Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Heavy as a Really Heavy Thing

Chronique de Heavy as a Really Heavy Thing

Strapping Young Lad  - Heavy as a Really Heavy Thing (Album)

Tais-toi et mange !



Après un passage fort remarqué chez Steve Vai sur l'album Sex & Religion, Devin Townsend est vraiment remonté contre le music-business et le fait savoir. Malgré sa réputation plus que flatteuse (certains avaient déjà reniflé le talent du jeune homme), le jeune homme se heurte à pas mal de refus avant d'être signé par Century Media. Il faut dire, la musique haineuse qu'il propose, faite d'un mélange de thrash et beaucoup d'indus était relativement inédite, même si le death connaissait une radicalisation du son via Deicide ou Morbid Angel et que la scène black explosait littéralement dans les pays scandinaves.

Même si Strapping Young Lad, le projet de Townsend, n'est pas le seul pilier de l'hyper-brutalité nord-américaine, il n'en demeure pas moins une des figures les plus incontrôlables. Sa musique se teinte d'une forme d'hystérie proche de la démence, où la rage est prédominante. Devin se charge de tout enregistrer, aidé de temps en temps par des amis musiciens, pour un résultat violent, mêlant des compositions indus classiques (Goat, très moyen, Skin Me bien plus réussi...) et de véritables déferlantes qui ressemblent furieusement à des règlements de compte (SYL ou encore le très rapide Happy Camper).

Effectivement, la baffe est magistrale. On ne sort pas indemne d'un tel album, entre agressivité et folie, une ambiance mise en avant par des hurlements effroyables ou des compositions complètement allumées comme Cod Metal King, au chant extrême, limite death. La plus grande difficulté pour l'auditeur est de trouver une planche de salut au milieu de ce magma sonore. On déguste du début à la fin, même si on est encore loin de l'apocalypse ; Townsend fera bien plus puissant par la suite. Malheureusement, l'ensemble souffre d'être trop étouffant, hermétique, en définitive pas assez inventif ni forcément très bien écrit. Il manque une certaine musicalité et on perd en plaisir d'écoute, sauf si l'on cherche juste à se décérébrer un bon coup.

Prises individuellement, certaines compositions sont terriblement efficaces. Il y a évidemment les deux dômes de brutalité que sont SYL et Happy Camper, mais également cet Exciter qui fait office à l'origine de chanson bonus, cover ultra rapide et hallucinante du classique de Judas Priest, ici en version "faux live" (comme le Unleashed In The East, quoi...) qui vaut son pesant de cacahuètes. Le chant de Devin se fait plus classique même si les refrains sont toujours hurlés. Mais on retrouve ici une qualité plus musicale qui transpirera dès le prochain opus.

En 1995, Strapping Young Lad n'est pas encore un vrai groupe et la démarche jusqu'au-boutiste de Devin Townsend laisse pantois. Une indifférence polie mâtinée d'incompréhension accueillera cet album à sa sortie, un accueil tiède dans le meilleur des cas. Personne ne voulait parier sur le futur de ce projet, mais c'était sans compter sur Townsend qui a plus d'une corde à sa guitare. Quoiqu'il en soit, ce premier méfait n'est pas inoubliable et n'est pas un passage obligé pour les amateurs de Strapping Young Lad.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Heavy as a Really Heavy Thing - Infos

Voir la discographie de Strapping Young Lad
Infos de Heavy as a Really Heavy Thing
acheter sur Amazon
Sortie : 4 avril 1995
Genre : Indus
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. S.Y.L. (4:47)listenparoles de S.Y.L.
2. In the Rainy Season (4:37)paroles de In the Rainy Season
3. Goat (3:30)paroles de Goat
4. Cod Metal King (5:08)paroles de Cod Metal King
5. Happy Camper (Carpe B.U.M.) (3:00)paroles de Happy Camper (Carpe B.U.M.)
6. Critic (4:07)paroles de Critic
7. The Filler - Sweet City Jesus (5:24)paroles de The Filler - Sweet City Jesus
8. Skin Me (3:29)paroles de Skin Me
9. Drizzlehell (3:09)paroles de Drizzlehell
10. Satan's Ice Cream Truck (2:33)paroles de Satan's Ice Cream Truck
11. Japan (5:18)paroles de Japan
12. Monday (5:14)paroles de Monday
13. Exciter (13:40)paroles de Exciter
écouter : Ecouter l'album



Strapping Young Lad

Albums chroniqués :
Chronique de City
City
1997

Chronique de Heavy as a Really Heavy Thing
Heavy as a Really Heavy Thing
1995

Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Mechanize
Mechanize
2010

Chronique de Transgression
Transgression
2005

Chronique de Archetype
Archetype
2004

Chronique de Digimortal
Digimortal
2001

Fear Factory
Fear Factory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Sybreed
Sybreed
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Indus
Origine : Suisse

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Illud Divinum Insanus
Illud Divinum Insanus
2011

Chronique de Covenant
Covenant
1993

Chronique de Altars of Madness
Altars of Madness
1989

Morbid Angel
Morbid Angel
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: