Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de My Winter Storm

Chronique de My Winter Storm

Tarja  - My Winter Storm (Album)

 6 
10

My winter storm



Deuxième album solo de Tarja, My Winter Storm a pour réputation d’être plus proche de l’esprit de Nightwish que le premier (ce qui n’est pas difficile il est vrai). Surtout il peut apporter une réponse à une question que, je pense, pas mal de fans de Nightwish doivent se poser. De toute évidence, Tarja était l’emblème du groupe ; sa voix magnifique était peut être sa plus grande qualité et son plus grand atout. Annette Olzon a certes une jolie voix, mais sans comparaison possible. Bref, la musique de Nightwish est elle partie avec la chanteuse ou restée avec les musiciens ?
Première remarque, certaines chansons sont réparties sur deux pistes, on se demande pourquoi. L’album commence par I walk alone, dont le clip est disponible depuis déjà quelque temps. C’est sans doute l’une des plus belles de l’album ; la mélodie est simple, mais jolie ; les paroles ne sont pas d’une grande originalité mais également jolies. Lost northern star soutient sans peine la comparaison ; malheureusement ça n’est pas le cas de la suite. Globalement dans cet album les mélodies sont d’une simplicité et d’une platitude absolue, et les textes d’une grande banalité.
La voix de Tarja transformerait un air de quatre sous en opéra, mais là il s’agit réellement d’un gâchis. La difficulté technique est bien moindre que dans les productions de Tuomas, et conséquemment le résultat est assez piètre ; sa voix pourrait faire bien plus.
Certaines chansons (je pense en particulier à The Reign) font franchement l’effet d’être du remplissage. Mais le chant est tellement admirable qu’on prend quand même plaisir à les écouter.
Par ailleurs elle utilise une méthode vocale inspirée du classique, et les mélodies qui l’accompagnent utilisent majoritairement des instruments et des sonorités classiques, ce qui pose parfois problème ; Oasis en particulier ressemble plus à un mauvais lied de Strauss qu’à du métal. Passer du métal symphonique à du sous-classique est rarement un risque, mais Tarja n’en est pas loin.
Dans peu de chansons la guitare et la batterie sont réellement présentes ; à noter cependant Ciaran Swell, où ils font l’intro. Mais curieusement, elle utilise dans cette chanson une technique vocale totalement différente, qui ne me rappelle rien sauf Peter Grimes, un opéra moderne de Britten, et l’association avec une musique Hard Rock n’est pas franchement heureuse.
En fait il n’y a que dans la version live de Damn and Divine (une piste bonus) que Tarja montre de quoi elle est capable, qu’elle se décide à mettre quelques inflexions et de la fureur dans sa voix ; bref qu’on retrouve un brin de Nightwish.
Le métal à généralement pour principe de refuser le star système : les individualités, chanteurs, chanteuses, guitaristes, ne sont rien sans le groupe qui les entoure. Avec cet album on voit mieux pourquoi. La voix de Tarja est magnifique, mais si elle chante de mauvaises chansons, on obtient quelque chose de plaisant mais sans grand intérêt ; sans des musiciens de caractère, la mélodie ne peut tenir de place active comme c’est son rôle. Bref, sans un compositeur comme Tuomas, sans des musiciens comme Jukka et Emppu, la voix de Tarja sonne bien seule.
Même si beaucoup de fans n’ont pas aimé le dernier Nightwish, Dark Passion Play, c’est probablement Tarja qui a le plus perdu de sa séparation (forcée) du groupe. Peut être suis-je trop sévère, mais j’ai encore Océansborn en tête, et je ne peux pas m’empêcher d’être plus déçu par Tarja que par le CD de Nightwish.

Nouveau départ pour la Diva.



Pour comprendre l’histoire de My Winter Storm, il faut, bien entendu, revenir à la genèse d’une formidable révolution. Tout commence avec Nightwish, un groupe qui en a influencé nombres d’autres avec un mélange subtil de voix lyrique grandiose et de Metal Mélodique puissant en une symphonie dont la virtuosité trouvera son apogée dans le récital parfait d’un Wishmaster. L’alliance du génie de composition de Tuomas Holopainen mêlé au talent de cantatrice de Tarja Turunen donne ses lettres de noblesse à une mouvance symphonique en esquissant l’ébauche d’une nouvelle ère où les chanteuses sont essentielles et primordiales. S’ouvriront alors la corolle de fleurs aussi différentes que magnifiques. Ainsi éclosent des fleurs telles que Epica, After Forever dans une vision première plus originale embellis de quelques légères touches d’une union de voix féminines et d’autres plus gutturales et Death sur l’album Prison Of Desire ou encore Within Temptation qui fait évoluer le Doom de son opus Enter vers les airs plus contemporains des nouvelles aspirations de ce genre sur un Mother Earth qui propulsera le groupe vers des sommets. Elles forment un champs aux fragrances et aux couleurs magnifiques. Et dans ce bouquet admirable la rose la plus raffinée, Nightwish, finira par faner. Arrachant ses propres pétales, elle les jettera à terre en se séparant de cette chanteuse atypique qui fit son exception. En renvoyant Tarja Turunen le groupe se prive de ce qui fit son éclat le plus carmin et le plus unique. Dès lors la jeune prima dona continue son chemin seule pour finir par nous offrir, avec cet album, le froid de sa tempête au cœur de l’hiver.

Dès les premiers flocons d’un joli I Walk Alone, le parfum inhérent à la voix de diva de Tarja, les instruments à vent soufflant une grandiloquence tragédienne, les arrangements, les orchestrations, ou encore les guitares, nous emportent dans la délicate douceur exquise d’un morceau aux lenteurs infiniment agréables. La neige continue de nous recouvrir avec des titres comme Lost Northern Star, My Little Phoenix construit sur le même schéma, c'est-à-dire uniquement basé sur la voix de Tarja, l’emphase des instruments classiques et les riffs dont on a le sentiment qu’ils sont bien plus présent pour donner une caution morale, une saveur Metal, à la finlandaise, que pour réellement servir des chansons où la foison d’orchestrations les remplacerait sans problème. Pour s’en convaincre il suffit d’écouter des titres tels que la romance d’un Oasis, Calling Grace ou encore les très opératiques The Reign, Boy and the Ghost, Sing for Me, Our Great Divide, Damned and Divine ou l’instrument est absent, ou si succinct qu’il pourrait tout aussi bien ne pas être là. Pour être tout à fait honnête on ne peut pas réellement exprimer une vraie déception profonde lorsqu’on connait les aspirations lyriques et la voie choisie depuis toujours par Tarja pour exprimer son art. On retrouve donc bel et bien les talents, et les mélodies somptueuses d’un Nightwish dans ce disque, ou plutôt des relents au travers d’une Tarja plutôt délicieuse. Le réel échec de cet opus, à mon sens, réside d’abord dans les harmonies d’une œuvre qui, si elle nous rappelle les parfums enivrant d’autrefois, n’en propose pas la force et la puissance. Parler donc ici d’un flacon très proche de Nightwish est une erreur. Seul des morceaux tels que Ciarran’s Well s’en rapprocheraient. Au-delà de ce constat pas forcement amer, mais qu’il est important de souligner, une autre déception vient nous étreindre à l’écoute de ces titre dont les tempos varient peu. Ils continuent sans cesse de déverser une tempête de flocons si semblables les uns aux autres, si beaux, si sublimés par Tarja, mais terriblement linéaires. Au final en dehors de toutes considérations partisanes cet album ne repose que sur une vision dont l’incessante beauté obligatoire servis par autant d’instrument, et par celui d’une chanteuse aux capacités incroyables, finit par nous assommer. Trop de beauté tue la beauté et trop de lyrisme tue le lyrisme. Et lorsque retentit le glas d’un opus débordant d’autant de morceaux, sans doute trop, on est envahit par une pensée maussade embarrassante. Une pensée grise, sombre et insidieuse qui nous condamne à être déçus malgré autant de finesse, de talent, de travail, et de solennité.

My Winter Storm est donc un long Hiver froid, dure et monotone, dont on ne semble jamais voir la fin, transis dans cet océan cendreux d’une blancheur douteuse et immaculé. Mais c’est aussi beaucoup de grâce et d’émotions de ces flocons lumineux tombant du ciel déversé sur nous par la voix cristalline d’une opalescente Tarja dans un univers qui lui sied merveilleusement. Il appartient donc à chacun de faire son choix.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


T kun sal typ ! Tarja est tro forte et chante tro bien !!

Lol non je plaisante, mais pour mon avis, bien que les mélodies soient effectivement très simples, elles laissent d'autant plus de place à la voix envoûtante de Tarja. D'ailleurs c'était peut-être aussi le problème de Nightwish : tout tournait autour de la diva.
Enfin il ne faut pas oublier non plus le nombre d'instrumentales sur le CD ou la place relativement importante (en durée) laissée aux instruments, pour un projet solo. Par contre effectivement, quand c'est le cas, les mélodies restent très basiques (pas de solo majestueux à la Nightwish et c'est mon principal regret) ... mais efficaces !

Bref, à la manière d'un soulfly ou cavalera conspiracy dans un autre style, je reste assez pantois devant ce que la diva réussit à nous concocter avec qq mélodies douces et sa belle voix. I Walk Alone, et surtout My Little Phoenix et Die Alive (la petite touche metal de l'album) m'ont transporté sans peine dans le petit monde féérique de Tarja.
A noter justement ce deuxième petit regret : que l'album ne soit pas plus metal (comparé à Nightwish notamment, mais si la chanteuse avait reformé un projet solo trop proche du groupe mythique, je lui en aurais quand même voulu ^^).
Après bien sûr, il y a quelques mélodies poussives (Ciaran's Well, notamment) ou passage un peu trop longs, mais je l'en excuse ^^.

En conclusion pour ma part je lui donnerais un bon 7.5/10, à ranger auprès des bons albums de l'année, qui s'écoute avec plaisir. C'est reposant et frais, j'adhère !
(Enfin, à noter la nette progression du style de Tarja par rapport à son premier album, qui m'avait fortement déçu par contre.)

mer. 28 mai 08- 17:30  
Quand t'est passé par le classique avant c'est quand même décevant. Tarja pourrait faire infiniment plus si elle voulait bien se donner un peu de mal. Faut pas oublier que c'est une chanteuse d'opéra, toutes ces chansonnettes pour elle c'est de la bibine!
Cela étant dis, c'est vrai qu'elle arrive à construire une athmosphère assez envoutante...

jeu. 29 mai 08- 10:33  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

My Winter Storm - Infos

Voir la discographie de Tarja
Infos de My Winter Storm
acheter sur Amazon
Sortie : 19 novembre 2007
Genre : Symphonique Lyrique
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Ite, Missa Est (00:27)paroles de Ite, Missa Est
2. I Walk Alone (03:53)culte !culte !listenparoles de I Walk Alone
3. Lost Northern Star (04:22)à écouter en premierlistenparoles de Lost Northern Star
4. Seeking For The Reign (00:58)paroles de Seeking For The Reign
5. The Reign (04:07)listenparoles de The Reign
6. The Escape Of The Doll (00:32)paroles de The Escape Of The Doll
7. My Little Phoenix (04:02)culte !culte !listenparoles de My Little Phoenix
8. Die Alive (04:04)culte !culte !listenparoles de Die Alive
9. Boy And The Ghost (04:36)à écouter en premierlistenparoles de Boy And The Ghost
10. Sing For Me (04:16)culte !culte !listenparoles de Sing For Me
11. Oasis (05:10)listenparoles de Oasis
12. Poison (Alice Cooper cover) (04:01)à écouter en premierparoles de Poison (Alice Cooper cover)
13. Our Great Divide (05:05)listenparoles de Our Great Divide
14. Sunset (00:36)paroles de Sunset
15. Damned And Divine (04:29)à écouter en premierlistenparoles de Damned And Divine
16. Minor Heaven (04:00)paroles de Minor Heaven
17. Ciarán's Well (03:37)paroles de Ciarán's Well
18. Calling Grace (03:06)listenparoles de Calling Grace
19. Damned Vampire & Gothic Divine (05:01)à écouter en premierparoles de Damned Vampire & Gothic Divine
20. I Walk Alone (Artist Version) (04:23)paroles de I Walk Alone (Artist Version)
21. I Walk Alone (In Extremo Remix) (04:31)paroles de I Walk Alone (In Extremo Remix)
écouter : Ecouter l'album

Tarja

Albums chroniqués :
Chronique de What Lies Beneath
What Lies Beneath
2010

Chronique de My Winter Storm
My Winter Storm
2007

Chronique de My Winter Storm
My Winter Storm
2007

Tarja
Tarja
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Last Curtain Call
Last Curtain Call
2011

Chronique de Musique
Musique
2000

Chronique de Aégis
Aégis
1998

Chronique de Aégis
Aégis
1998

Theatre Of Tragedy
Theatre Of Tragedy
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Gothique Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Epica
Epica
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Exordium
Exordium
2003

Chronique de Decipher
Decipher
2001

Chronique de Prison of Desire
Prison of Desire
2000

After Forever
After Forever
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas


Albums chroniqués :
Chronique de The Unforgiving
The Unforgiving
2011

Chronique de Mother Earth
Mother Earth
2001

Chronique de The Dance
The Dance
1998

Chronique de Enter
Enter
1997

Within Temptation
Within Temptation
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts: