Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Overkill

Chronique de Overkill

Motörhead  - Overkill (Album)

Machine de guerre lâchée dans Londres.



Qui aurait pensé que le pire groupe live de 1975 arriverait à sortir un classique immédiat moins de cinq ans plus tard ? Personne ne lève la main ? Personne ne veut se faire mousser en prétendant que Motörhead avait l'étoffe des grands et que ça se voyait comme les verrues sur la figure de Lemmy ? C'est bien un peu d'honnêteté de temps en temps. Parce que miser sur ce cheval, c'était prendre de sacrés risques. Le premier album a été refusé par United Artists, il est sorti plus tard chez Bronze réenregistré avec Fast Eddie Clarke à la guitare avec une variation au niveau des morceaux présenté également et n'avait connu qu'un succès d'estime malgré une pochette agressive. En pleine tourmente punk, ça aurait pu le faire, mais le rendu était encore bien inégal.

En 1979 (si on vous demande, dites que cette année roxe du bulbe) atterrit dans les bacs des disquaires un album avec une pochette... explosive. La tête de monstre en train d'imploser marquera les esprits. Mais ce ne sera encore rien. Motörhead signe là un nouvel acte de naissance, tellement particulier qu'il n'est pas rare que certaines personnes pensent qu'il s'agisse là du premier album du groupe.

Mais bon, assez tergiversé ! Ce n'est pas sur la pochette que l'on juge une oeuvre musicale. Elle peut être moche, belle, moyenne, ça peut diriger un avis, mais ce n'est pas ça qui fait l'essence d'un groupe. C'est ce qui est gravé. Ce que la pointe du saphir ou le laser va lire et cracher par les hauts parleurs. Et là, Motörhead en met un grand coup. Le power trio, composé de Lemmy Kilmister au chant et à la basse, de Fast Eddie Clarke à la guitare et de Philty Animal Taylor à la batterie, a trouvé LA formule qui lui permettait à la fois de s'imposer sur les terres du hard rock et dans les contrées sauvages du punk. Rien que ça.

Imaginez une ruelle sordide du coeur de Londres. Les pavés sont jonchés d'ordures, une prostituée qui a du connaître des jours meilleurs vous fait une avance que vous ne pouvez que refuser, son mac n'est pas loin, partout vous avez l'impression d'entendre claquer les ressorts des crans d'arrêts. C'est malsain. c'est violent et vous ne savez pas si vous arriverez à l'autre bout de cette foutu ruelle vivant. Overkill, c'est ça. c'est cette Londres underground, cette Londres qui sent la pisse et la mort, où les toxicos crèvent la bouche ouverte, où les putes font leurs passes dans l'entrée d'un immeuble sordide. Overkill sent Londres. Overkill, c'est le Londres qui n'apparait pas dans les guides de voyage.

Motörhead se complait dans un rock'n'roll sale, malsain, déjanté. Malsain a déjà été utilisé ? Et alors ? Ecoutez Capricorn et sa mélodie obscure pour vous en faire une idée ! D'un point de vue style, imaginez Status Quo en train de reprendre du GBH ou les Sex Pistols partouzer sauvagement avec Elvis Presley. Vous visualisez ? L'odeur de vomi mal digéré indique que oui. Pour les estomacs fragiles, il faut dire que ce disque est intense. L'espace sonore est parfaitement exploité par Lemmy et sa bande. Prenons le morceau-titre, tout simplement cultissime. L'introduction à la double grosse caisse marquera des générations entière de metalleux, demandez à James Hetfield ce qu'il en pense ! L'intrusion d'une basse heavy et ronflante à souhait, une guitare schizophrénique qui suit et la voix éraillée de Lemmy, ce morceau à tiroirs titille les oreilles, aiguise les sens et surtout, en met plein la vue. Oui, le rock'n'roll peut être violent. Oui, c'est le genre idéal à croiser avec la furia du punk.

Après, faire du titre par titre, c'est facile. On peut dire que No Class est une tuerie, même pas besoin d'insister, d'expliquer, il suffit d'écouter pour piger. Que les mid tempo lancinants font aussi mal que les titres les plus rêches ? Bof, trop facile, passez-vous Metropolis et Capricorn pour vous faire une idée de la chose... Overkill tue, point barre. Il n'y a rien à expliquer, c'est un fait établi. Un classique parmi les classiques, qui fait toujours autant d'effet après plus de trente ans parce que le rock'n'roll, finalement, ça traverse le temps, surtout quand il est traité de façon aussi sordide, sans manifester la moindre condescendance, le moindre mépris pour le genre. Respectueux et ironique, Motörhead se rend maître de son destin.

Lemmy vous le dira, oubliez un peu Ace Of Spades pour vous rapprocher de ce disque. Et il n'a pas tout à fait tord, le bougre. Overkill, c'est une ode au rock'n'roll. Au vrai. celui qui en a gros dans le calbute. Un disque phare, essentiel dans l'univers du metal. Il aura inspiré Venom, il aura inspiré Metallica et Overkill, le groupe. Et tant d'autres ! De groupe ringard et mineur, Motörhead gagne d'un coup les galons de groupe phare, complètement en marge de la NWOBHM et qui aura également pourtant une forte influence dans ce monde là également (Saxon). Bref, si vous ne l'avez pas, shame on you et bisque bisque rage. Et ça, c'est la conclusion la plus merdique de Metalship...



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


De l'énergie brute. Un monument du rock, une galette que tout metalleux digne de ce nom se doit d'avoir en bonne place dans sa discographie . A faire tourner à s'en éclater les tympans. A encadrer et à poser sur l'autel metallique. Allez ! Tous à genoux ! Vénération, vénération.
sam. 20 févr. 10- 10:36  
*Vénération*
dim. 21 févr. 10- 12:48  


Overkill - Infos

Voir la discographie de Motörhead
Infos de Overkill
acheter sur Amazon
Sortie : 24 mars 1979
Genre : Heavy Metal
Label : Bronze
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Overkill (5:10)culte !culte !listenparoles de Overkill
2. Stay Clean (2:38)à écouter en premierlistenparoles de Stay Clean
3. (I Won't) Pay Your Price (2:53)paroles de (I Won't) Pay Your Price
4. I'll Be Your Sister (2:51)paroles de I'll Be Your Sister
5. Capricorn (4:11)culte !culte !paroles de Capricorn
6. No Class (2:37)à écouter en premierlistenparoles de No Class
7. Damage Case (3:01)à écouter en premierparoles de Damage Case
8. Tear Ya Down (2:38)à écouter en premierparoles de Tear Ya Down
9. Metropolis (3:33)culte !culte !paroles de Metropolis
10. Limb from Limb (4:53)paroles de Limb from Limb
écouter : Ecouter l'album



Motörhead

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Hawkwind
Hawkwind
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Autre
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Girlschool
Girlschool
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Overkill
Overkill
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Malsain
Malsain
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Status Quo
Status Quo
Voir la page du groupe
Création : 1962
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Furia
Furia
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Thrash Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Hell
Hell
2008

Chronique de Eine Kleine Nachtmusik
Eine Kleine Nachtmusik
1986

Chronique de Possessed
Possessed
1985

Chronique de Welcome to Hell
Welcome to Hell
1981

Venom
Venom
Voir la page du groupe
Création : 1979
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: