Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Oath Bound

Chronique de Oath Bound

Summoning  - Oath Bound (Album)

 9 
10

Parade dans le Mordor



Après cinq années sans proposer un réel album, juste un EP, Lost Tales, qui n'avait pas franchement convaincu, Summoning revient aux affaire avec un Oath Bound à la pochette tout simplement magnifique. Que les admirateurs de Tolkien lèvent les épées ! La marche des Orcs reprend et balaie les derniers espoirs placés en une humanité trop occupée à s'étioler misérablement.

Et dans cette tumultueuse épopée, Summoning se rapproche de ses débuts, avec un son toutefois plus clair, qui lui sied à ravir, la guitare revenant sur le devant de la scène, en une singulière morsure née de l'ombre. Et le voyage débute, une longue quête barbare où la violence n'est pas le maître mot. Elle se dessine, bien sûr, dans les chants écorchés de Protector et de Silenius, qui viennent déchirer les textures des morceaux, s'alliant parfois pour des choeurs majestueux qui fondent sur l'auditeur comme une armée fond sur un village. Ce n'est pas de ce côté là qu'il convient de prendre ce Oath Bound, qui est bien plus délicat que cela, malgré des moyens qui sembleraient dérisoires à toute une horde de groupes clamant leur amour au pagan metal à grands renforts d'instruments traditionnels.

Car Summoning est toujours aussi minimaliste dans la conception musicale : deux chanteurs, des claviers, une boîte à rythmes et une guitare sont les seuls éléments dont les deux musiciens ont besoin pour recréer les Terres du Milieu et le Mordor, dessinant des paysages fabuleux, dans un style qui leur est propre, même si pour certain la lenteur de l'évolution des Autrichiens devient préjudiciable avec les années.

Et pourtant, difficile de ne pas être happé par cet univers sombre, onirique et épique dépeint ici, avec pour trame de fond le Seigneur des Anneaux, revu et corrigé par Sauron. Le livre est lent, la musique de Summoning l'est aussi, mais le duo ne se perd pas en chemin, sans pour autant se concentrer sur l'essentiel. Il suffit de fermer les yeux pour s'imaginer dans des campagnes déchirées, dans de grandes plaines témoins de guerres passées et à venir, des montagnes aux flancs escarpées, des marécages ignobles où les corps ne demandent qu'à remonter à la surface pour s'agripper aux vivants pour les entraîner avec eux, sous l'onde, pour s'enlacer dans la vase putride.

On se laisse facilement aller aux mélodies construites autour des claviers, sur lesquelles la guitare prend prise, sournoise, glauque, avec des percussions tribales et guerrières du meilleur effet, mêlées à des flûtes plaisantes, nées elles-même des claviers. C'en est presque déconcertant vu que même si cela sonne quelque peu synthétique, l'immersion se fait, on rentre dans le disque, on se noie avec lui, on brandit les armes avec lui, on le vie, on l'apprécie.

Les longues pièces qui parsèment cette oeuvre sont monstrueuses. Across The Streaming Tide nous met rapidement en jambe. Protector assure le chant. Sa voix est plus claire que celle de son compère et contribue à l'onirisme guerrier qui entoure cette composition majestueuse. Cela en devient planant, une échappatoire à une réalité moribonde pour un monde plus dangereux, où l'Anneau Unique a provoqué un conflit d'une rare intensité. Oubliez Enya ! Oubliez Blind Guardian ! Summoning mieux que personne a su décrire les Terres du Milieu et la géographie alentour, à la transformer en musique. Nous sommes au-delà de la forme la plus éthérée du black metal, nous ne sommes pas dans un monde pagan metal qui se mord sournoisement la queue en sortant des disques stéréotypés, nous sommes en armes, prêt à prendre part au combat, quelque que soit la place. Les tambours de guerre sonnent le rappel. Hurlez pour la victoire ! Car Sauron vaincra. Et c'est donc avec plaisir que l'on retrouve Protector derrière le micro sur la longue pièce finale, un Land Of The Dead renversant, à la beauté ténébreuse et enivrante qui sonne comme un rappel des troupes pour célébrer les morts tombés sous les flèches ou sous l'épée. Une pièce majestueuse et épique, bouleversante dans sa mélancolie misanthropique.

Et entre ces deux merveilles, on retrouve des compositions d'une moyenne de huit minutes, où Silenius s'occupe principalement du chant, à l'exception d'un Might And Glory. La voix est plus âpre, l'ambiance est toujours aussi poétique malgré tout. On notera le coup de force d'avoir chanté Mirdautas Bras en langage Orc, un langage très râpeux qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui démange l'oreille par sa texture violente et énigmatique. Mais gardons les yeux fermés pour savourer un disque qui s'apprécie dans son ensemble plutôt que sur des titres pris au hasard. Oath Bound est un tout et dans ce tout ô combien minimaliste, Summoning a sur faire quelque chose que peu de groupes arrivent encore à faire : susciter des images, faire travailler l'imagination. Dans cette noirceur palpable, c'est beau, parce précieux.

Merci à qui de droit pour cette découverte musicale. Merci à cette personne pour avoir su conseiller pareille oeuvre. Et si cette chronique vous donne envie de vous plonger dans ce disque, alors c'est parfait. Les mots sont faibles face à ce que peut évoquer la musique de Summoning et le mieux à faire pour comprendre, c'est de se jeter corps et âme dans la discographie des Autrichiens qui n'ont pas fini de nous étonner, malgré leur marge d'évolution très faible. Et tant mieux, quelque part. on demande trop souvent aux groupes de se chercher de nouveaux sons quand cela peut contribuer à les déphaser avec leur essence. Un grand disque de black metal atmosphérique et épique.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Très belle chronique. Summoning est un géant du Black Metal atmo mais aussi un monstre auquel il est difficile de voir la magie. Beaucoup d'écoutes et de patience sont nécessaires pour entrer dans leur monde. Oath Bound n'est cependant pas mon préféré mais mérite bien un 8.5.
lun. 22 mars 10- 15:38  
Magnifique chronique. Sois bien sur que tes mots ont suscité en moi la profonde envie d'explorer les Terres du Milieu en compagnie de cet album. Mission accomplie , Et merci par la même occasion à la personne t'ayant fait découvrir cette oeuvre qui t'a si bien inspiré.
lun. 22 mars 10- 17:47  
Je suis d'accord, ce disque est superbe. J'ai toujours suivi avec le plus grand intérêt, les pérégrinations musicales de ce duo de magiciens, depuis leur tumultueux premier opus Lugburz. Un groupe qui n'a eu de cesse de sublimer son art au fil des années, et qui est aujourd'hui rentré dans la légende, avec un style qui n'appartient qu'à lui. Perso, ma préférence va néanmoins à l'immortel Stronghold, mais ce dernier album est incontestablement une merveille de Black atmosphérique. Bravo pour cette chronique en tous cas.
lun. 22 mars 10- 19:23  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Oath Bound - Infos

Voir la discographie de Summoning
Infos de Oath Bound
acheter sur Amazon
Sortie : 4 avril 2006
Genre : Black Metal Atmosphérique & Epique
Label : Napalm Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Bauglir (2:59)paroles de Bauglir
2. Across The Streaming Tide (10:20)culte !culte !paroles de Across The Streaming Tide
3. Mirdautas Vras (8:14)à écouter en premierlistenparoles de Mirdautas Vras
4. Might And Glory (8:26)à écouter en premierparoles de Might And Glory
5. Beleriand (9:28)paroles de Beleriand
6. Northward (8:40)à écouter en premierparoles de Northward
7. Menegroth (8:12)paroles de Menegroth
8. Land Of The Dead (12:50)culte !culte !écouterlistenparoles de Land Of The Dead
écouter : Ecouter l'album



Summoning

Albums chroniqués :
Chronique de Oath Bound
Oath Bound
2006

Chronique de Let Mortal Heroes Sing Your Fame
Let Mortal Heroes Sing Your Fame
2001

Summoning
Summoning
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Autriche




Groupes en rapport


Textures
Textures
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Metal Progressif
Origine : Pays-Bas


Blind Guardian
Blind Guardian
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne


Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Emperor
Emperor
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège