Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Koi No Yokan

Chronique de Koi No Yokan

Deftones  - Koi No Yokan (Album)

 8 
10

Du parti pris et de la classe



Le retour réussi de Deftones avec Diamond Eyes avait démontré une nouvelle fois que l’étalon américain n’était pas groupe à se laisser aller, toujours dans une constante redéfinition de sa musique et de ses frontières, travaillant le son et la composition en sachant avancer et en ne reniant pas pour autant un héritage mythique. Rare groupe catalogué Neo Metal à ne pas s’être laissé bouffer par la facilité, Deftones a su garder une personnalité nette, qui tend à emprunter aux différents side-projects de chacun pour évoluer, comme le prouve ce Koi No Yokan, nouvel album qui risque d’amener du débat.

Il ne faut en effet pas se laisser tromper par les titres dévoilés par le groupe sur le net, « Leathers » et « Tempest », qui font partie de la face brute de l’album, minoritaire dans un ensemble très tempéré. Oui Koi No Yokan n’est pas Diamond Eyes, bâti lui sur du riffing imposant, histoire de faire entendre la nouvelle 8-cordes de Carpenter, bien moins présent sur ce nouvel album que sur le précédent. Là où Diamond Eyes était frontal et très puissant, Koi No Yokan joue la carte du mélange, avec un parti pris très net en faveur de l’atmosphère, que les claviers créent en grande majorité, de même que le chant de Chino, qui a rarement été aussi bon et inspiré, sur « Rosemary » ou « Entombed » par exemple, magnifiques. Un parti pris logique, si l’on entend le sens du titre : « Coup de foudre ». On ne va pas chanter l’amour avec trop de hurlements, vous comprenez.

Cette place laissée à demi vide par Carpenter est à relativiser, car Koi No Yokan recèle son lot de tueries comme seul Deftones peut en pondre. « Poltergeist » et son faux beat aux allures de marteau-piqueur, « Goon Squad », très groovy, ou « Gauze ». S’il est certain que la guitare laisse davantage la place aux arrangements New Wave et Electro, ainsi qu’au chant de Chino – les mauvaises langues diront que Koi No Yokan est un Team Sleep/Crosses – on peut aussi remarquer que la production lui cède moins de terrain, privilégiant un rendu plus homogène de tous ces arrangements, souvent riches, notamment sur le très expressif « Leathers ». Là où Diamond Eyes sonnait comme du Deftones flirtant avec Meshuggah, Koi No Yokan revient à un son plus Rock, dans la droite lignée de White Pony – dont il partage les affinités New Wave/Ambient – et de Saturday Night Wrist pour son côté érotique (un peu plus romantique ici).

S’il peut alors surprendre, Koi No Yokan n’en demeure pas moins un excellent album, qui m’amène personnellement beaucoup plus loin que ne le faisait son prédécesseur, et ce grâce à une homogénéité et une cohérence très travaillée, mais aussi grâce à une recherche musicale qui place la bête dans le haut de leur discographie. Rarement un album de Deftones avait mérité une écoute intégrale, de la base au bout, histoire d’entendre toute l’histoire, chantée par un Chino en très grande forme. Si le voyage est ponctué de (rares) morceaux passables (« What Happened To You ? » final sans intérêt), ce nouveau Deftones est une des tueries de l’année 2012, qui révèle ses secrets après de nombreuses écoutes.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Koi No Yokan - Infos

Voir la discographie de Deftones
Infos de Koi No Yokan
acheter sur Amazon
Sortie : 12 novembre 2012
Genre : Neo Metal
Label : Warner Bros
Playlist :
1. Swerve City (02:35)à écouter en premier
2. Romantic Dreams (04:38)
3. Leathers (04:09)à écouter en premier
4. Poltergeist (03:31)à écouter en premier
5. Entombed (04:59)à écouter en premier
6. Graphic Nature (04:32)
7. Tempest (06:05)culte !culte !
8. Gauze (04:41)
9. Rosemary (06:53)à écouter en premier
10. Goon Squad (05:40)à écouter en premier
11. What Happened to You? (03:54)
écouter : Ecouter l'album

Deftones

Albums chroniqués :
Chronique de Koi No Yokan
Koi No Yokan
2012

Chronique de Diamond Eyes
Diamond Eyes
2010

Chronique de Saturday Night Wrist
Saturday Night Wrist
2006

Chronique de White Pony
White Pony
2000

Deftones
Deftones
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Years In The Darkness
Years In The Darkness
2009

Arkaea
Arkaea
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Indus
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Clandestine
Clandestine
1991

Chronique de Left Hand Path
Left Hand Path
1990

Entombed
Entombed
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Vol. 3: (The Subliminal Verses)
Vol. 3: (The Subliminal Verses)
2004

Chronique de Iowa
Iowa
2001

Chronique de Slipknot
Slipknot
1999

Slipknot
Slipknot
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hypnotize
Hypnotize
2005

Chronique de Mezmerize
Mezmerize
2005

Chronique de Steal This Album!
Steal This Album!
2002

Chronique de Toxicity
Toxicity
2001

System of a Down
System of a Down
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Lofofora
Lofofora
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Korn
Korn
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Linkin Park
Linkin Park
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: