Retour  l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Last Fair Deal Gone Down

Chronique de Last Fair Deal Gone Down

Katatonia  - Last Fair Deal Gone Down (Album)



Katatonia est un groupe suédois au destin singulier: doom mélodique à ses débuts (Dance of December Souls, Brave Murder Day), le voici officiant dans une sorte de dark rock mélanco-dépressif du plus bel effet. Discouraged Ones avait montré les prémices de cette mutation, Tonight's Decision l'avait confirmé, celle-ci se retrouve sur ce cinquième album, accueillant au passage un nouveau batteur ainsi qu'un nouveau bassiste, respectivement Daniel Liljekvist et Mattias Norrman.


L'artwork, dans la lignée de Tonight's Decision, nous montre un Katatonia pas très heureux. Assez réussi, il e fond plutôt bien à la musique du groupe. La musique, parlons-en.

"Dispossession" tombe, et là pas de doute, ce qui était annoncé sur Discouraged Ones et Tonight's Decision se confirme, Katatonia maîtrise parfaitement son dark rock aux influences metal. La voix de Jonas Renkse, claire du début à la fin de l'album, relève les compositions de Last Fair Deal Gone Down, pourtant sublimées par le talentueux compositeur Anders Nyström.

Cette voix... Ou comment transmettre d'aussi grandes (et belles) émotions avec un son et des paroles toujours inspirées! Il faut bien avouer que Renkse a plutôt bien vaincu la nouvelle orientation de Katatonia: sa voix respire la mélancolie, la transmet à qui ose l'entendre, tel un lent et froid poison. Last Fair Deal Gone Down montre un groupe ayant su se sortir de schémas plus ou moins visités, qui s'affirme ici au travers de morceaux tristes, froids et surtout expressifs et ingénieux ("Dispossession", "We Must Burry You", le somptueux "Teargas", "I Transpire", "Sweet Nurse"...). Peu à peu, la patte Katatonia se définit…

Pas vraiment bourrin donc, Last Fair Deal Gone Down se découvre au fil des écoutes, laissant apparaître de véritables pépites ("Passing Bird", "The Future Of Speech"), des arrangements aussi subtils qu'efficaces ("I Transpire", "Sweet Nurse"), ainsi qu'un talent certain dans la composition. Mais (et il y a toujours un mais), certains morceaux ont du mal à décoller, à transporter l'auditeur dans l'univers singulier de Katatonia, comme "Don't Tell A Soul" ou encore "Clean Today". Mais l'enchaînement "Dispossession", "Chrome", "Teargas" saura achever les plus septiques: Katatonia explore de nouveaux horizons, créant au passage son propre son, et cela commence ici.

Le mix est parfait, la batterie moins en avant que précédemment, la basse résonne bien et le chant a toujours sa grande place. Les guitares sont quant à elles toujours aussi présentes, et quelques arrangements bien trouvés viennent ça et là enrichir les structures des morceaux.


Last Fair Deal Gone Down est donc un très bon album à découvrir le plus tôt possible, tant pour les fans des derniers Katatonia que pour les autres. Maintes fois cités en exemple, on comprend mieux pourquoi après l'écoute de cet opus!
Excellents compositeurs, le duo Nyström-Renkse fait des merveilles, l'alchimie est excellente, que ce soit dans le doom-death mélodique des débuts ou dans le dark rock ici. Attention tout de même, plusieurs écoutes sont nécessaires pour faire le tour du sujet et révéler d'excellents arrangements, mais cela en vau largement la peine!

(0) Modifier l'article
par kumelia, le 29 décembre 2009
Voir toutes les chroniques de kumelia

Pas de géant du catatonique



A l'origine, Last Fair Deal Gone Down est une chanson de blues d'une vieille légende, Robert Johnson, mainte fois reprise, un exercice auquel ne se livrera pas Katatonia ici, mais le clin d'oeil est bien là, discret, comme l'est le groupe. Pourtant, avec ce disque, les Suédois auraient pu littéralement exploser commercialement parlant mais à l'instar d'Anathema, ils resteront probablement prisonniers de leur nom.

Mais ne brûlons pas les étapes. Last Fair Deal Gone Down est déjà représenté par un artwork dépouillé, d'une tristesse affligeante. Une photo défraichie d'une salle de bain qui ne l'est pas moins, sur laquelle le regard glisse jusqu'à un miroir abîmé par un impact et dont les ombres font penser à une paupière close surmontée d'un sourcil. On a déjà une impression étrange avant même d'avoir écouté ce disque, comme un goût métallique en bouche.

Quand on connait le passé musical de Katatonia, on ne peut être que surpris face au son de Dispossession, le premier titre. Le groupe franchit un nouveau palier là où Tonight's Decision avait déjà placé la barre assez haut. Le chant semble avoir atteint un point de non-retour, il est arrivé à maturité pourrait-on dire. Les progrès de Jonas Renkse sont indéniables. Si sur le précédent opus on pouvait noter de ci de là quelques difficultés à maintenir le cap qu'il s'était fixé, ce n'est plus le cas ici. La voix claire est magnifique et la gutturale n'a plus lieu d'être, le propos ne s'y prête pas. Du coup, le chant se fait même un peu plus pop, mais il n'en est pas moins efficace. Il véhicule des émotions comme sur le sublime Teargas, où Renkse est tout simplement magistral.

Derrière, les guitares sonnent moins metal également, plus pop, quand elles ne s'intègrent pas dans des dispositifs plus synthétiques (Chrome). Derrière les mélodies éthérées, le travail d'écriture est remarquable, même si l'on peut remarquer une certaine redondance dans le style, des riffs qui semblent sortir tout droit de la même manufacture. Petit détail, l'ensemble est tout simplement beau. On se laisse happer par la mélancolie ambiante, par la musique délivrée par un groupe qui semble alors touché par la grâce. Certes, on peut taxer Katatonia de facilité, de vouloir surfer sur le succès d'un groupe comme Radiohead. S'il y a des similitude, les guitares sont ici bien plus saturées pour parler de copie. Les Suédois se forgent un style, se donnent des ailes pour atteindre des sommets.

Artistiquement, le résultat est plus que satisfaisant, avec un disque somptueux, au son plus que rock que franchement metal, qui souffrirait juste de petites répétitions pas franchement agaçantes. Un disque qui aurait pu connaître une carrière exceptionnelle s'il n'y avait, en définitive, pas eu le nom (et accessoirement le logo) du groupe. Il y a parfois des injustices et rien n'y fera, elles persisteront. Last Fair Deal Gone Down est une lumière dans la nuit, même si le propos n'est pas joyeux. Un des albums essentiels de la scène scandinave.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Que j'aime cette chronique...
dim. 10 mai 09- 03:37  
que j aime ce groupe
dim. 27 sept. 09- 12:51  


Last Fair Deal Gone Down - Infos

Voir la discographie de Katatonia
Infos de Last Fair Deal Gone Down
acheter sur Amazon
Sortie : mai 2001
Genre : Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Dispossessionà écouter en premierparoles de Dispossession
2. Chromeparoles de Chrome
3. We Must Bury Youparoles de We Must Bury You
4. Teargasculte !culte !listenparoles de Teargas
5. I Transpireparoles de I Transpire
6. Tonight's Musicparoles de Tonight's Music
7. Clean Todayà écouter en premierparoles de Clean Today
8. The Future Of Speechparoles de The Future Of Speech
9. Passing Birdparoles de Passing Bird
10. Sweet Nurseparoles de Sweet Nurse
11. Don't Tell A Soulà écouter en premierparoles de Don't Tell A Soul
écouter : Ecouter l'album

Katatonia

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


October Tide
October Tide
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Doom Metal
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Ravendusk In My Heart
Ravendusk In My Heart
1995

Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Anathema
Anathema
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Rock Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: