Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Never, Neverland

Chronique de Never, Neverland

Annihilator  - Never, Neverland (Album)

Phantasmagoria



Alice In Hell, le premier opus des Canadiens de Annihilator, avait tout de même trouvé son public et des échos favorables avaient amené Dave Mustaine, alors à la recherche d'un nouveau guitariste pour Megadeth, à contacter Jeff Waters pour le poste. Ce dernier décline l'offre, ce qui était encore le meilleur des choix possibles vu le caractère des deux hommes. Waters, qui croit dur comme fer en son propre groupe, préfère donner une suite à son Alice In Hell.

Pour cela, il commence par faire le ménage dans ses rangs, sans trop de ménagement puisque le guitariste Anthony Greenham et surtout le chanteur au timbre si particulier, Randy Rampage, prennent la direction de la porte, respectivement remplacés par Dave Scott Davis et Cobum Pharr. En définitive, ça ne change pas grand chose, Waters restant l'artisan principal du son Annihilator.

On se retrouve donc avec une espèce de séquelle à Alice In Hell, comme semble nous le suggérer la pochette de cet album, même si cette fois-ci on voyage plus du côté du monde de Peter Pan (Neverland). Mais peut-on vraiment parler de suite ? Y aurait-il un concept décalé entre le nom du groupe et une enfant et sa poupée ? Rien n'est plus incertain, mais à l'époque, il était de bon ton de parler de suite, histoire de faire mousser le tout.

Si Alice In Hell dégageait la fougue d'un premier album, énervé et accrocheur, ce Never, Neverland montre que le groupe a gagné en maturité. Il y a moins de furie, moins d'arrogance dans cette succession de pépites dédiées au tout puissant dieu Thrash. Pharr n'a pas la même agressivité que Rampage et Waters s'est parfaitement adapté à sa voix. Certes, ça gueule toujours pas mal, mais il y a également des passages plus mélodiques où l'on ne peut qu'applaudir l'impétueux guitariste pour ses choix (pêle-mêle : The Fun Palace, Phantasmagoria, le sublime Never, Neverland, sur lesquelles le chanteur est tout bonnement éblouissant). C'est comme si les musiciens décidaient de prendre leur temps plutôt que de foncer bille en tête. On reconnait le style du groupe, avec ces riffs saccadés qui explosent un peu partout avant de laisser place à des soli monstrueux, on note également une petite touche proche de Megadeth ça et là (le coup de fil de Megadave aurait-il suscité des idées ?).

Never, Neverland est donc un disque plus réfléchi que son illustre grand frère. Si le style est parfaitement identifiable, la férocité n'est plus de mise et cet album intelligemment construit, bien joué et efficace peut décevoir à la première écoute. Mais en creusant, en grattant un peu, le tout devient très vite fort sympathique et se pose comme le digne successeur d'Alice In Hell, plus chaleureux, capable de mélodies subtiles dans un monde de brutes... Même si, évidemment, on est parfaitement en droit de préférer la folie dévastatrice du premier effort des Canadiens...



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


J'en avais entendu parlé en tant que "techno thrash", attiré j'achète. T'in, pas déçu, toujours aussi agréable à écouter après tout ce temps, la voix, les riffs heurtés et le son singuliers font le charme du groupe.
sam. 14 nov. 09- 15:53  


Never, Neverland - Infos

Voir la discographie de Annihilator
Infos de Never, Neverland

Sortie : 12 septembre 1990
Genre : Thrash Metal
Label : Roadrunner Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. The fun palace (5:51)culte !culte !paroles de The fun palace
2. Road to ruin (3:43)paroles de Road to ruin
3. Sixies and sevens (5:21)paroles de Sixies and sevens
4. Stonewall (4:51)à écouter en premierlistenparoles de Stonewall
5. Never, neverland (5:30)culte !culte !paroles de Never, neverland
6. Imperiled eyes (5:28)paroles de Imperiled eyes
7. Kraf dinner (2:41)paroles de Kraf dinner
8. Phantasmagoria (4:00)à écouter en premierparoles de Phantasmagoria
9. Reduced to ash (3:09)paroles de Reduced to ash
10. I am in command (3:35)à écouter en premierparoles de I am in command
écouter : Ecouter l'album

Annihilator

Annihilator
Annihilator
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Megadeth
Megadeth
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Seven Years...
Seven Years...
2009

Chronique de Beyond the Mirrors
Beyond the Mirrors
2008

Broken Mirrors
Broken Mirrors
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Thrash Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Machine Messiah
Machine Messiah
2017

Chronique de Kairos
Kairos
2011

Chronique de A-Lex
A-Lex
2009

Chronique de Dante XXI
Dante XXI
2006

Sepultura
Sepultura
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:

Testament
Testament
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Orphée
Orphée
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Thrash Metal
Origine : France