Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Anachromie

Chronique de Anachromie

Kells  - Anachromie (Album)

Kells nouvelles ?



On a tendance à estimer que le troisième album constitue l’album de la maturité. Il suit en effet celui de la consécration et confirme le potentiel éphémère que l’on a pu mettre au sein d’une formation pleine de promesse voilée.

Quatre ans après un « Lueurs » sympathique, les frenchies reviennent avec un opus plus sombre sous les bras. Fort d’une tournée en compagnie d’Epica et Tarja, le groupe a décidé d’alourdir son propos en déclinant lentement son metal symphonique vers les sphères acérées d’un neo metalcore mélodique.

Évidemment, on garde toujours ces ajouts d’éléments symphoniques qui ont fait la force de la formation par le passé (le pont arabisant d’ « Illusion d’une aire ») tout en gardant une base metal qui ne faiblit pas. Pourtant, l’une des grandes évolutions qu’il faut retenir sur cet Anachromie se trouve du côté du chant de Virginie Goncalves. En effet, la demoiselle au bras tatoué a décidé d’élargir sa palette vocale en poussant quelques screams qu’Alexis Brown (Straight Line Stitch) n’auraient pas reniés. Il faut voir comment la miss s’égosille sur le schizophrénique « Emmurés ». Ce titre constitue sûrement l’un des meilleurs morceaux jamais écrits par le groupe et se placera assurément en tête de liste des plébiscités au sein de la frange des fans passionnés. Autre élément qui trouvera grâce auprès des dévoreurs de musique, c’est la nette amélioration de la diction. Ainsi, même si l’on ne comprend toujours pas les textes (comme Eths d’ailleurs) l’on arrive à comprendre ce qu’elle dit et de ce côté-là le boulot abattu est énorme.

Bien sûr, l’ensemble n’est pas prodigieusement fabuleux et les riffs aussi entrainants soit ils restent simplistes dans leurs exécutions (« Le manège déchanté », « Addictions »). C’est peut être l’un des seuls défauts que l’on pourrait reprocher à l’opus en plus d’une baisse de régime constatée en seconde partie d’album. Et ce n’est pas l’ajout inutile de deux titres en version anglaise qui arrivera à remettre l’album sur les bons rails. Pourtant Kells a-t-il vendu son âme au démon mercantile ? La volonté affichée est d’une limpidité cristalline pour deviner les projets des français : conquérir un public par delà l’océan est l’envie, Anachromie est le catalyseur de celle-ci.

Par conséquent, on se délecte d’une première partie rageuse et terriblement accrocheuse. « L’heure que le temps fige » est impressionnant de par son refrain fédérateur, « L’asphalte » et son atmosphère sombre rappelle le « Kisses & Kerozene » d’Otep. Bref, chaque titre comporte son lot d’ambiances, tout en emportant cette fascination charnelle qui se développe inlassablement jusqu’au point de non retour.

Au final, beaucoup trouveront la supercherie trop grosse pour se laisser tenter et préféreront le Dark Adrenaline de Lacuna Coil. Si la comparaison parait évidente par moment (les vocalises arabisantes à la Karmacode) Kells bénéficie d’une personnalité qui lui permet de s’articuler autour d’une troisième œuvre tout à fait honnête à la production un poil trop lisse. Malgré quelques riffs banals et une perte de vitesse de croisière, l’ensemble se suit avec plaisir. Que demande le peuple finalement ?



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Anachromie - Infos

Voir la discographie de Kells
Infos de Anachromie
acheter sur Amazon
Sortie : 20 janvier 2012
Genre : Neo Metal
Label : Season of Mist
Playlist :
1. Bleu (4:18)
2. Se Taire (3:37)culte !culte !
3. Illusion d'une Aire (3:31)
4. L'Heure que le Temps Va Figer (3:58)
5. L'Asphalte (1:21)
6. Emmurés (4:15)
7. Quelque Part (3:38)
8. Le Manège Déchanté (3:38)
9. Cristal (3:27)
10. Addictions (3:15)
11. L'Autre Rive (4:14)
12. Nuances (3:41)
13. L'Écho (4:39)
14. Furytale ( English Version of (3:38)
15. On My Fate ( English Version of (3:53)
écouter : Ecouter l'album



Kells

Albums chroniqués :
Chronique de Anachromie
Anachromie
2012

Kells
Kells
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Koi No Yokan
Koi No Yokan
2012

Chronique de Diamond Eyes
Diamond Eyes
2010

Chronique de Saturday Night Wrist
Saturday Night Wrist
2006

Chronique de White Pony
White Pony
2000

Deftones
Deftones
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Vol. 3: (The Subliminal Verses)
Vol. 3: (The Subliminal Verses)
2004

Chronique de Iowa
Iowa
2001

Chronique de Slipknot
Slipknot
1999

Slipknot
Slipknot
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hypnotize
Hypnotize
2005

Chronique de Mezmerize
Mezmerize
2005

Chronique de Steal This Album!
Steal This Album!
2002

Chronique de Toxicity
Toxicity
2001

System of a Down
System of a Down
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Lofofora
Lofofora
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Korn
Korn
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Linkin Park
Linkin Park
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Disturbed
Disturbed
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: