plus à jouer avec cet enfoiré de Cazares..." Mouais mouais mouais...



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


La pochette est laide, on s'en cogne


Ha ha ba pas trop non parce qu'elle est vraiment laide!

Très bonne chronique, ce Digimortal est effectivement très moyen. Tu dis bien ce que je pense: Fear Factory tourne en rond. 5/10 aussi

jeu. 11 juin 09- 19:08  
J'écoutais cet album est c'est vrai qu'il est plat, trop linéaire... Dommage...
jeu. 28 avril 11- 22:48  


Digimortal - Infos

Voir la discographie de Fear Factory
Infos de Digimortal
acheter sur Amazon
Sortie : 2001
Genre : Indus
Label : Roadrunner Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. What Will Become? (3:24)à écouter en premierparoles de What Will Become?
2. Damaged (3:03)paroles de Damaged
3. Digimortal (3:04)à écouter en premierparoles de Digimortal
4. No One (3:37)paroles de No One
5. Linchpin (3:25)culte !culte !paroles de Linchpin
6. Invisible Wounds (Dark Bodies) (3:54)paroles de Invisible Wounds (Dark Bodies)
7. Acres Of Skin (3:55)paroles de Acres Of Skin
8. Back The Fuck Up (3:10)à écouter en premierparoles de Back The Fuck Up
9. Byte Block (5:21)paroles de Byte Block
10. Hurt Conveyor (3:42)paroles de Hurt Conveyor
11. (Memory Imprints) Never End (6:48)paroles de (Memory Imprints) Never End
écouter : Ecouter l'album

Fear Factory

Albums chroniqués :
Chronique de Mechanize
Mechanize
2010

Chronique de Transgression
Transgression
2005

Chronique de Archetype
Archetype
2004

Chronique de Digimortal
Digimortal
2001

Fear Factory
Fear Factory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de City
City
1997

Chronique de Heavy as a Really Heavy Thing
Heavy as a Really Heavy Thing
1995

Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada


Albums chroniqués :
Chronique de Bringer of Plagues
Bringer of Plagues
2009

Chronique de Bleed the fifth
Bleed the fifth
2007

Divine Heresy
Divine Heresy
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Years In The Darkness
Years In The Darkness
2009

Arkaea
Arkaea
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Indus
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Liebe Ist Für Alle Da
Liebe Ist Für Alle Da
2009

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Reise, Reise
Reise, Reise
2004

Rammstein
Rammstein
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Pain
Pain
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Indus
Origine : Suède

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Educated Horses
Educated Horses
2006

Chronique de Hellbilly Deluxe
Hellbilly Deluxe
1998

Rob Zombie
Rob Zombie
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

The CNK
The CNK
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts: