Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Astro-Creep: 2000

Chronique de Astro-Creep: 2000

White Zombie  - Astro-Creep: 2000 (Album)

Ca pue le foutre et les dread locks dans le coin !!!



L'année 1995 fleurit musicalement avec des tubes comme "Pour que tu m'aimes encore" de Céline Dion ou encore le très industriel "Scatman", carton du regretté John Scatman. Fit partie de ces années, où le paysage musical mondial découvrit la techno, ou comment l'homme réussit a vendre des disques tout en restant chez soi à réaliser des compos minables pour en faire des tubes (de dentifrice) et tringler des pétasses dans les chiottes d'une discothèque moisie et colorée. Mais les années 90 ont aussi été garnies avec le succès grandissant de groupes comme Marilyn Manson, Fear Factory ou Nine Inch Nails qui faisaient l'unanimité à l'époque. Mais les maîtres incontestables de l'indus, sortant des marécages et dévorant les rêves (et les chattes) des filles de l'époque, Rob Zombie ...oups... je devrais dire, White Zombie.

Et bien oui, White Zombie en plus de son rock 'n roll whiskyteux, était manié d'une main de génie par le délirant, Rob Cummings. Bien entendu, nous avons toujours le droit à la charmante et ensorcelante présence de Sean Iseult à la basse. La séduisante bassiste effectue un travail rythmique impressionnant, tout ceci agrémenté par la puissance, l'aisance et la facilité de la frappe de John Tempesta (Exodus, Testament, Helmet). Jay Yuenger, alias "J", est d'une intensité ahurissante et apporte à cet album, une créativité des plus chaotiques (Grease Paint And Monkey, pour ne citer que cette chanson).
Avec un titre comme "Super-Charger Heaven", reprit en cœur ("Devilman, Deyilman, calling devilman running my head, yeah!") ou un "More Human Than Human", la bande de zombie nous offre là des hits de qualités ! (Pour que tu m'aimes encooooooooooooooooooooooooore)
Le son de White Zombie est beaucoup plus heavy que sur le précédent opus du groupe, La Sexorcisto, dû à la présence d'un certain Terry Date à la production (Pantera, Deftones) qui y est sans doute pour quelque chose !
Mais qui dit indus, dit ? ... Bon ok, vous ne suivez pas. Donc je recommence et qui dit indus diiiiiiiiit : un peu d'électroniques (à toi, Boris !!!). Hurlements de jouissance, passages dantesques, rires mesquins et manèges enchantés, tout est là pour passer un bon moment en compagnie d'un copain Jack Dan', d'une bonne dose d'humour noir et d'un sourire morbide.
Le seul point négatif de cet album repose sur le fait que Creature Of The Weel est un titre bien en dessous du niveau proposé par la bande de Haverhill, comparé à un Electric Head pt1 ou Blur The Technicolor.
La voix Indus de Rob Zombie, apportant sa touche disparate et libidineuse, nous plonge dans un état second de sordidité, et on en veut plus. Avec des paroles provocatrices (I, Zombie) et gores (Grease Paint And Monkey Brains), le maître Rob, nous lance dans un voyage macabre et brumeux. La fin de l'album parait pourtant si proche avec un titre clôturant parfaitement ce moment d'extase avec "Blood ,Milk And Sky" et ses sonorités orientales envoûtantes et planantes. L'album qui dure pourtant 52min nous semble pourtant si court, de part ce génie et cette facilité à nous faire hocher la tête avec un puissant El Phantasmo and The Chicken-Run Blast O-Rama, malsain à souhait.

Notre bande de morts-vivants réalise donc là un album presque sans défaut qui sera accueillit avec tout le mérite qui lui était dû à l'époque et les places au panthéon du rock. Un moment intense où la communion entres l'au delà et votre esprit fusionneront pour vous pétez la tronche de manière divine. Troublant de sens, véritable chef d'œuvre indus, cet Astro Creep: 2000 - Songs of Love, Destruction and Other Synthetic Delusions of the Electric Head (Rob aime tout ce qui est long) démontre au monde entier l'étendue des talents de composition des zombies blancs. Nous bottant littéralement le cul, claquant sur les fesses des demoiselles, venant tout droit d'un livre de Stephen King, ou encore à la manière d'un Freddy Krueger, hantera vos nuits, se nourrissant de votre peur, jusqu'à ce que vous vous prosterniez devant cet album culte !

(0) Modifier l'article
par Choko, le 30 avril 2009
Voir toutes les chroniques de Choko


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Selon moi, c'est un album qui,qualitativement, joue aux montagnes russes. Si, effectivement il y a des morceaux d'anthologies (More Human Than Human"), ces derniers côtoient toujours des réalisations qui donnent une fâcheuse impression de remplissage ("Blur The Technicolor"). reste que ce disque vaut le détour.
mar. 19 oct. 10- 11:07  
Putain, Exo', tu dépoussières du dossier là. Ca faisait longtemps que j'avais pas vu c'te chronique. Elle fait partie de mes premières.
Concernant l'album, le côté "montagnes russes" me fait le même effet que toi. En soi, les morceaux sont très bons, mais certains (comme More Human Than Human pour suivre ton exemple) sont au dessus du lot, ce qui donne cet effet.

mar. 19 oct. 10- 11:31  
Je n'ose même pas imaginer si tout l'album avait été du niveau de "More Human Than Human"... Un classique indétrônable, sans doute. Quelle partie de slide quand même...!
mar. 19 oct. 10- 11:36  


Astro-Creep: 2000 - Infos

Voir la discographie de White Zombie
Infos de Astro-Creep: 2000
acheter sur Amazon
Sortie : 11 avril 1995
Genre : Indus
Playlist :
1. Electric Head Pt. 1 (The Agony)
2. Super-Charger Heaven
3. Real Solution #9
4. Creature Of The Wheel
5. Electric Head Pt. 2 (The Ecstasy)listen
6. Grease Paint And Monkey Brains
7. I Zombie
8. More Human Than Humanlisten
9. El Phantasmo And The Chicken Run Blast-o-Rama
10. Blur The Technicolorlisten
11. Blood, Milk, And Sky
écouter : Ecouter l'album



White Zombie

White Zombie
White Zombie
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Indus
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Educated Horses
Educated Horses
2006

Chronique de Hellbilly Deluxe
Hellbilly Deluxe
1998

Rob Zombie
Rob Zombie
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Marilyn Manson
Marilyn Manson
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Mechanize
Mechanize
2010

Chronique de Transgression
Transgression
2005

Chronique de Archetype
Archetype
2004

Chronique de Digimortal
Digimortal
2001

Fear Factory
Fear Factory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Downward Spiral
The Downward Spiral
1994

Chronique de Broken
Broken
1992

Nine Inch Nails
Nine Inch Nails
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Testament
Testament
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Helmet
Helmet
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Koi No Yokan
Koi No Yokan
2012

Chronique de Diamond Eyes
Diamond Eyes
2010

Chronique de Saturday Night Wrist
Saturday Night Wrist
2006

Chronique de White Pony
White Pony
2000

Deftones
Deftones
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Day Of Reckoning
Day Of Reckoning
2011

Destruction
Destruction
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Thrash Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: