Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Kill'Em All

Chronique de Kill'Em All

Metallica  - Kill'Em All (Album)

Tuez les tous, mais laissez-m'en un pour le dessert !



Au début des années 80, le monde metal US était séparé en deux, enfin en trois. D'abord, il y a les groupes aux contours épiques comme Manilla Road, Manowar et Cirth Ungol d'un côté, en large minorité et largement plus destiné à un public européen. Ensuite, il y a les héritiers de Kiss, Van Halen en tête, qui dévient doucement vers la scène que l'on nommera glam pour les paillettes et dans lequel Mötley Crüe se sentait comme un fer à friser en compagnie d'un caniche. Puis, sur la côté ouest et à New York émergeait une scène plus brutal, qui puisait son inspiration dans le hardcore à la grosse pomme, dans le punk et la New Wave Of Britsh Heavy Metal du côté de la Bay Area.

Dès 1981, Metallica faisait parler la poudre sur scène en livrant des shows apocalyptiques pour l'époque, quand la devise de James Hetfield était "speed, toujours plus speed". Le groupe peaufine ses morceaux de concert en concert, où Cliff Burton, aux allures de hippy fan de Blue Öyster Cult vivait ce qu'il jouait à cent pour cent et où Dave Mustaine faisait déjà le poseur. Ce dernier se fait virer un peu avant que le groupe n'enregistre sous la houlette de Jon Zazula, véritable pape de ce que l'on allait nommer le thrash, pour être remplacé par Kirk Hammet qui officiait dans Exodus (ce qui allait considérablement ralentir le début de carrière de ces derniers, Bonded By Blood débarquant deux ans trop tard...).

Metallica connait ses morceaux sur le bout des doigts. En deux ans, les gus ont eu le temps de les apprivoiser et de les sublimer sur le terrain de la scène, aussi il n'est pas étonnant que Kill'em All ait un son très live, très direct. Le son est massive, l'ensemble est très rapide. Venom et Motörhead, deux des modèles (d'ailleurs, Motorbreath est un clin d'oeil de Hetfield à la bande à Lemmy), semblent bien loin en terme de vitesse d'exécution et de brutalité. Ici, ça claque comme un coup de fouet, le chant est clair, assez aigu et hargneux à la fois. On se rend vite compte que ce qui caractérise ce disque, c'est sa rage adolescente, quand les musiciens étaient encore des espèces de petits branleurs boutonneux (et on ne peut pas dire que la photo du groupe leur rende justice).

En fait, si Kill'em All sortait aujourd'hui, il ne serait absolument pas pris au sérieux. Mais à l'époque, c'était de l'inédit. Du jamais entendu. Un groupe qui défiait l'autorité établie du metal en dépassant toutes les frontières, aussi bien en terme de brutalité qu'en terme de vitesse, puisant largement dans ce que le punk avait de mieux à offrir pour avoir ce côté bien in your face qui éclate de partout.

Mais résumer ce disque à la vitesse d'exécution reste une grave erreur, il est bien plus que ça. Les musiciens ont déjà compris que la variété reste le meilleur des ciments. Les morceaux rapides en côtoient des plus lents, construits de façon plus classique mais non moins écrasant comme The Four Horsemen ou encore le mythique Seek And Destroy clairement destiné à briser les cous en live. La batterie sonne de façon syncopée même si à cette époque, Lars Ulrich est loin d'avoir un grand niveau, il répète bien trop ses plans pour réellement être à même d'être une réelle force motrice à contrario de Burton qui était un bassiste hors du comment comme le prouve le court instrumental (Anesthsia)-Pulling Teeth. En se penchant un peu sur les crédits, on remarque également que Mustaine fut loin de ne poser que des problèmes au sein de Metallica vu qu'il a co-écrit quelques uns des morceaux les plus marquant de cet album, car sortant immanquablement du lot par leurs structures différentes , à l'instar de Phantom Lord ou de Metal Militia. On va éviter de refaire la polémique tournant autour de The Four Horsemen en revanche.

Bref, Metallica sert de fer de lance à un mouvement mouvement musical, qui s'inspire aussi bien du heavy moderne en provenance de l'Angleterre que du punk, british ou américain. Une place qui parait légitime tant les musiciens ont sué sang et eau pour y arriver, passant par tous les biais de distribution pour se faire remarquer. Une persévérance qui a payé, vu la suite de leur carrière, malgré quelques bas. Kill'em All serait un album impensable de nos jours. Il est juvénile, parfois maladroit et se situe encore à des années lumières de la classe d'un Ride The Lightning plus mature. Mais c'est cet aspect qui fait son charme, qui le rend intemporel, car il sait rester jeune. Un classique, quelque peu surestimé tout de même.

Born



Si il ne devait y'en avoir qu'un, serait-ce réellement Master Of Puppets?... Bon, sans doute, mais celui qui a le plus contribué à la construction d'un genre musical est très certainement ce Kill Em All. C'est la première pierre du Thrash Metal, le premier jet.

Ce jet est constitué de guitares rapides, aigües, d'une voix assez gueulante (elle même assez aigue), d'une basse frénétique et d'une batterie au jeu vraiment intéressant. Kill'Em All est agressif, il y a vraiment une volonté de faire de la musique violente, le groupe y met du cœur et ça se sent. On frise parfois le Punk avec un morceau comme Motorbreath, et globalement, l'album garde ce niveau de folie à peu près partout, même dans les compos plus maitrisée style The Four Horsemen ou le groupe se pose pour installer ses idées (là ou il ne faisait que nous les envoyer dans la gueule avec les autres morceaux), même là, on garde un sentiment de fureur et d'agitation.

James Hetfield n'a pas totalement mué apparamment, et cela renforce l'aspect "jeune" de l'album. Kirk Hammett n'est franchement pas exceptionnel mais les soli composés par Dave Mustaine sont assez énormes, réfléchis et pas plats comme plusieurs de ceux de Hammett. Lars Ulrich assure à la batterie et la légende Cliff Burton nous gratifie un instrumental (un solo de basse de plusieurs minutes en fait) excellent. Culte même dirais-je. Paix à son âme.

Comme je le disais tout à l'heure, l'album garde un esprit de folie mais il est vaste et varié. On a donc des purs brulots bien Metal avec Hit The Light, Motorbreath, Whiplash ou Metal Militia, des compos longues et réfléchies avec The Four Horsemen ou Seek And Destroy, plusieurs se concentrant plus sur la rythmique du riff avec Jump In The Fire, Phantom Lord, No Remorse, et ce fameux instrumental, Pulling Teeth. Metallica assure à peu près partout et on ne peut que succomber à la tentation du remuage de cou.

Coté production, on peut noter des échos qui ont été ajoutés à la voix de James, et l'ensemble des instruments sonnent assez aigüe, que ce soit les guitares saturées, la batterie très claire ou même la basse pas spécialement grave pour une basse, tout est dans la vivacité, dans l'agitation. Un accordage plus bas n'aurait donné qu'une impression de lenteur et de mort (c'est du Thrash Metal quand même, pas du Candlemass).

Kill'Em All est un album essentiel du Thrash Metal, le groupe a encore du chemin à faire, certes, mais qu'il est bon ce chemin !

Les Plus :

- Thrash !
- Très rythmé
- C'est la fougue de la jeunesse
- Un solo de basse culte

Les Moins :

- Un Phantom Lord un peu en dessous (trop Megadethien pour être sur un Metallica)

(0) Modifier l'article
par Int, le 7 juillet 2008
Voir toutes les chroniques de Int


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Ouai bah chronique parfaite, tout ce qu'il y a a en dire a été dis, du thrash bien rentre dedans a l'esprit jeune, un peu naif, influençe Diamond head bien ressenti, James se cherchait;
Sinon, the four horsemen, moi ce serait plutot hit the light, mais c'est tout a fait personnel.
Cet album nous fout littéralement une claque dans la gueule, "Metal Kick Your Ass" qui disait, Bah ouais c'est exactement ça.
Je suis malheureusement trop jeune mais j'imagine bien, replaçer dans le contexte, que cet album a du faire du sacré boucan a l'epoque.

ven. 13 août 10- 17:46  
Je vais passer pour un hérétique aux yeux de certains, mais pour moi cet album est le meilleur de MetallicA (suivi de très très près par "Ride The Lightning" bien évidemment)
jeu. 19 déc. 13- 21:43  
mon Album preferé, que j'ecoute au moins fois par jour.
Tout simplement la definition meme du Thrash Metal, du moins a mes yeux.
La chair de poule que me provoque Kill'em all es Unique , chose que je ne retrouve dans aucun autre album de Metallica , meme si ils sont tous excellent , meme apres le black album , as leur maniere certe , mais si je devais choisir un album a ecouter pour l'eternité , ça serrais Kill'em All ;)

dim. 10 août 14- 16:48  


Kill'Em All - Infos

Voir la discographie de Metallica
Infos de Kill'Em All
acheter sur Amazon
Sortie : 13 juillet 1983
Genre : Trash Metal
Label : Meagaforce Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Hit The Lights (4:15)à écouter en premierécouterparoles de Hit The Lights
2. The Four Horsemen (7:11)culte !culte !listenparoles de The Four Horsemen
3. MotorBreath (3:05)à écouter en premierparoles de MotorBreath
4. Jump In The Fire (4:40)paroles de Jump In The Fire
5. (Anesthesia) Pulling Teeth (4:14)à écouter en premierparoles de (Anesthesia) Pulling Teeth
6. Whiplash (4:08)à écouter en premierparoles de Whiplash
7. Phantom Lord (4:59)paroles de Phantom Lord
8. No Remorse (6:23)culte !culte !paroles de No Remorse
9. Seek And Destroy (6:51)culte !culte !paroles de Seek And Destroy
10. Metal Militia (5:11)paroles de Metal Militia
11. Am I Evil (Diamon Head Cover - Bonus Track) (7:50)paroles de Am I Evil (Diamon Head Cover - Bonus Track)
12. Blitzkrieg (Blitzkrieg Cover - Bonus Track) (3:36)paroles de Blitzkrieg (Blitzkrieg Cover - Bonus Track)
écouter : Ecouter l'album

Metallica

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Megadeth
Megadeth
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Stomp 442
Stomp 442
1995

Chronique de Stomp 442
Stomp 442
1995

Chronique de Persistence of Time
Persistence of Time
1990

Chronique de State of Euphoria
State of Euphoria
1988

Anthrax
Anthrax
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Speed Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Open The Gates
Open The Gates
1985

Manilla Road
Manilla Road
Voir la page du groupe
Création : 1977
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Manowar
Manowar
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Van Halen
Van Halen
1978

Van Halen
Van Halen
Voir la page du groupe
Création : 1972
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis


Mötley Crüe
Mötley Crüe
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Blue Öyster Cult
Blue Öyster Cult
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Bonded By Blood
Bonded By Blood
1985

Exodus
Exodus
Voir la page du groupe
Création : 1979
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hell
Hell
2008

Chronique de Eine Kleine Nachtmusik
Eine Kleine Nachtmusik
1986

Chronique de Possessed
Possessed
1985

Chronique de Welcome to Hell
Welcome to Hell
1981

Venom
Venom
Voir la page du groupe
Création : 1979
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: