Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Les Voyages de l'Ame

Chronique de Les Voyages de l'Ame

Alcest  - Les Voyages de l'Ame (Album)

L'origine de toute chose



Dire que cet album était attendu relève un peu de l’euphémisme. Pourtant, au plus profond de nous, on le savait. Ce sentiment n’a cessé de nous quitter depuis la chute d’Amesoeurs, depuis un album juste bon avec Alcest et un projet parallèle complétement foiré avec Old Silver Key. Oui, on le savait, Neige et son œuvre, du moins celle qu’on retiendra, est en train de nous quitter. Quand je dis Neige, je parle évidemment du Neige qui nous a fait vibrer avec l’époustouflant Souvenirs D’un Autre Monde, le Neige qui a foutu un gros coup de pied dans la fourmilière avec des disques déroutants, sombres et beaux à la fois. Le Neige à l’imagination débordante, prêt à nous surprendre émotionnellement à chaque mot, à chaque note.
Et pourtant, malgré un manque d’imagination certain, Neige est toujours là, enchaînant les projets, se forgeant sa réputation là où il peut, malgré les agressions non dissimulées d’un certain Famine et autres désaccords avec les ‘stars’ du Black Metal français. Il faut dire, il y avait de quoi être jaloux il faut bien l’avouer. Un gamin qui réinvente le style avec une manière propre et affirmée, ça fait des envieux. Simple crise de jalousies ou réels désaccords, on ne saura probablement jamais, chacun y allant de la sienne. Quoi qu’il en soit, contre vents et marées, Neige est toujours debout, et aujourd’hui, il revient avec un nouvel album sous le nom d’Alcest, son projet principal, celui qui lui a valu la renommée qu’il a aujourd’hui.
Les Voyages de l’Âme est le titre de ce nouvel album. Un album dont les fans ont déjà pu entendre quelques extraits grâce aux réseaux sociaux et YouTube…

Le titre est évocateur et onirique, comme toujours dans le monde de Neige. Il dresse un paysage qui relève du rêve, de la contemplation innocente. En écoutant ce nouveau disque, on a du mal à imaginer qu’Alcest fût un jour du Black Metal pur et dur (cf : la démo Tristesse Hivernale). Ce qu’il reste aujourd’hui de cette époque est seulement des cris sinistres qui sont là pour donner un peu de noirceur à ce monde lumineux qui est dressé au fil des pistes. Quelques riffs aussi sont typiquement issus du Black Metal, mais ils sont trop peu nombreux et trop retravaillés pour que l’essence soit encore là. Cet album s’inscrit dans la suite logique d’Ecailles de Lune qui ne transcendait pas les précédentes réalisations d’Alcest, mais qui allait juste dans le prolongement d’un chemin trop peu exploité. Ecailles de Lune s’enfonçait dans les méandres tracés par Souvenirs d’un Autre Monde tout en s’orientant vers une musique bien plus sereine et enchanteresse. Les Voyages de l’Âme, lui, s’engouffre plus profondément dans cette brèche ouverte vers le monde de la Lumière. Il va de l’avant sans oser regarder son passé. Car oui, ce nouvel album, contrairement à ce que nous font croire certains aspects Black Metal, est bel et bien lumineux.

La musique d’Alcest réinvente le shoegaze tout en y apportant une bonne dose d’éléments dream-pop. Il n’est pas rare de penser à des groupes comme Cocteau Twins sur certains passages, ou encore Klimt 1918. On ira même jusqu’à penser à The Warlocks dans l’approche musicale. Evidemment, la fraternité avec Les Discrets n’est pas loin non plus. Mais Alcest donne l’impression de s’éloigner des sentiers battus, de s’éloigner de ses origines Black Metalliques. Mais en réalité, Alcest se rapproche inexorablement d’un monde qui existe déjà et où la scène est bien active. Au lieu de terres vierges, Alcest trouve en fait un terrain bien balisé. Certains fans ne connaissant pas ces scènes crieront au génie ! Alors qu’Alcest revient peut-être à un point de départ refoulé qui s’est traduite dans un premier temps dans le Black Metal, puis qui a révélé ses stigmates avec Le Secret, la suite, on la connait, une course inéluctable vers une musique peu conventionnelle, mais pour un public non averti. Et le titre Beings Of Light est évidemment magnifique, mais on y palpe tout de même de gros relents d’Íon pour le côté atmosphérique. Neige se lâche au chant, avec des sonorités très agréables et apaisantes. Un chant très travaillé d'ailleurs et qui nous fait tout de même regretter ce chant de corbeau crevé qu'on retrouvait dans Mortifera. Par ce chant, Neige traduit une certaine innocence, mais le mieux est l'ennemi du bien. Ce chant onirique, à la longue, parait même niais.

Alors non, cet album n’est pas mauvais, mais il n’est pas non plus le coup de maitre que l’on attendait. Il s’agit seulement de la suite logique de la quête musicale de ce que fût l’enfant prodige de la scène française. On ne pourra pas nier certains titres vraiment envoutants, certains passages déroutants, ou certaines mélodies complètement enivrantes. Quoi qu’il en soit, Les Voyages de l’Âme est un disque qui a tout à fait sa place dans la scène Rock/Indie alternative (qui comprend également tout ce qui est shoegaze, Dream-Pop, etc.). Au sein du monde du Black Metal, ce disque relève du génie, oui, mais au sein de la scène Rock/Indie Alternative, il s’agira juste d’un bon album qui pioche un peu partout.

(0) Modifier l'article
par Pit, le 7 janvier 2012
Voir toutes les chroniques de Pit


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 2 commentaires précédents
Ben oui je sais bien...
En lui-même, il n'est pas pire, mais il faut replacer dans le contexte : de l'indie qui mérite sa place sur le Mouv'. Faut arrêter de se leurrer, autant j'étais le premier à dire que j'aimais le travail de Neige, autant le monsieur est à des années lumières de mes attentes... je ne trouve plus sa patte originale dans ce skeud : ça n'apporte plus rien à la musique là.
Après il y a quelques bons moments je ne le nie pas !

ven. 13 janv. 12- 23:04  
Ah oui, entièrement d'accord. Le disque n'est aucunement surprenant, aucunement original. Neige fait du neuf avec du vieux, et surtout, avec une musique souvent inconnue du Metalleux de base, une musique qui puise ses racines dans l'indie, la Dream-pop et le shoegaze. Quelques rares pointes de Black pour le tour de passe-passe et terminé bonsoir.
Donc oui, un disque bon, mais trop juste. Et surtout, un disque injustement acclamé par la presse musicale qui semble se complaire dans la médiocrité musicale.

ven. 13 janv. 12- 23:47  
T'as tout résumé j'ai rien à ajouter ^^
Totalement d'accord à mon tour!

ven. 13 janv. 12- 23:53  


Les Voyages de l'Ame - Infos

Voir la discographie de Alcest
Infos de Les Voyages de l'Ame
acheter sur Amazon
Sortie : 9 janvier 2012
Genre : Avant-garde Metal
Label : Prophecy Productions
Playlist :
1. Autre temps
2. Là Où Naissent les Couleurs Nouvelles
3. Les Voyages de l'Âme
4. Nous Sommes l'Emeraude
5. Beings of Light
6. Faiseurs de Mondes
7. Havens
8. Summer's Glory
écouter : Ecouter l'album



Alcest

Alcest
Alcest
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Avant-garde metal
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Les Discrets
Les Discrets
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Avant-garde metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Amesoeurs
Amesoeurs
2009

Amesoeurs
Amesoeurs
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Avant-garde metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Maledictiih
Maledictiih
2010

Chronique de Vastiia Tenebrd Mortifera
Vastiia Tenebrd Mortifera
2004

Mortifera
Mortifera
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Black Metal
Origine : France


My Bloody Valentine
My Bloody Valentine
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Autre
Origine : Irlande


Albums chroniqués :
Chronique de Treasure
Treasure
1984

Cocteau Twins
Cocteau Twins
Voir la page du groupe
Création : 1979
Genre : Autre
Origine : Royaume-Uni