Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Umskiptar

Chronique de Umskiptar

Burzum  - Umskiptar (Album)

Les métamorphoses du vide



On pourra dire ce qu’on veut, mais Burzum a toujours fasciné. Si peu que l’on s’intéresse de près ou de loin au Metal, ce nom résonne comme une litanie, incarnant le Mal suprême, incarnant l’essence du Black Metal… Inutile de revenir sur l’histoire de ce one-man-band qui, en accord avec ses convictions, a activement participé à la destruction d’églises norvégienne, et a assassiné le charismatique leader de Mayhem, Euronymous. Ces dérives lui vaudront une incarcération. Mais soyons honnêtes, si Burzum est si connu, ce n’est pas uniquement grâce à ses actes, c’est aussi par sa musique, une musique visionnaire pour l’époque, celle qui inspira nombre de fans et sans qui le Black Metal ne serait sans doute pas ce qu’il est aujourd’hui… Paraît-il que Burzum est le groupe dont il existe le plus de reprises, tout style musical confondu ! C’est dire !
Quoi qu’il en soit, le sieur Vikernes est encore actif après ces années d’incarcération et voilà qu’il nous présente son troisième album depuis sa libération. Un disque répondant au doux nom de Umskiptar que l’on pourrait traduire par « métamorphose »…

Si Varg Vikernes avait déclaré vouloir arrêter la musique, la musique l’a pourtant rattrapé ! Il était évident que le Burzum d’aujourd’hui ne serait plus le Burzum d’hier. Et en effet, depuis Belus, l’intérêt pour les compositions de Count Grishnak n’est plus aussi ardent. Pour beaucoup, Burzum a cessé d’exister vraiment après Filosofem. Les délires Dark Ambiant minimalistes qui ont suivi manquent cruellement de vigueur. Umskiptar est un disque qui porte en lui tout le passé de Burzum et qui tente de repartir sur de nouvelles bases en donnant un accent sur le côté introspectif de la musique.
Tout commence avec la vois de Vikernes récitant une sorte d’incantations aux dieux anciens. Puis le côté Black Metal se fait sentir progressivement dans les guitares qui se veulent agressives par moment, saturées, mais toujours en finesse. Parce que l’heure est à l’introspection, au voyage. Evidemment, le côté épique vient petit à petit prendre une place de choix au cœur de ces morceaux qui viennent nous prendre par la main pour nous emmener dans un monde dans lequel l’auditeur observe les dieux. A l’image d’un Hellveto, c’est une véritable fresque légendaire qui défile sous nos yeux.
Si Belus avait pou décevoir les fans qui attendaient beaucoup du retour de Vikernes, Umskiptar est le disque qui vient remettre Burzum sur le devant de la scène. On retrouve d’ailleurs des relents d’Absurd, voire de Bilskirnir par moment. Parce que oui, l’esprit Pagan est bien présent dans ce nouvel album. Il n’y a qu’à écouter un titre comme Heiðr pour s’en convaincre.

Si Burzum n’a jamais vraiment renié son côté païen, encore moins depuis sa sortie de prison, c’est ici mis en musique de manière très habile et peu conventionnelle. Burzum excelle dans l’utilisation de ses instruments au service de ses convictions. Et c’est sans doute ça qui fera la force de ce nouvel album. On retrouve le côté mélancolique et rituel qui convient, et on sent une certaine inspiration avec ce disque. Beaucoup trop de groupes tentent de faire du neuf avec du vieux. Burzum ne tombe pas dans ce piège ici. Et malgré la vitesse à laquelle sortent les albums depuis son retour, on sent que le comte a su prendre le temps de peaufiner ses compositions afin de les faire sonner à la perfection.
Et le chant de Varg contribue à cette plénitude. Quasiment entièrement en chant clair, le disque nous dévoile l’étendue de son talent et se joue des modes.
Umskiptar n’est pas un disque violent, mais ce n’est pas non plus un disque calme. Il fait la transition entre deux états d’esprit afin de proposer un équilibre, à la fois musical et psychologique, une sorte d’ataraxie qui nous envoûte et nous transportent vers un monde inconnu (Valgaldr).

Avec Umskiptar, Burzum montre qu’il faut encore compter sur lui. Mais ces délires adolescents sont désormais loin derrière lui. Ceux qui s’attendent à ce que Burzum nous livre un Det Som Engang Var II se trompent. Varg décide d’aller plus loin dans l’exploration musicale qui lui est offerte par les dieux anciens. Et il suit cette voie pour nous livrer un disque entre mélancolie et contemplation, avec une dimension épique et onirique à la fois.

(1) Modifier l'article
par Pit, le 9 avril 2012
Voir toutes les chroniques de Pit


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Alors ça c'est dingue! Je ne savais même pas qu'il y avait un nouvel album de prévu!
mar. 10 avril 12- 16:17  
Hé ouais ! Mais honnêtement, il est pas mal envoûtant !
jeu. 10 mai 12- 10:26  
Je suis totalement en désaccord avec cette chronique. Je n'ai jamais été un gros fan de Burzum, mais cet album est tout simplement horrible. Il est passé de pionner a simple suiveur. tout au long de l'écoute on n'entend que des piètres imitation du vieux Enslaved et autre groupes de Viking Black. Perso l'album ne m'atteint pas, mais tout les goûts sont dans la nature.
sam. 12 mai 12- 15:33  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Umskiptar - Infos

Voir la discographie de Burzum
Infos de Umskiptar
acheter sur Amazon
Sortie : 21 mai 2012
Genre : Black Metal
Label : Byelobog Productions
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Blóðstokkinn (01:16)paroles de Blóðstokkinn
2. Jóln (05:51)paroles de Jóln
3. Alfadanz (09:22)paroles de Alfadanz
4. Hit helga Tré (06:51)paroles de Hit helga Tré
5. Æra (03:58)paroles de Æra
6. Heiðr (03:02)paroles de Heiðr
7. Valgaldr (08:03)paroles de Valgaldr
8. Galgviðr (07:16)paroles de Galgviðr
9. Surtr Sunnan (04:14)paroles de Surtr Sunnan
10. Gullaldr (10:20)paroles de Gullaldr
11. Níðhöggr (05:00)paroles de Níðhöggr
écouter : Ecouter l'album



Burzum

Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège




Groupes en rapport



Xasthur
Xasthur
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : États-Unis


Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Assassin
Assassin
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Thrash Metal
Origine : Allemagne