Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Native Tongue

Chronique de Native Tongue

Poison  - Native Tongue (Album)



Inutile de revenir longuement sur ces guerres fratricides qui opposèrent les adeptes de complaintes extrêmes (Thrash, Death, Black...) à ceux davantage attirés par une musicalité plus accessible (Glam, Hair Metal...). Disons juste que les premiers agacés par les attitudes désinvoltes avides de distractions, mais aussi, et surtout, par les accoutrements aux couleurs vives et chamarré d'artistes aux coiffures excessivement apprêté et fardé, offrant donc à nos vision leurs allures improbables quelques peu efféminé, ne purent supporter l'horrible contraste entre leurs conceptions artistiques et celles contradictoires de musiciens et d'adeptes moins concernés par leurs valeurs.

Les américains de Poison, fort de trois albums (Look what the Cat Dragged in (1986), Open Up and say...Ahh! (1988) et Flesh and Blood (1990)) où il cultiva sa réputation Glam Rock, Hair Metal à grand renforts de musique certes très efficace mais trop mélodique et arrangé, du moins pour les férus de radicalisme artistique, mais surtout où il s'afficha travesti d'artifice propre à entretenir une ambigüité androgyne, fut l'un des groupe emblématique de cette détestation. Nul doute que beaucoup de ceux qui les détestèrent ne prirent même pas la peine de jeter une oreille un tant soit peu objective sur leurs travaux, ne serait-ce que par honnêteté intellectuelle. Et nul doute, donc, qu'ils ne virent aucun intérêt, même infime, dans la sortie, en cette année 1993, de Native Tongue, quatrième effort de Brett Michaels et de ses complices.

Un désintérêt déplorable car si Native Tongue n'est certes pas un manifeste digne de réconcilier les deux mondes, il n'en pas moins pétrie de nombreuses qualités.

Pour démarrer la démonstration de ces vertus commençons par dire qu'indéniablement il est le fruit d'une certaine modération et d'une réflexion, à l'évidence, plus adulte. Délaissant les facéties, tant sur le plan musical que sur celui de l'imagerie proposée, il dénote totalement de ces deux prédécesseurs. Plus sobre et plus concerné, il évolue, en effet, au cœur d'une musique Hard Rock captivante. Un propos dans lequel l'influence du guitariste Richie Kotzen, nouvelle recrue remplaçant C.C. Deville, est d'ailleurs crucial. La liberté créative qui lui fut offerte n'est sans doute pas étrangère à la métamorphose profonde du groupe.

De plus, non content d'abandonner son Glam Rock, Hair Metal au profit d'un Hard Rock plus conventionnel, Poison va orner sa musique d'éléments Bluesy, Funky, Tribaux. Pour ce faire, il va user d'instruments divers et variés (piano, harmonica, congas, mandoline...). Le procédé, bien évidemment, donne une couleur, et une saveur, très particulière à ce disque. Soulignant l'atmosphère très empreinte de mysticisme de ce Native Tongue, il lui offre, de surcroit, un supplément d'âme très touchant. Et s'agissant des titres remarquables composant l'opus, citons, pèle mêle, The Scream, Stay Alive, Body Talk ou encore Blind Faith.

Evoquons également le superbe 7 Days Over you qui nous propose un équilibre remarquable entre un aspect très varié agrémenté de cuivres et pianos et un autre où les riffs de guitares demeurent d'une splendide efficacité. Assurément un morceau admirable. Parlons aussi de Bastard Son Of A Thousand Blues qui, comme son nom l'indique, est une chanson aux accents délicieusement Boogie-Blues. Assurément un autre morceau admirable.

Etant souvent l'écueil dans lequel sombrent les formations défendant ce genre, l'exercice obligatoire de la ballade est ici brillamment relevé. Au nombre de trois, elles demeurent, pour la moins bonnes en tout les cas (Theatre of Souls), suffisamment plaisante pour ne pas ennuyer l'auditeur. Si Stand, quant à elle, est un très joli moment, elle ne suffit pas à atteindre l'excellence sublime d'Until You Suffer Some (Fire And Ice). Concernant plus particulièrement ces pistes là on pourrait d'ailleurs estimer qu'en proposer trois est excessifs. A dire vrai, pas nécessairement tant si l'on considère que l'album est quand même composé de quinze morceau. La proportion de morceau moins langoureux reste donc très importante.

Native Tongue, quatrième opus des américains de Poison, est donc une œuvre magnifique dévolu à un Hard Rock inspiré et mature.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Native Tongue - Infos

Voir la discographie de Poison
Infos de Native Tongue
acheter sur Amazon
Sortie : 16 février 1993
Genre : Hard Rock
Label : Bronze
Playlist :
1. Native Tongue (1:01)
2. The Scream (3:50)
3. Stand (5:16)
4. Stay Alive (4:24)
5. Until You Suffer Some Fire and Ice (4:15)
6. Body Talk (4:01)
7. Bring It on Home (3:55)
8. Seven Days Over You (4:13)
9. Richie's Acoustic Thang (0:56)
10. Ain't That the Truth (3:25)
11. Theatre of Soul (4:42)
12. Strike Up the Band (4:16)
13. Ride Child Ride (3:53)
14. Blind Faith (3:32)
15. Bastard Son of a Thousand Blues (4:57)
écouter : Ecouter l'album

Poison

Albums chroniqués :
Chronique de Native Tongue
Native Tongue
1993

Poison
Poison
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Mötley Crüe
Mötley Crüe
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Savage Amusement
Savage Amusement
1988

Chronique de Blackout
Blackout
1982

Chronique de Animal Magnetism
Animal Magnetism
1980

Chronique de Lovedrive
Lovedrive
1979

Scorpions
Scorpions
Voir la page du groupe
Création : 1971
Genre : Hard Rock
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Aerosmith
Aerosmith
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: