Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Chimera

Chronique de Chimera

Mayhem  - Chimera (Album)

 5 
10

Mayhem ne fait pas illusion



Mayhem est-il encore Mayhem ? Le débat est ouvert depuis que Hellhammer a reformé le groupe, alors qu'il n'en était pas un membre original. Pour une large partie des fans, Mayhem est mort avec Euronymous. Pour d'autres, moins nombreux, c'est avec Dead, en grande partie responsable de la noirceur de De Mysteriis Dom Sathanas. Mais depuis la reformation symbolisée par l'excellent Wolf's Lair Abyss, Mayhem est devenue une espèce de machine commerciale, jouant sur un passé sulfureux et un nom légendaire. Le son n'est plus le même et Blasphemer a imprimé un nouveau style au groupe, expérimental et terriblement malsain. Et Grand Declaration Of War a fait débat, avec ses incursions électroniques, son chant limite rappé sur certaines compositions... De quoi faire hurler les puristes.

Après l'épisode des albums live calamiteux parus en 2000 et 2001, Mayhem a pris son temps pour sortir un successeur à Grand Declaration Of War. Annoncé d'abord comme un retour aux sources, il apparait très vite que c'est un mensonge éhonté. Chimera est un disque nimbé d'une ambiance sombre, mais calculée. L'album ne semble pas "naturellement" noir, comme si le groupe avait insisté sur certains points pour envenimer les choses, comme l'utilisation de ce chant clair sur quelques parties, ou ces choeurs presque religieux que l'on retrouvera sur My Death. Une excellente production lisse les contours, et le nihilisme du précédent opus s'en est allé.

L'idée de débuter l'album par le brutal Whore n'est pas mauvaise. Les blast beats sont de rigueur, c'est sec comme un coup de trique et sur près de trois minutes, Mayhem donne une petite leçon de black metal... pour ceux qui commenceraient à s'intéresser au genre avec un grand nom. Whore est classique dans sa construction et ne viendra en définitive qu'apporter de fausses pistes quant au déroulement de cet album. En se mettant à la portée de l'amateur de black moyen, Mayhem s'assure un certain public qu'il semble s'efforcer de perdre par la suite.

En effet, le groupe part dans des compositions plus alambiquées, dont certains riffs, certains breaks à la batterie, semblent avoir été récupérés de Grand Declaration Of War. Dark Night Of The Soul reprend ainsi pas mal d'idées développées sur le disque précédent, avec un chant bien plus écorché. Terminé les psalmodies, Maniac redevient un écorché vif. S'il n'est pas toujours très convaincant dans son rôle, le chanteur parvient toutefois à habiter certains titres de façon glaciale, comme sur l'excellent My Death où sa présence fait froid dans le dos.

Mais Mayhem n'avance pas avec génie. L'a-t-il déjà fait ? Même si l'on devine la récupération du style développé sur Grand Declaration Of War dès que l'on gratte le vernis de ce Chimera, cet album peine à décoller. Entre sa brutalité en trompe-l'œil et son absence de réelle ambiance, du fait d'une production qui stérilise les arguments déployés ça et là, rien n'y fait et Mayhem retombe à la portée du tout-venant, mais ne parviendra pas à séduire ceux qui recherchent la noirceur traumatisante du black metal. Sans être un mauvais disque, Chimera n'apporte rien en l'état des choses. Peut-être qu'avec un son plus sale, avec une écriture moins calibrée, on aurait pu avoir un grand disque. Là, c'est quelconque, à part My Death et le très intéressant Impious Devious Leper Lord...



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Par contre pourquoi tu dis que Dead est responsable de la noirceur de Misteriis? Euronymous a quasiment tout composé, et c'est Attila qui chante dessus...
mar. 7 juil. 09- 14:04  
Parce qu'à l'origine, c'est Dead qui a apporté toutes les idées, cette noirceur, c'est son oeuvre. Euronymous, là où il était le meilleur, c'était pour la pub autour. C'est vraiment Dead le vrai instigateur de Mysteriis.
mar. 7 juil. 09- 14:06  
personnellement moi je le trouve pas si mal que sa
ven. 12 avril 13- 18:20  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Chimera - Infos

Voir la discographie de Mayhem
Infos de Chimera
acheter sur Amazon
Sortie : 29 mars 2004
Genre : Black Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Whore (02:58)à écouter en premierparoles de Whore
2. Dark Night of the Soul (06:08)paroles de Dark Night of the Soul
3. Rape Humanity With Pride (05:41)paroles de Rape Humanity With Pride
4. My Death (05:55)à écouter en premierparoles de My Death
5. You Must Fall (04:13)à écouter en premierparoles de You Must Fall
6. Slaughter of Dreams (07:00)paroles de Slaughter of Dreams
7. Impious Devious Leper Lord (05:39)paroles de Impious Devious Leper Lord
8. Chimera (07:01)paroles de Chimera
écouter : Ecouter l'album



Mayhem

Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Darkthrone
Darkthrone
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Emperor
Emperor
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Nordland II
Nordland II
2003

Chronique de Nordland I
Nordland I
2002

Chronique de Hammerheart
Hammerheart
1990

Chronique de Blood Fire Death
Blood Fire Death
1988

Bathory
Bathory
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Suède