Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Alpha Noir

Chronique de Alpha Noir

Moonspell  - Alpha Noir (Double album)

Alpha et Oméga!



Il aura fallu attendre quatre longues années et un nouveau label (Napalm Records) pour que Moonspell revienne sur le devant de la scène. Un laps de temps particulièrement long pour une formation qui nous a jusqu'alors habitué à des sorties régulières. Fin 2011, les portugais brisent la glace en annonçant l'un des opus les plus ambitieux de leur carrière, qui se présente sous un format double-album pour près de 80 minutes de musique, partagée entre la période violente du groupe (Alpha Noir) et sa période plus Gothique (Omega White).
Ainsi, ce neuvième album (dixième si on compte le réenregistrement d'Under Satanae) prend le pari de rassembler tous les fans de Moonspell sur un seul et même opus!


Par soucis pratique, l'analyse sera divisée en deux pour traiter chaque album.

Commençons par la première galette, Alpha Noir. Moonspell dévoile un visage sombre, bien aidé par un Fernando aux vocaux puissants. "Axis Mundi" entame un véritable hymne (Ipso! Facto! Axis! Mundi!) qui mettra le feu sur les planches, avant de pencher vers des sonorités plus Thrash, notamment sur les guitares. Cette nouvelle tendance se voit rapidement confirmée par la totalité des titres d'Alpha Noir, qui sacrifient quelque peu les 'belles' ambiances à une efficacité plus appuyée: les portugais gagnent en impact, en spontanéité aussi.
Contrairement à ce qu'on pouvait craindre, le traitement Thrash de l'univers de Moonspell n'est pas dénué d'intérêt ("Alpha Noir", "Opera Carne"), il vient simplement nuancé les compositions. De fait, on est assez loin d'un Memorial aux relents Black Metal, comme si les portugais avaient retrouvé une seconde jeunesse en ces sonorités old-school.

Ce premier disque développe une image sombre et puissante (le refrain d'"Opera Carne"), marquée de temps à autre par quelques belles interventions mélodiques ("Axis Mundi", "Versus" ou "En Nome Do Medo"), et une fois de plus, le groupe s'appuie sur des claviers travaillés pour poser ses ambiances, comme en témoigne "Sine Missione", qui n'aurait pas dépareillé sur un opus de Septic Flesh... Les compositions ont beau ne pas être aussi prenantes que celles de Night Eternal, il sera difficile de ne pas se sentir emporté par les quelques refrains entêtants et autres arrangements chiadés.
Ceci étant, Alpha Noir (comme Omega White d'ailleurs) souffre d'un son trop aseptisé, qui ne rend pas vraiment service à l'univers des portugais. La batterie est par exemple trop puissante (l'influence Thrash certainement), et a beaucoup de mal à coller à l'essence du combo. Un élément regrettable s'il en est.


De son côté, Omega White renoue avec ses racines gothiques. Dès les débuts de "White Omega", Moonspell semble faire un bond dans son passé, à l'époque de Sin Pecado. Cette fois-ci, Fernando use et abuse de son chant clair, tranchant net avec sa prestation puissante d'Alpha Noir. Quoiqu'il en soit, ce second disque présente une musique bien plus riche et subtile, plus romantique également. On reconnaitra aisément le côté Type O Negative ("White Skies", "New Tears Eve" ou "Incantatrix"), spectre qui plane depuis longtemps sur les influences des portugais, sans que ça ne devienne trop envahissant. Pour finir, un petit crochet vers l'ère Darkness and Hope avec "Fireseason", et voilà comment Moonspell rend hommage à ses racines gothiques.

Comme avec Alpha Noir (et peut-être plus même), Omega White brille par les détails qui font avancer ses compositions: les claviers de "New Tears Eve", le chant féminin et les violons de "Herodisiac" ou encore les guitares et le piano de "A Greater Darkness". Il paraît évident que Moonspell a façonné sa musique pour la rendre la plus riche et la plus accrocheuse possible, et le moins que l'on puisse dire, c'est que le boulot abattu a porté ses fruits...
Seul ombre, la production (encore!) trop moderne freine quelque peu l'enthousiasme que procure ces belles chansons...



En accouchant d'un double-album très travaillé tant dans la composition que dans les textes, Moonspell vient en effet de signer là l’œuvre la plus ambitieuse de sa carrière. Les 17 titres présentés proposent une musique variée qui se retrouve dans son concept (le blanc et le noir, l'alpha et l'oméga), et qui brillent par une quantité de détails hallucinante. D'un côté, les portugais jouent sur leur image sombre et incorporent des éléments Thrash et puissants qui misent sur un impact plus grand, d'un autre on a un très bel album de Metal Gothique, dont les ambiances peaufinées rendent à Moonspell son côté romantique qu'il proposait par le passé.
Bien que la production trop aseptisée a tendance à gâcher un peu l'univers de ce double-album, on reconnaîtra volontiers que les quatre dernières années ont été fructueuses du côté des portugais!



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Alpha Noir - Infos

Voir la discographie de Moonspell
Infos de Alpha Noir
acheter sur Amazon
Sortie : 27 avril 2012
Genre : Dark Metal
Label : Napalm Records
Double album

Playlist :
1. Axis Mundi (04:56)
2. Lickanthrope (03:49)listen
3. Versus (04:39)
4. Alpha Noir (04:30)
5. Em Nome Do Medo (04:27)
6. Opera Carne (03:52)
7. Love is Blasphemy (04:31)
8. Grandstand (04:53)
9. Sine Missione (04:57)
10. listen
11. White Omega (04:21)
12. White Skies (03:34)listen
13. Fireseason (04:29)
14. New Tears Eve (04:45)
15. Herodisiac (04:46)
16. Incantatrix (04:40)
17. Sacrafical (04:11)
18. A Greater Darkness (07:24)
écouter : Ecouter l'album



Moonspell

Albums chroniqués :
Chronique de Alpha Noir
Alpha Noir
2012

Chronique de Lusitanian Metal
Lusitanian Metal
2008

Chronique de Night Eternal
Night Eternal
2008

Chronique de The Antidote
The Antidote
2003

Moonspell
Moonspell
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Gothique Metal
Origine : Portugal

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Hermeticum
Hermeticum
1998

Chronique de Hermeticum
Hermeticum
1998

Daemonarch
Daemonarch
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Black Metal
Origine : Portugal


Sentenced
Sentenced
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Gothique Metal
Origine : Finlande


Albums chroniqués :
Chronique de The nameless disease
The nameless disease
2003

Chronique de The blossom
The blossom
1999

The Old Dead Tree
The Old Dead Tree
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Gothique Metal
Origine : France

Rapports de concerts: