Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Organic Hallucinosis

Chronique de Organic Hallucinosis

Decapitated  - Organic Hallucinosis (Album)

 8 
10

Autre vision du Death Metal



The Negation amorçait un changement pour le moins perturbant dans le Death Metal de Decapitated. Plus que du changement, il sentait le roussi, montrait un faciès désagréable, loin des possibilités dégagées par Winds of creation et Nihility. Plus froid, plat et sans âme, The Negation entamait donc une seconde partie de carrière en demi-teinte pour les polonais. Le départ de Sauron au profit de Covan au chant pose une nouvelle fois des questions d'efficacité pour ce Organic Hallucinosis que l'on pouvait déjà apercevoir débouler avec ses grosses rangers trop bien cirées afin d'écraser le peu de superbe du groupe. Mais il semblerait que Decapitated, non content de s'être ressaisi, s'est trouvé un chemin alternatif non négligeable.

Sans que l'on puisse le savoir à l'écoute de The Negation, Decapitated nous avait dévoilé la boîte de Pandore qu'il comptait ouvrir par la suite. Au travers d'un album mauvais, c'est un essai qui transparaissait, une tentative de s'aventurer ailleurs; une expérience ratée donc, mais totalement remise au goût du jour par ce Organic Hallucinosis qui fait office de séance de rattrapage fort plaisante même si troublante au prime abord. Car l'entrée de « A poem about an old prison man », si elle défouraille outre mesure, amène à entendre ce Covan au chant si particulier, qui oscille entre celui de Burton C.Bell de Fear Factory et celui de Jens Kidman de Meshuggah. Le choc est logique pour le fan habitué à entendre la monotonie Death rauque de Sauron et qui se retrouve donc avec un type de chant plus Thrash mais vraiment intéressant, car fait pour aller de pair avec ce virage musical dont je vais vous parler plus bas.

Exit le Death Metal technique graveleux proche de Vader des premiers albums, place à un Death technique encore plus complexe et mécanique, qui se rapproche dans sa violence du Brutal (les blasts n'ont jamais été aussi violents), touche à un Thrash complexifié dans ses riffs et brutalisé par l'utilisation du groupe (« Day 69 » est à ce titre une claque). Decapitated a choisi d'innover, incorporant dans sa musique plus de place aux changements de rythme, tout en restant cohérent dans sa démarche artistique. Les polonais extrapolent à des styles plus larges mais surtout à une expérimentation qui rend l'album plus malsain, plus vivant que jamais. La technique est multipliée par quarante et il n'est pas rare de rester bouche bée devant tant de précisions et technicité (les asymètries et solis barrés/modernes de « Post(?)Organic », meilleur titre de l'opus). Le Death Metal de Decapitated devient athlétique, sa forme est plus travaillée, les breaks ultra carrés magnifiés, les changements multiples millimétrés et dosés avec assurance.

Le groove si caractéristique de leur musique est également revenu, déserté qu'il était dans The Negation. Fortement différent de celui de Winds of creation, il est marqué ici par une avancée dans la façon de composer. Les mid-tempos ne se font plus si rares, les ralentissements plus fréquents, la volonté d'épurer les morceaux est vivifiante pour le groupe. On peut alors se retrouver dans un groove qui rappellerait nos champions de Trepalium (« Flash-B(l)ack » ou encore la fin de « Visual Delusion »). Loin des canons du genre donc, Decapitated poursuit un but précis: transmettre des visions de destruction, son idée de l'illusion par la musique, de la folie. Il faut ainsi noter que le rapprochement avec Meshuggah n'est pas le fruit du hasard. Le chant contribue à cela mais également les dissonances, l'aspect arythmétique des riffs, encore plus prononcés mais aussi le son, très propre et précis, fortement moderne et incisif mais surtout extrêmement mécanique, dans le sens de l'ambiance dégagée. Les fans de la première heure crieront au scandale mais force est de constater que le Death de Decapitated y gagne en puissance, vitalité et portée émotionnelle. Défaut notable cependant que cette trop forte inspiration des polonais, que l'on ne peut s'empêcher de saisir à l'écoute de pièces comme « Invisible Control » ou « Day 69 » bien que le style Decapitated soit indéniablement là.

The Negation était à justifier. Avec Organic Hallucinosis, Decapitated ne fait pas que justifier sa tentative ratée: il nous met une claque littérale et fait se rasseoir les protestataires de l'assemblée. Album le plus violent du combo, le plus travaillé, le plus « passeur d'ambiances » et le plus complexe, Organic Hallucinosis expose un Death Metal technique où se mêlent Meshuggah, Fear Factory, Morbid Angel et une forme de psychédélisme renversante dans les solis, qui prennent enfin une dimension autre que le simple remplissage. La production trop lisse pourra rebuter, le chant de même mais force est de constater que ce quatrième Decapitated amorce un tournant dans leur histoire qu'il serait criminel de négliger.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Autant les 4 premiers morceaux je les adore vraiment, autant j'ai trouvé les trois derniers un peu chiant ...

Néanmoins c'est vrai qu'à l'écoute du premier titre, on se prend une putain de claque. Ce n'est qu'un apéritif comparé à Day 69 néanmoins ..

sam. 5 nov. 11- 23:24  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Organic Hallucinosis - Infos

Voir la discographie de Decapitated
Infos de Organic Hallucinosis
acheter sur Amazon
Sortie : 13 février 2006
Genre : Death Metal
Label : Earache Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. A Poem About an Old Prison Man (04:39)paroles de A Poem About an Old Prison Man
2. Day 69 (03:12)listenparoles de Day 69
3. Revelation of Existence (The Trip) (04:37)paroles de Revelation of Existence (The Trip)
4. Post Organic (05:43)paroles de Post Organic
5. Visual Delusion (05:53)paroles de Visual Delusion
6. Flash-B(l)ack (03:39)paroles de Flash-B(l)ack
7. Invisible Control (04:46)paroles de Invisible Control
écouter : Ecouter l'album

Decapitated

Decapitated
Decapitated
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Mechanize
Mechanize
2010

Chronique de Transgression
Transgression
2005

Chronique de Archetype
Archetype
2004

Chronique de Digimortal
Digimortal
2001

Fear Factory
Fear Factory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Violent Sleep Of Reason
The Violent Sleep Of Reason
2016

Chronique de Alive
Alive
2010

Chronique de ObZen
ObZen
2008

Chronique de Catch 33
Catch 33
2005

Meshuggah
Meshuggah
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Vader
Vader
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de H.N.P.
H.N.P.
2012

Chronique de XIII
XIII
2009

Chronique de Alchemik Clockwork Of Disorder
Alchemik Clockwork Of Disorder
2006

Trepalium
Trepalium
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Illud Divinum Insanus
Illud Divinum Insanus
2011

Chronique de Covenant
Covenant
1993

Chronique de Altars of Madness
Altars of Madness
1989

Morbid Angel
Morbid Angel
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: