Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de United Abominations

Chronique de United Abominations

Megadeth  - United Abominations (Album)

Mega mortel l'ennui...



Megadeth fait du Megadeth. Derrière cette tautologie se cache une vérité bien plus déplaisante : Megadeth fait du Megadeth, mais sans la flamme sacrée du passé.

Alors oui, si l'on doit toujours regarder le passé, on n'apprécierait jamais à leur juste valeur les albums qui sortent de nos jours quand les groupes ont déjà une réputation accrochée à leur cheville comme un boulet. Pourtant, on ne peut jamais s'empêcher de comparer. Demandez à AC/DC, Iron Maiden ou Metallica ce qu'ils en pensent. Et si on se base sur la discographie de Megadeth, ce United Abominations est meilleur que The World Needs A Hero, a vraiment du mal à faire la nique à Risk et ne tient pas la comparaison face au mitigé Cryptic Writings. On s'arrêtera là, le constat est déjà assez accablant.

Pourtant, ça ne commence pas si mal que ça. Il y a même de véritables bons titres en début d'album : les quatre premiers en fait. Sleepwalker, avec son riff thrash acéré, est un petit bijou du genre. L'absence de Chris Poland ne se fait pas sentir, Megadeth n'est plus un groupe depuis longtemps, mais le moyen qu'à Dave Mustaine de s'exprimer. Le guitariste rouquin a composé quasiment la totalité du disque, l'a produit avec l'aide d'Andy Sneap (d'où un très gros son) et il est remonté et le prouve.

On sait que MegaDave n'aime pas les Nations Unis, il nous l'avait déjà montré sur la pochette de Peace Sells... But Who's Buying ?, dans un décor post-apocalyptique. Ici, la jaquette nous en montre la genèse, avec un Vic - c'est une première - en chair et en os, lui qui était jusqu'alors le plus célèbre squelette du metal. Certes, Mustaine n'apprécie pas les agissements des Nations Unis, n'a pas digéré le refus du gouvernement français de ne pas participer à la surprise party de Bush dans le Golfe et il nous en fait part dans son style bien à lui, sarcastique, vindicatif. Sauf que là, son discours politique est quelconque, inintéressant. Limite pathétique tellement il ressemble à une caricature de lui même.

Alors oui, les quatre premiers titres tuent. Sleepwalker et son puissant thrash aux rythmiques bien en place, Washington Is Next ! possède également un riff efficace qui nous ramène à une époque bien plus glorieuse. Never Walk Alone... A Call To Arms a une approche plus mélodique et un refrain très réussi, faisant penser à Cryptic Writings et le title track avec sa succession de soli du meilleur effet et ensuite...

... Ensuite, on tombe sur du réchauffé, sur du banal. Les riffs n'expriment plus grand chose. On commence à s'ennuyer très rapidement dès le mauvais Gears Of War, morceau lourdingue et sans saveur qui inaugure une longue série qui sent le faisandé à plein nez. Le talent de composition semble émoussé et Mustaine peine à rester sur la même dynamique de départ qui pourtant laissait augurer de très bonnes choses. Les minutes et les chansons passent et avec eux, tout l'intérêt que l'on peut porter à la galette. Puis il y a ce mystère, cette nouvelle version de A Tout Le Monde. A l'origine présente sur Youthanasia, cette ballade semble étrangement déplacée au milieu de la furia ambiante. Il est d'autant plus étonnant que Mustaine se soit laissé convaincre par sa maison de disque de remplacer la chanson Black Swan pour cette reprise nostalgique et inutile sur laquelle Cristina Scabbia de Lacuna Coil vient poser sa voix et puis basta. On aura connu MegaDave bien plus inspiré que ça et surtout, bien plus solide face aux desiderata des labels. Une inutilité de plus, surtout que Black Swan aurait tiré l'ensemble vers le haut.

Depuis sa reformation surprise, Megadeth n'aura su que redonner l'espoir à des fans en manque de riffs thrash et malsains. Mais le rouquin semble incapable de réunir un line-up stable et même de parvenir à hauteur de cheville de la légende qu'il s'était forgée le long d'albums souvent fantastiques. Le constat est amer. Avec ce World Abominations, Megadeth glisse lentement vers la division 2 du metal et à moins d'un nouvel album miraculeux, risque d'y séjourner un long moment. Un putain de gâchis.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




United Abominations - Infos

Voir la discographie de Megadeth
Infos de United Abominations
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired