Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Dominate

Chronique de Dominate

Adagio  - Dominate (Album)

Entre ombre et lumière



Le départ de l'excellent David Readman aurait pu être préjudiciable pour Adagio. Une voix puissante et originale dans un monde où la plupart des chanteurs cherchent à atteindre les notes de Bruce Dickinson ou de Michael Kiske, ça ne se refuse pas et Adagio l'avait perdue. Et c'est Gus Monsanto qui hérite du micro. Le chanteur n'est pas transgénique, ni bouffé par les pesticides ; si son passé artistique reste flou, son organe est agréable, peut-être un peu trop commun pour le style pratiqué. L'important étant qu'il chante juste et qu'il arrive à véhiculer des émotions, le fait qu'il soit passe-partout est pardonnable.

Stephan Forte est toujours sous le charme de la collaboration avec Anorexia Nervosa ; il dope littéralement la musique de Adagio tout en conservant l'aspect progressif et théâtral qui la caractérisait. Les riffs de guitares sont incisifs et ne demandent pas de longues introductions pour se mettre en place : le propos est ici bien plus agressif, proche du power-metal germanique. L'aspect neo-classique est gommé petit à petit des compositions. Et ce discours direct est plaisant. Adagio franchit une étape importante dans sa carrière en développant son style, en lui donnant une personnalité plus affirmée.

On se retrouve alors avec des intrusions de growls/screams assurés par Forte lui-même, qui permettent un contraste saisissant et très satisfaisant avec la voix de Monsanto. Plus que la confrontation du bien et du mal, on a cette force de caractère qui permet à Adagio de sortir du lot. Se basant aussi bien sur des lignes mélodiques proches du black metal que sur des musiques de film (les introductions de Dominate et de l'excellent R'Lyeh The Dead renvoient directement au travail de John Williams et de Danny Elfman). Du coup, le travail au clavier est important. Kevin Codfert rivalise d'ingéniosité avec Forte lors de duels fratricides entre guitare et synthétiseurs ou pour développer une ambiance toujours glauque. Parfois un peu trop envahissant, mais son travail sur l'ensemble est imposant. La section rythmique est également très satisfaisante. La basse densifie le son tandis que la batterie assure une base solide sur laquelle le reste n'a plus qu'à se greffer sans risque de manquer d'impact. C'est d'autant plus criant quand on constate la maîtrise instrumentale sur la reprise du fameux Fame de Irene Cara, réussie et frappée du sceau Adagio.

Cependant, tout est loin d'être parfait. On sent que le groupe hésite à y aller franco (comme n'aiment pas se le rappeler les Espagnols). Fire Forever parait en effet bien inoffensive, la courte ballade Kissing The Crow tranche avec l'ambiance générale et ne réussit pas à sortir du lot, elle paraît fade après la plus ambitieuse Arkitecht, écrite de façon plus prog' avec des changements de rythmes opportuns. De plus, ce Dominate ne parvient pas à relever totalement le défi clairement lancé par Underworld. Stephen Forte est un bon compositeur, mais le génie ne l'habite pas, pas ici en tout cas. Il est en plein apprentissage et engrange consciencieusement de l'expérience en vue d'un futur plus sombre.

Dominate reste toutefois un bon album, avec un chanteur qui a su l'habiter, même si l'aventure s'est arrêtée peu après pour lui. Un disque de transition, qui permet à Adagio de commencer à se défaire lentement de l'étiquette de clone de Symphony X qui lui collait à la peau. L'essai a été marqué, pas transformé immédiatement, mais ce n'est que partie remise.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Dominate - Infos

Voir la discographie de Adagio
Infos de Dominate
acheter sur Amazon
Sortie : 18 avril 2006
Genre : Power Symphonique
Label : XIII Bis Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Fire Forever (04:11)à écouter en premierparoles de Fire Forever
2. Arcanas Tenebrae/Dominate (05:59)culte !culte !paroles de Arcanas Tenebrae/Dominate
3. Terror Jungle (05:15)paroles de Terror Jungle
4. Children of the Dead Lake (06:04)à écouter en premierparoles de Children of the Dead Lake
5. R'Lyeh the Dead (08:25)paroles de R'Lyeh the Dead
6. The Darkitecht (06:18)paroles de The Darkitecht
7. Kissing the Crow (02:28)paroles de Kissing the Crow
8. Fame (04:01)paroles de Fame
9. Undying (Japanese bonus track) (04:34)paroles de Undying (Japanese bonus track)
écouter : Ecouter l'album



Adagio

Albums chroniqués :
Chronique de Archangels In Black
Archangels In Black
2009

Chronique de Dominate
Dominate
2006

Chronique de Underworld
Underworld
2003

Adagio
Adagio
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Power Metal
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de New Obscurantis Order
New Obscurantis Order
2001

Anorexia Nervosa
Anorexia Nervosa
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:


Albums chroniqués :
Chronique de In the line of fire
In the line of fire
2015

Chronique de Inhuman Rampage
Inhuman Rampage
2006

DragonForce
DragonForce
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Rhapsody Of Fire
Rhapsody Of Fire
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Power Metal
Origine : Italie


Iced Earth
Iced Earth
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Power Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: