Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Chinese Democracy

Chronique de Chinese Democracy

Guns N' Roses  - Chinese Democracy (Album)

 8 
10

Aussi réel que le canard laqué



Guns N'Roses.

Un nom que l'on croyait voué à un passé flamboyant. Une source intarissable de plaisanteries et de fous-rires irrésistible. Parce que ce groupe fut. Il fut énorme, au point où certains s'avançaient sur un terrain glissant en affirmant qu'il était le meilleur combo rock au monde. Rien que ça. Et bordel, ça y ressemblait vraiment. Un premier album devenu culte de chez culte et en tout point remarquable, une attente qui alimentait tous les ragots et autres fantasmes. Une seconde explosion commerciale avec le diptyque Use Your Illusions. Une tournée mondiale où les Guns partageaient la scène avec ceux qui étaient désignés comme meilleur groupe de metal, Metallica. Puis... Puis une descente aux enfers douloureuse pour les fans qui voyaient Axl Rose faire sa diva, quittant la scène si quelque chose ne lui plaisait pas, allant jusqu'à frapper un fan qui a eu l'outrecuidance de le prendre en photo durant un show. Un caractériel à la Ritchie Blackmore mais en pire ? Puis Duff McKagan et Slash se barrent, Matt Sorum est viré et les trois vont former Velvet Revolver tout en se livrant à une guerre fratricide avec Axl. Les fans sont pris en otage d'une querelle à la con et le nom de Guns N'Roses est encore un peu plus terni.

Puis il y a cette arlésienne, ce Chinese Democracy annoncé depuis des années mais qui ne sort pas. Si on sait que Dizzy Reed est toujours dans le coup, les divers line-up sont étonnant et prêtent parfois à rire, comme lorsque Axl présente Buckethead et son cornet à poulet frit en guise de couvre chef. Quand certaines marques rentrent dans la danse, c'est l'apothéose ! Ainsi, Dr Pepper, firme de soda américaine, promet une bouteille de soda par habitant aux USA si le disque sort en 2008. Et Axl aimant les bonnes chutes, l'album fantôme parait le 22 novembre 2008 en France (le 23 aux USA). En bonus, il est de bon ton de noter qu'il est déjà censuré en Chine.

Evidemment, il est alors difficile de digérer d'un coup un travail titanesque de presque 15 ans, où de nombreux musiciens se sont succédés, tout comme les producteurs (dont Roy Thomas Baker, l'ancien producteur de Queen). Pour faire simple, ceux qui pensent que les Guns, c'est Axl, Slash, Izzy (ou Gilby), Duff, Matt et Dizzy et rien d'autre (sinon le line-up du génial Appetite For Destruction) vont avoir du mal à accepter ce disque. Il ne faut pas s'attendre à du sleaze, ni à des compositions fortement teintés de hard rock graisseux à la Aerosmith. Les premières écoutes seront même très déconcertantes car il y a peu de riffs sur cet album et aucune chanson n'est réellement tubesque. Les refrains ne sont pas immédiats, on a rien d'aussi définitif qu'un Paradise City ou qu'un You Could Be Mine.

Le groupe a évolué. Et en plus d'une décénie, les influences se sont mêlées, Axl a muri en tant qu'homme. On est donc confronté à ses goûts, ses envies, ses lubies. On pouvait craindre de nombreux passages electro/indus et il y en a. Discrets, s'accordant bien au schéma des compositions qui utilisent cet artifice (Schackler's Revenge, Better). En revanche, le piano se taille une place de choix. Axl n'a jamais caché son affection pour Queen et souvent on retrouve quelques gimmicks propres aux britanniques (comme sur le psyché Catcher In The Rye ou sur la très belle ballade This I Love qui aurait très bien pu être chantée par Freddie Mercury). Sans que ce Chinese Democracy ne soit hasardeux, on a du mal à extraire une ligne directrice. Lorgnant vers un rock classieux aux consonnances hard indéniables (Chinese Democracy, Shackler's Revenge, Prostitute...), le disque n'offre pas beaucoup de repères. L'absence de riffs réels durant les couplets (la guitare semble plutôt s'inviter doucement pour se montrer plus explosive sur les refrains) est déconcertant. Pourtant, au fil de la progression dans l'écoute de cet opus, on s'y habitue bien vite et on se laisse aller à taper du pied durant les nombreux soli qui l'émaillent, impeccables et jouissifs. En revanche, on est loin d'un style à la Joe Perry/Slash, on pense plus au toucher particulier de Brian May (Queen), on arrive à capter le grain de folie de Buckethead et de Ron Thal de temps à autre. Difficile de savoir qui joue quoi, difficile de se défaire de l'album également. On l'écoute jusqu'au bout. Parce que même si la musique n'est plus authentiquement hard/metal, il reste cette voix éraillée unique. Axl chante bien sur Chinese Democracy. Particulièrement bon sur les nombreuses ballades qui parsèment la rondelle, efficace sur les morceaux aux consonances plus funky (If The World, Scraped), génial sur certains OVNI (Madagascar...) Il tire magnifiquement son épingle du jeu et prouve qu'il est resté un grand chanteur et valide du coup le droit d'existence des Guns sans ses anciens compères... Même si une partie du public considèrera cette oeuvre comme un album solo de sieur Rose.

Chinese Democracy n'est pas un disque immédiat. Il demandera de nombreuses écoutes pour être apprécié à sa juste valeur. Il se livrera petit à petit, dévoilant ses secrets à qui saura tendre l'oreille. Malheureusement un peu trop long, pas toujours ultra régulier dans la qualité, il n'est pas non plus le chef d'oeuvre espéré. C'est juste un bon, un très bon disque qui aurait gagné à être plus concis, plus homogène. Mais il peut raviver la flamme pour autant que les fans, et les autres amoureux de bonne musique, lui laissent une chance. En pleine récession, chaque américain aura la joie d'avoir une bouteille de soda en prime dans la boîte aux lettres. C'est pas merveilleux ça ?

 5 
10

Axl and Guns N' Roses...



Il aura fallu attendre plus d'une décennie et demie pour que Guns N Roses donne enfin un successeur à son diptyque légendaire, Use your Illusion.

Cette arlésienne, ce nouvel effort intitulé Chinese Democracy, aura été le sujet de rumeurs les plus extravagantes et de déclarations les plus incroyables. Il aura été aussi un objet de convoitise emplis des espoirs les plus extraordinaires venu d'un peuple avide, avant de n'être, finalement, plus que cette désillusion que ce linceul fait de temps et d'oubli aura finis par recouvrir.

Parce que souvent insolites et souvent, aussi, fondamentalement, sans grand intérêt d'un point de vue du résultat, attachons nous à ne pas développer toutes les digressions qui secouèrent le groupe, son entourage, son leader et sa légende. Ces épisodes concernant un champ d'intérêt gravitant autour d'une dimension, effectivement, peu en connexion avec l'aspect purement musical du groupe, et surtout de son chanteur charismatique, auront sans aucun doute interférer dans la phase de composition et auront, sans conteste, influer sur les évolutions que nous donne à entendre ce Chinese Democracy, nouveau manifeste des américains de Guns N' Roses.

Les questions qui se posent après une première écoute sommaire de l'opus sont multiples. Peut-on réellement tout accepter au nom du sacro saint droit à l'évolution? Doit-on nécessairement proscrire toute velléité d'intégrité dès lors que l'artiste auteur d'une nouvelle œuvre aura été responsable, autrefois, d'une révolution dont les vibrations font aujourd'hui encore écho dans les esprits de ceux qui vécurent cette déflagration?

Bien évidemment, nul n'a le droit de dénigrer les désirs de changements d'un musicien pour peu qu'ils soient sincère. Et seul le résultat de cette mutation peut être sujet à critique. Personne ne pourra donc décrier cette volonté de s'inscrire dans une contemporanéité plus actuel exprimé dans les titres aux volutes saccadés, scandés et urbaines que sont Chinese Democracy, Shackler's Revenge ou encore, par exemple, Scraped. On ne pourra que regretter que ces titres soient peu convaincants.

Plus généralement, on pourra, d'ailleurs, déploré l'aspect heurté du travail mélodique confus proposé sur ce nouvel opus. Une musicalité souvent hachée et chaotique qui rends la lisibilité et la communion complexe. Indiscutablement, Chinese Democracy est une œuvre dans laquelle il faudra s'investir afin d'en comprendre les mécanismes. Cette investissement sera indispensable pour ressentir, enfin, une quelconque satisfaction.


En réalité, loin des considérations personnelles liées au gout de chacun, l'hérésie la plus incroyable dont souffre ce manifeste réside dans le fait qu'il y manque l'essentiel. Sur cette route de l'évolution musical Guns N' Roses aura effectivement perdu un des particularités les plus caractéristiques de sa formidable personnalité, à savoir son aspect subversif. Autrefois, directement inspiré par l'esprit rugueux de ce Rock cru dont Axl W. Roses et ses acolytes apparaissait comme les dignes héritiers, le groupe est aujourd'hui lisse et débarrassé de toutes les aspérités qui faisaient son identité et son charme. Et ce ne sont certainement pas les douceurs ouatés de Streets Of Dreams, les vides poussifs de If the World, les légèretés mielleuses et niaises de Catcher in the Rye, les vacuités ennuyeuse d'un Madagascar, les langueurs alanguis d'un laborieux This Is Love ou encore, par exemple les dédales mélodiques trop souvent banals d'un moyen Prostitute qui pourront palier à ce manque crucial.

Et nul besoin d'être spécialement ouvert d'esprit pour regretter qu'un groupe perde son âme.

Égaré dans une musicalité complexe, alourdis par une modernité pas toujours nécessaire et amputé d'une part déterminante de son tempérament, Chinese Democracy nous offre ici un travail indigne résonant comme la cinglante conclusion que Guns N' Roses est, avant tout, un groupe. Axl ne peut, effectivement, pas prétendre à être le seul légataire artistique d'une entité plurielle.

Et si hier la formation était dérangeante, novatrice et inspirée, parvenant à nous faire occulter les frasques insensés né de l'esprit indiscutablement tourmenté de ce vocaliste certes génial, mais surtout déjanté, aujourd'hui le chanteur, désespérément seul, n'est plus que l'esclave de ces tourments, et ne parvient pas à atteindre l'excellence d'autrefois. Une grandeur dont le souvenir portent les noms de Slash, Duff, Dizzy, Axl, Steven ou Matt, éternellement lié en un seul nom: Guns N' Roses.

Et demain...Nul ne le sait...



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 2 commentaires précédents
Initialement, je dirais que la force créatrice des Guns est partagée entre Axl et Izzy. Slash est quant à lui un excellent guitariste et participe grandement au son singulier du groupe de par son phrasé reconnaissable entre mille. Il est aussi à l'origine de quelques grands riffs mais reste par ailleurs relativement en retrait en terme de composition (si l'on excepte ses soli... encore que les deux premiers de November Rain furent composés par Axl). Et je suis tout à fait d'accord sur le fait que le line-up d'Appetite et Lies est absolument idéal pour la musique pratiquée sur ces deux disques, notamment le côté "street" de Steven Adler, qui sans être un virtuose, insuffle un groove parfait à des titres comme Rocket Queen. En plus de ça, c'est un adepte de la cowbell, et je ne peux qu'approuver. :P Je trouve aussi que c'est la rage (d'en découdre) plus que la volonté d'être subversif à tout prix qui se dégage de cette époque. Mais il est vrai que la presse les a alors qualifiés de groupe le plus dangereux du monde, à croire qu'elle avait oublié en cette fin 80s ce qu'était l'esprit rock.

Je considère également les deux Use comme des amorces de Chinese Democracy. Une prod' plus léchée, un rythmique carrée, des superpositions de lignes de chant, des morceaux étirés (l'outro de Locomotive est superbe), une place importante donnée aux claviers, un soin tout particulier apporté aux mélodies, ... autant d'éléments qui me confortent dans ma position. Les "na na na" ne me dérangent pas plus que le final assez audacieux de Don't Cry.

Après je respecte tout à fait ton point de vue, simplement, j'ai exposé ma vision des choses. :)

lun. 13 févr. 12- 19:48  
Je suis ravis que tu respectes mon point de vue et, sois en certain, je respectes totalement le tien. Je suis également ravis que tu l'exprimes ici, même si je ne suis pas totalement d'accord avec celui-ci. Les discussions n'ont d’ailleurs d'intérêt que si nous confrontons des opinions différentes. Et je trouve notre discussion très intéressante.

Considérant le coté subversif des Guns, que ce soit une volonté affiché par eux-mêmes ou plus une étiquette apposé par les journaliste n'y change, au final, pas grand chose.

Et puis cette aspect corrosif et cette attitude rebelle prompte à renverser l'establishment n'était pas feinte. Elle n'était pas non plus une brise légère soufflée timidement par Axl et ses complices. Elle fut une bourrasque qui, en quelques sorte, à changé l'histoire. On redécouvrait l'essence subversif du rock (au sens large du terme). C'est une réalité dont je peux te parler puisque je l'ai vécu de très près.

Ensuite je veux bien t'accorder qu'il y a dans les deux Use une musicalité qui peut résonner comme l'amorce de la mélodicité pop que l'on retrouve ici. Sauf que sur deux albums elle était suffisamment dilué au cœur de titres virulents pour ne pas entacher ces deux œuvres majeures. Dans Chinese Democracy, une fois encore, beaucoup (presque la moitié) semblent calibrés pour un public plus large et moins nécessairement Rock. Libre à chacun d'aimer ou non ce virage franc, pour ma part je suis un adepte (sûrement obtus) de musiques énergiques. Je ne retrouve donc pas mon compte dans ce Chinese Democracy...

Ceci dit, je suis ravis qu'il te plaise et j'espère que beaucoup d'autres l'apprécieront aussi...

mar. 14 févr. 12- 11:08  
Oui, je suis tout à fait d'accord quand tu dis que l'on redécouvrait alors l'esprit rock avec les Guns, au point qu'ils sont même devenus une sorte de bouc-émissaire. On ne pardonne aucun travers d'Axl là où on s'extasie sur les frasques de nombreux groupes 70s ou encore sur les péripéties qui ont pu joncher la carrière d'un combo comme Mötley Crüe, qui est allé assez loin dans le trash. J'ai finalement l'impression que GN'R a eu l'effet d'un catalyseur.

L'approche mélodique de Chinese Democracy m'a beaucoup plu, mais je comprends qu'elle puisse gêner les fans de la première heure, adeptes d'un son plus direct et brut. :)

mar. 14 févr. 12- 17:29  


Chinese Democracy - Infos

Voir la discographie de Guns N' Roses
Infos de Chinese Democracy
acheter sur Amazon
Sortie : 22 novembre 2008
Genre : Rock Hard Classieux
Label : Geffen Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Chinese Democracy (4:43)à écouter en premierparoles de Chinese Democracy
2. Shackler's Revenge (3:36)à écouter en premierparoles de Shackler's Revenge
3. Better (4:59)paroles de Better
4. StreetOf Dreams (4:47)paroles de StreetOf Dreams
5. If The World (4:54)à écouter en premierparoles de If The World
6. There Was A Time (6:41)à écouter en premierparoles de There Was A Time
7. Catcher In The Rye (5:53)paroles de Catcher In The Rye
8. Scraped (3:31)paroles de Scraped
9. Riad N' The Bedouins (4:10)paroles de Riad N' The Bedouins
10. Sorry (6:15)à écouter en premierparoles de Sorry
11. I.R.S. (4:29)à écouter en premierparoles de I.R.S.
12. Madagascar (5:38)à écouter en premierparoles de Madagascar
13. This I Love (5:34)à écouter en premierparoles de This I Love
14. Prostitute (6:16)paroles de Prostitute
écouter : Ecouter l'album



Guns N' Roses

Guns N' Roses
Guns N' Roses
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Aerosmith
Aerosmith
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hair Of The Dog
Hair Of The Dog
1975

Nazareth
Nazareth
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Saint
Saint
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: