Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de When Dream and Day Unite

Chronique de When Dream and Day Unite

Dream Theater  - When Dream and Day Unite (Album)

Pas encore marqué au fer rouge...



Les musiciens de Dream Theater se sont rencontrés pour la plupart à la prestigieuse école de musique Berklee High School. John Petrucci et John Myung se connaissaient depuis longtemps et sympathisèrent avec le batteur Mike Portnoy juste parce qu'il se baladait avec un t-shirt Talas au sein de l'établissement. Kevin Moore rejoignit la formation en tant que claviériste et un premier chanteur fut embauché. Le groupe s'appelle alors Majesty et gardera ce nom quelques temps avant la sortie du premier album en 1989.

Entretemps, il y eut quelques changements. Charlie Dominici hérite du micro, Majesty doit changer de nom pour raisons juridiques et devient Dream Theater. Le premier album voit le jour dans la foulée, avec cette pochette que l'on rapprocherait volontiers d'un trip de domination extrême. Une jaquette passe-partout qui n'emprunte pas encore certains codes au prog.

Musicalement, en revanche, Dream Theater montre déjà la voie qu'il a choisi. L'introduction de A Fortune In Lies est assez représentative du style du groupe : les changements de mélodies consécutives, un batteur tentaculaire dont le jeu est loin d'être conventionnel, rapide, technique, se basant sur des oppositions de temps, de tempos, une basse galopante vertigineuse, un clavier bien présent... On passe allègrement d'une mélodie simple à un martèlement proche du thrash, avec des cassures rythmiques et stylistiques continuelles. Ceux qui ont pris le train en route et qui s'intéresse à ce premier opus sur le tard ne seront donc pas étonnés outre mesure. Dream Theater fait du Dream Theater, le contraire eut été étonnant. Certaines compositions sont déjà découpées en chapitres, la technicité est déjà bluffante mais parfois trop démonstrative, allant jusqu'à l'excès par moment...

Cependant, ce n'est pas James LaBrie qui chante, mais Dominici et la différence est de taille. Ce dernier est en effet plus apte à s'étaler sur un heavy classique des années 80, qui demande une voix aigüe. Et ici, elle ne correspond pas au style. Sa manie de la pousser devient rapidement agaçante, horripilante. L'instrumentale The Yste Jam (Majesty à l'envers) devient du coup un havre de paix, où il ne nous reste plus qu'à savourer la technique des musiciens, qui se concentraient malgré tout sur des mélodies.

Une fois que l'on s'est habitué à la voix de Dominici (qui n'est pas spécialement mauvais, mais juste complètement hors-sujet), d'autres détails agacent l'oreille. Certains enchaînements sont bancals (The Killing Hand perd ainsi en efficacité alors qu'il aurait pu prétendre au rang de classique pour le groupe), le clavier arrive à se montrer moderne par moments pour sombrer dans des sonorités plus datées par endroits... Des petits défauts qui restent à corriger, accentués par une production faiblarde, qui ne permet pas à la musique de Dream Theater de prendre tout son volume.

When Dream And Day Unite n'est pas un mauvais album. Il s'agit plutôt d'une oeuvre de jeunesse, bourré de défauts, certes, mais pas forcément désagréable. Proposant déjà quelques morceaux de bravoure, ce disque tranchait complètement avec les autres sorties US de l'époque. Atco a vite flairé le bon coup et s'est empressé de signer le jeune groupe, qui ne mit pas longtemps à se séparer de Dominici. Les musiciens ne le savaient pas encore, mais Dream Theater allait devenir un des combos les plus influents sur la scène prog'. When Dream... est à découvrir, et pas que pour les photos intérieures trahissant une époque peu glorieuse pour les cheveux !



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Je suis dans l'ensemble d'accord avec toi. C'est un album qui n'est pas mauvais, mais qui sonne "baclé". Et c'est vrai que le chanteur est hors-sujet.
mar. 15 sept. 09- 17:57  
C'est d'autant plus flagrant si on écoute Images And Words dans la foulée : le fossé est énorme. La fougue de la jeunesse n'est peut-être plus présente, mais le groupe a gagné en maturité.

Perso, When Dream... ne me déplait pas dans le fond, plutôt sur la forme. Tous les groupes ne font pas un premier album excellent ; Dream Theater est de ceux-là.

mar. 15 sept. 09- 19:46  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

When Dream and Day Unite - Infos

Voir la discographie de Dream Theater
Infos de When Dream and Day Unite
acheter sur Amazon
Sortie : 11 juin 1989
Genre : Metal Progressif
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. A Fortune in Lies (05:12)paroles de A Fortune in Lies
2. Status Seeker (04:18)paroles de Status Seeker
3. The Ytse Jam (05:46)paroles de The Ytse Jam
4. The Killing Hand (08:42)paroles de The Killing Hand
5. Light Fuse and Get Away (07:24)paroles de Light Fuse and Get Away
6. Afterlife (05:27)paroles de Afterlife
7. The Ones Who Help to Set the Sun (08:05)listenparoles de The Ones Who Help to Set the Sun
8. Only a Matter of Time (06:36)paroles de Only a Matter of Time
écouter : Ecouter l'album



Dream Theater

Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Volume 1
Volume 1
1998

Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The storm within
The storm within
2016

Chronique de Glorious Collision
Glorious Collision
2011

Evergrey
Evergrey
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Grace Decapitated
The Grace Decapitated
2009

Ellipsis
Ellipsis
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal Progressif
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Road Salt One - Ivory
Road Salt One - Ivory
2010

Pain Of Salvation
Pain Of Salvation
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Incident
The Incident
2009

Chronique de Fear Of A Blank Planet
Fear Of A Blank Planet
2007

Porcupine Tree
Porcupine Tree
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: