Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de World Demise

Chronique de World Demise

Obituary  - World Demise (Album)

 5 
10

Fable écolo sur le mode tatane dans la tronche



Nous sommes en 1994. Obituary a laissé passer quatre précieuses années après The End Complete et il sait qu'il ne peut se permettre de retourner dans cette voie. Un quatrième album dans la lignée des trois précédents, cela ferait désordre. Aussi, les musiciens vont décider, courageusement, de varier le propos, de s'ouvrir à d'autres horizons. Et à l'écoute de ce World Demise, on peut légitimement penser que la percée de combos comme Biohazard ou Sepultura n'est pas passée inaperçue.

La pochette est un premier indice, important, quant à l'évolution de Obituary. La mort est toujours présente, mais pas de façon trop visible. Elle se dévêt de ses atours gores ou ouvertement menaçants pour se glisser sournoisement dans la toxicité d'une fumée crachée par des cheminées d'usines, prête à retomber sur la ville pour provoquer des cancers de masse. Regarder le livret, passer du temps à le feuilleter, met mal à l'aise et noue la gorge ; difficile de rester de marbre face aux photos de nature dévastée, où des fûts rouillent, où des enfants jouent sur des berges polluées. C'est sombre et ça donne à réfléchir quant à l'orientation du groupe sur cet album.

Parce qu'il est indéniable que Obituary s'est donné les moyens de faire autre chose, ou de tenter de voir ailleurs s'il y est. Le travail sur les rythmiques est colossal. Douglas Tardy joue de façon inédite, tout en cassure. Les tempos sont du coup ralentis et le death mue. Il se teinte de quelques passages plus hardcore dans l'esprit et revit lors d'accélérations dévastatrices pour les cervicales (celle de Solid State est particulièrement efficace). Cependant, le groupe peine à se défaire de ses travers et on se retrouve rapidement dans un milieu confiné, noyé dans une homogénéité qui vient peser lourdement sur l'ensemble. Guitares redondantes, solis prévisibles et sans intérêt quand on connait l'opus précédent...

Les cinquante minutes de ce disque deviennent un supplice à mesure que le temps s'égrène. La lenteur démesurée de cet album convient mal à Obituary. Le choix d'inclure des percussions tribales dans Kill For Me sent la récupération du Chaos AD de Sepultura à plein nez et ne convainc pas.

L'intérêt réside ailleurs. Dans les textes principalement; Ils parlent toujours de mort, mais sans évoquer des goules ou autres zombis. Cette fois-ci, la mort a un visage plus réaliste, celui des choix et des actions de l'homme vis-à-vis de la nature. Dès Don't Care, John Tardy nous met au diapason en nous enjoignant de de pas céder aux sirènes commerciales qui annihilent la planète. Effort louable, peut-être un peu moralisateur, dont l'effet est certainement un peu gâché par le chant de Tardy qui ne varie pas d'un iota. N'importe qui connaissant un tant soit peu sa voix trouverait qu'il s'agit de Obituary lors d'une écoute à l'aveugle.

La pochette et les textes laissaient entrevoir un Obituary nouveau et politisé. Le résultat n'est malheureusement pas très probant et le groupe, déjà en difficulté au moment de sa sortie, sera contraint de plier sous le poids et d'abandonner sa cause durant quelques années. Certainement pas le meilleur album des américains, peut-être pas le pire. Mais un disque qui en devient presque dispensable tout de même.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 2 commentaires précédents
Et encore la note est généreuse selon moi.
Je n'ai jamais supporté ce groupe, sauf sur Cause Of Death, dont le mérite revient essentiellement à la présente de James Murphy.

lun. 11 oct. 10- 19:27  
J'ai exagéré à dessein en faisant un parallèle entre Endorama et World Demise. C'était juste pour insister sur le côté "mal aimé" de ce disque. Personnellement, c'est le seul d'Obituary que je peux me passer sans bâiller. En tous cas, d'accord pour James Murphy qui apporte un côté aérien à tout cette masse métallique.
lun. 11 oct. 10- 21:55  
Pour moi, après Cause of Death, Obituary s'est essoufflé. (Elric dira après Slowly.)
Mais on ne peut pas nier qu'il y a des titres qui envoient réellement, et qui font leur effet.
World Demise c'est des tas d'idées maladroitement exploitées et qui auraient pu faire un truc vraiment dément. Je trouve ta note beaucoup trop sévère, mais je la comprends. On sent le fan des premières heures gravement déçu.

Et oui, James Murphy botte le cul.

lun. 11 oct. 10- 22:15  


World Demise - Infos

Voir la discographie de Obituary
Infos de World Demise
acheter sur Amazon
Sortie : 6 septembre 1994
Genre : Death Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Don't Care (3:09)à écouter en premierparoles de Don't Care
2. World Demise (3:44)paroles de World Demise
3. Burned in (3:32)paroles de Burned in
4. Redefine (4:40)paroles de Redefine
5. Paralyzing (4:57)paroles de Paralyzing
6. Lost (4:00)paroles de Lost
7. Solid State (4:39)paroles de Solid State
8. Splattered (4:15)paroles de Splattered
9. Final Thoughts (4:09)paroles de Final Thoughts
10. Boiling Point (3:10)paroles de Boiling Point
11. Set in Stone (4:53)paroles de Set in Stone
12. Kill for Me (6:02)paroles de Kill for Me
écouter : Ecouter l'album

Obituary

Albums chroniqués :
Chronique de Frozen In Time
Frozen In Time
2005

Chronique de World Demise
World Demise
1994

Chronique de Cause Of Death
Cause Of Death
1990

Chronique de Slowly We Rot
Slowly We Rot
1989

Obituary
Obituary
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Death
Death
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis


Celtic Frost
Celtic Frost
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suisse


Albums chroniqués :
Chronique de Illud Divinum Insanus
Illud Divinum Insanus
2011

Chronique de Covenant
Covenant
1993

Chronique de Altars of Madness
Altars of Madness
1989

Morbid Angel
Morbid Angel
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Deicide
Deicide
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Biohazard
Biohazard
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Machine Messiah
Machine Messiah
2017

Chronique de Kairos
Kairos
2011

Chronique de A-Lex
A-Lex
2009

Chronique de Dante XXI
Dante XXI
2006

Sepultura
Sepultura
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts: