Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Live At Wembley '86

Chronique de Live At Wembley '86

Queen  - Live At Wembley '86 (Double Album Live)

 8 
10

Live Magic version full et mention bien.



Six mois après le décès de Freddie Mercury, EMI...

Ok, ça devient redondant. Mais ce n'est pas de la faute du chroniqueur si ça saute aux yeux, qu'on ne voit que ça ou presque. Ou que le chroniqueur, qui a trop regardé les émissions de Julien Courbet, ne voit que ça. Bon, c'est pas grave, à l'époque, il n'y avait pas de téléchargement, rien, c'était plus facile de se faire de l'argent facile. Débat absolument hors de propos, passons à la suite.

Donc, six mois après le décès de Freddie Mercury, EMi publie ce Live At Wembley '86, version complète de la base de travail du Live Magic. Cette dernière production était indigne du standing de Queen : versions tronquées, absence de magie (et vu le nom, c'est un paradoxe). De la baise, tout simplement. On en prend aucun plaisir à se l'écouter et les fans l'ont acheté parce que c'est Queen. Voilà. Marketing, communication, arnaque. Cette version complète à le mérite de redonner le sourire même s'il s'agit d'un produit de plus.

1986. Queen retrouve les sommets après des années de vache maigre. Comme beaucoup de groupes des années 70, comme Uriah Heep ou Deep Purple, Queen avait marqué le pas et s'était lancé dans la compétition de la modernité en sacrifiant de son âme. Le Live Aid en 1985 puis la BO d'Highlander l'année suivante auront fait le plus grand bien aux britanniques, qui retrouvèrent de leur superbe avec un album qui marquait un (petit) retour au hard bien virulent sur certains titres. La tournée qui s'ensuivit fut l'une des plus importante de Queen, qui investit le stade de Wembley deux nuits de suite, avec Status Quo en première partie. Un succès inespéré et une claque un peu amoindri par un son un peu trop propre, trop lisse.

On se souvient du Live Killers de 1979 et sa production indélicate qui rendait l'ensemble si abrasif et par extension, tellement jouissif. Le contraste est grand entre les deux double live. C'est flagrant quand on écoute des morceaux comme We Will Rock You, Now I'm Here ou Brighton Rock. La dynamique n'est pas la même, l'accentuation est moins heavy, même si le public réagit de façon indentique : tout simplement monstrueux, il propulse le groupe à se dépasser, il exulte, pousse Mercury dans sa dépravation scénique. Mais le chanteur ne se sent pas condamné, il aime ça.

Détour avec d'anciennes gloires du rock'n'roll, piqûre de rappel des '70 glorieuses, mais show principalement axé sur les morceaux les plus évident du répertoire des années '80, ce Live At Wembley ne manque pas forcément de charme. On appréciera la verve d'un Freddie Mercury joueur, qui harangue la foule, qui se fend d'un discours emprunt d'une prophétique vérité avant un splendide Who Wants To Live Forever. Sous les projecteurs, Queen gagne une autre dimension, un état de communion exatique avec une foule qui lui mange dans la main, un échange presque érotique.

Inférieur au Live Killers, le Wembley '86 est un bon aperçu live de Queen à une époque où la gloire frappait à nouveau à la porte des anglais. Plus complet que Live Magic, plus entier, il dégage beaucoup de charme. Ce que l'on peut reprocher principalement, outre un son bien trop lisse, c'est le manque de risque au niveau de la set list, gentiment calibrée autour de hits (à 80% au bas mot), qui répète certaines formules un peu éculées. Pas de grosses surprises, le public reçoit ce qu'il s'attend à recevoir. Focus sur les dernières dates d'un groupe légendaire. Mercury n'aura plus la force par le suite de tourner. La messe était dite.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Live At Wembley '86 - Infos

Voir la discographie de Queen
Infos de Live At Wembley '86
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired