Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Year Of No Light / Altar Of Plagues

Chronique de Year Of No Light / Altar Of Plagues

Year Of No Light  - Year Of No Light / Altar Of Plagues (Split)

Collaboration Satan



C'est la saison des splits pour les bordelais de Year Of No Light. Comme pour mieux dispenser leur bonne parole noirâtre, les français multiplient les collaborations et ce Split avec les irlandais de Altar Of Plagues était attendu, les univers des deux groupes ayant en commun de virer vers les ténèbres, toujours plus profondément, chacun dans leur style mais avec le même feeling qui les rend inclassables. Alors forcément, il y a salive en bouche à la découverte de ce split, qui n'est constitué que d'un titre par groupe malheureusement, et dont la longueur n'empêche pas de voir là une vache maigre.

Déception première pour un split léger en contenu. On aurait pu s'attendre à trouver au moins un morceau fruit d'une collaboration entre les deux groupes, comme c'est le cas dans le split Mars Red Sky / Year Of No Light ou Year Of No Light / Thisquietarmy. De plus, si Year Of No Light propose du neuf avec « Mon », Altar Of Plagues joue la fainéantise en nous refourguant un déchet de White Tomb, leur premier album qui date de...2009. Soit de l'ancien dans du neuf. De quoi laisser perplexe. Ce morceau qui a été abandonné pour l'album nous est donc servi ici ; la démarche plaira aux fans qui verront là une occasion de goûter du Altar Of Plagues version old school, mais on peut quand même y voir, très objectivement, un manque d'effort de la part de la formation irlandaise, là où on l'on pouvait s'attendre à du véritable neuf, comme proposé par les français.

« Light Through A Womb » ne déroge donc pas à l'ambiance de White Tomb, froid, glacial, et terriblement spectral. Le titre de Altar Of Plagues est aussi minimaliste que rampant avec son long développement inquiétant dans un jeu Post-Rock mortellement frappé par l'angoisse. On connaît la musique des irlandais, très simple, mais vivante et profonde, comme animée par une entité en mouvement. « Light Through A Womb » possède cette capacité de posséder par sa funèbre identité, comme White Tomb d'ailleurs, et s'il n'est pas leur meilleur morceau, loin de là, il est tout de même bon de se souvenir du choc qu'avait été l'album à sa sortie, quand le Black Metal commençait tout juste à flirter avec le Post-Hardcore et qu'il perdait doucement ses frontières, avec Altar Of Plagues au premier rang, ovni suintant le Satan musical à plein nez, dégueulasse au possible, blastant, ralentissant, vrombissant et exultant de tous ses pores pour exprimer sa hargne.

Depuis Ausserwelt les Year Of No Light n'ont pas arrêtés eux, et ont fait le tour des festivals dont le Roadburn, preuve s'il en est qu'ils sont considérés dans le monde des musiques psychédéliques. Avec « Mon », le groupe continue dans l'atmosphère développée sur leur dernier album. Servi par des compositions désormais instrumentales, l'univers de Year Of No Light se précise toujours davantage au fil de leurs créations. Le Doom cathartique vient fricoté avec le Post-Whatever pour un résultat toujours aussi dingue de maîtrise. Longue plage évolutive de presque dix minutes, « Mon » a le charme obsédant des péchés les plus noirs, comme une sorte de joyau maudit qu'on se plairait à regarder en connaissant ses effets étranges. Chez les bordelais, la forme et le fond ne font qu'un, le dessin formé se meut au fil du crayon, des touches de couleurs sont rajoutées par ci par là, donnant plus de vie et d'intensité à l’œuvre, jusqu'à la faire éclater pour laisser sur une impression de vide, happé par l'Abîme et cerné de voix désincarnées. L'art de Year Of No Light est dans cette capacité à jongler entre lumière incarnée – qui n'est qu'un artifice – et profondeurs insondables, vertigineuses. Leur son y est pour quelque chose, et il gagne en personnalité, de plus en plus, il s'épaissit, et précise son monolithisme éreintant, faisant de chaque accord un poids à porter sur ses épaules. Monstrueux.

Un split en demi-teinte donc, dont l'achat serait conseillé uniquement pour « Mon », nouvelle pépite de Year Of No Light, décidément excellentissime. On pouvait attendre davantage de ce split, une collaboration notamment, ou un morceau de plus par tête. Au final on se retrouve avec un titre sorti du placard pas incroyable mais sympa et un inédit superbe. A vous de faire votre choix. Le sort de la Terre va dépendre de vous. Hin hin.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Year Of No Light / Altar Of Plagues - Infos

Voir la discographie de Year Of No Light
Infos de Year Of No Light / Altar Of Plagues

Sortie : 5 avril 2012
Genre : Post-Hardcore, Drone, Black Metal, Ambient
Split

Playlist :
1. Year Of No Light - Mon (09:51)culte !culte !
2. Altar Of Plagues - Light Through A Tomb (16:38)
écouter : Ecouter l'album



Year Of No Light

Year Of No Light
Year Of No Light
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Mammal
Mammal
2011

Altar Of Plagues
Altar Of Plagues
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Black Metal
Origine : Irlande


Black Bomb A
Black Bomb A
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Hardcore
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hatebreed
Hatebreed
2009

Chronique de Supremacy
Supremacy
2006

Chronique de The Rise Of Brutality
The Rise Of Brutality
2003

Chronique de Perseverance
Perseverance
2002

Hatebreed
Hatebreed
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Implosion
Implosion
2008

Self Defense
Self Defense
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Hardcore
Origine : France


Hopes Die Last
Hopes Die Last
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Hardcore
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Walls Of Jericho
Walls Of Jericho
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Tagada Jones
Tagada Jones
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts: