Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Scarecrow

Chronique de The Scarecrow

Avantasia  - The Scarecrow (Album)

The Scarecrow - le controversé



The Scarecrow (l'épouvantail) porte bien son nom ; il en aura effrayé plus d'un. Alors c'est vrai Tobias Sammet est un énergumène à part sur la scène metal, souvent controversé, il faut le voir en live ; donnant parfois l'impression d'assister à une compétition de gymnastique tant ses grands écarts sont parfaits. Grand écart encore avec ce nouvel opus d'Avantasia. On a connu Avnatasia très symphonique, emballé, avec The Metal Opera Part I, brut et énervé avec The Metal Opera Part II, ce dernier album du groupe (qui n'en est pas vraiment un .. de groupe) nous surprend encore. C'est vrai qu'on peut regretté les grands élans symphoniques du premier volet, album qui semble-t-il a su mettre tout le monde d'accord. Ce qui n'est vraiment pas le cas de The Scarecrow. Difficile pour moi d'écrire une chronique objective, penchant sensiblement d'un côté de la barrière.

Album tout simplement trippant, qui possède quelques défauts mais qui dans l'ensemble montre encore un fois les talents créatifs de son auteur, à l'aise dans de multiples registres. On commence donc avec un premier morceau (Twisted Mind - 9.5) comme je les aime. Difficile de trouver un point faible à de telles compositions, Tobias sait véritablement écrire pour les autres, et Roy Khan se fait livrer une partition comme il les aime. Le morceau alterne les passages rythmés et les passages lents avec efficacité, un son titanesque se dégage de l'album et on reconnaitra sans problème le phénoménal travail de Sasha Peith, très présent. On enchaine avec un second morceau tout aussi efficace, The Scarecrow (9.7), et là, difficile de ne pas succomber à la voix imposante de Jorn Lande qui s'approprie le titre et le transcende. Une orchestration splendide, merci encore Sacha. On se voit mal ne pas apprécier l'album qui aurait presque pu s'arrêter là ... non on en veut encore !

Shelter from the Rain (7.9) ne nous surprend pas mais impose un rythme, il faut dire que Micheal Kiske a du mal à nous épaté après l'impressionnant Jorn. Un morceau qui plait tout de même, le plus speed de l'album, on y retrouve un peu du son et de la magie des premiers opus, c'est ça aussi Avantasia.

Arrive Carry Me Over(7), morceau problématique, morceau qui à lui tout seul résume assez bien le cas de conscience que peu représenter l'album. Un morceau, comme on dit, très FM, taillé pour plaire mais qui ne se montre pas très original. Malgré tout c'est un titre qui me plait bien, si tant est qu'on se s'offusque pas des répétitions. Il est simple et efficace mais c'est vrai Toby nous a habitué à mieux.

What Kind of Love(9.2) suit simplement, mais simplement magnifique. Puis c'est au tour de Jorn de revenir dans "Another Angel Down", (9.8) le meilleur morceau de l'album à mes yeux, très Edguy, bourré d'énergie et d'une ligne de chant implacable. Un duo de chanteur au sommet de leur art.

Encore une chanson ou les avis risquent de diverger, The Toy Master (7.5). Bon et bien moi, j'adhère toujours pas à Alice Cooper. Une molesse comme on en fait peu, et je trouve cela dommage. Je risque sûrement de m'attirer les foudres des fans, mais que voulez-vous ? J'aime les chanteur qui envoie la sauce ... J'ai quand même écouté le titre chanté uniquement par Sammet et je me suis pris à préféré la version Alice Cooper. Preuve encore une fois que Tobias sait écrire pour les autres. Malgré mon aversion pour ce chanteur, je ne peux m'empêcher de penser que le titre mérite tout de même d'être écouté ... le reste du morceau est génial ;)

Devil In The Belfrey (9.2) déboule à toute vitesse juste derrière pour nous faire oublié ces errances. Efficace, difficile de trouver des défauts tant j'adhère totalement. Puis vient le tour d'un nouveau morceau calme, le sympathique Cry just a little(7) ne nous convainc que tout juste, mais reste un beau morceau. I don't Believe in your Love(9) et son refrain à la section rythmique étrange ranime la petite flamme dans nos yeux. On est content de trouver sur un album qui s'annonçait comme un cadeau empoisonné et très FM pas moins de 7 morceaux METAL sur 11l. Pas mal quand même ...

Puis le tube, ou ce qui semble dessiné pour l'être, Lost in Space(7.5) clot le tout sur une nouvelle note très radio-écoutable. Mais que devons nous jugeons ? Le fait qu'un morceau soit speed, soit "heavy powa" ? Ou qu'il fonctionne comme son compositeur le voulait ? Je dois avouer qu'en tant qu'amateur de metal plus speed, plus envolé, ce type de titre me laisse un arrière goût. Mais je ne peux qu'applaudir l'efficacité de l'écriture de Tobias dans chacun des genres qu'il a visité !! Et c'est cela qui ressort le plus de cet album ... C'est véritablement un album qui permet à des non-initiés, des septiques du metal de se plonger en douceur et en force dans le genre.

Alors en faisant ma petite moyenne des titres, je me retrouve à 8.5 (8.48 pour les pointilleux), mais je rajouterais sans problème un point supplémentaire pour saluer l'incroyable talent, l'incroyable capacité d'adaptation, de composition, de création d'un artiste qui n'a plus rien à prouver à seulement 31 ans.

(1) Modifier l'article
par Bod2ler, le 17 novembre 2008
Voir toutes les chroniques de Bod2ler


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Un disque surprenant car éloigné de ses prédécesseurs. Et puis il y a "Lost in space" et "Carry me over", commerciales au possible, mais superbes dans leur style. Contrairement à toi, j'adore "The toy master", Alice Cooper fait des merveilles sur ce titre qu'on n'imagine pas chanté par un autre tellement il aurait pû apparaitre sur un album d'Alice; une des meilleures chansons du disque, à mon avis, si ce n'est la meileure.
Enfin bref, The Scarecrow est un album qu'il faut écouter sans avoir en tête les 2 précédents disques d'Avantasia, et alors, il s'emparera de vous sans que vous ne vous en rendiez compte, et il ne vous lachera plus.

mar. 18 nov. 08- 00:22  
Oui, tout le monde autour de moi me dit la même chose concernant The Toy Master. Et c'est vrai je préfère la version Alice Cooper que la version Tobias Sammet, d'ailleurs les deux titres en bonus chanté uniquement par Sammet me plaise moins ... mais là c'est juste une histoire de gout, j'aime pas Alice Cooper ... snif. Mais je suis d'accord pour dire que personne d'autre ne pourrait chanter cette chanson !
mar. 18 nov. 08- 09:15  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

The Scarecrow - Infos

Voir la discographie de Avantasia
Infos de The Scarecrow
acheter sur Amazon
Sortie : 25 janvier 2008
Genre : Power Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Twisted Mind (6:14)paroles de Twisted Mind
2. The Scarecrow (11:12)culte !culte !listenparoles de The Scarecrow
3. Shelter From The Rain (6:09)paroles de Shelter From The Rain
4. Carry Me Over (3:52)listenparoles de Carry Me Over
5. What Kind of Love (4:56)paroles de What Kind of Love
6. Another Angel Down (5:41)paroles de Another Angel Down
7. The Toy Master (6:21)paroles de The Toy Master
8. Devil In The Belfrey (4:42)culte !culte !paroles de Devil In The Belfrey
9. Cry Just A Little (5:15)paroles de Cry Just A Little
10. I Don't Believe In Your Love (5:34)paroles de I Don't Believe In Your Love
11. Lost In Space (3:53)paroles de Lost In Space
écouter : Ecouter l'album



Avantasia

Albums chroniqués :
Chronique de The Scarecrow
The Scarecrow
2008

Avantasia
Avantasia
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Metal symphonique
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Edguy
Edguy
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: