Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Age of the Joker

Chronique de Age of the Joker

Edguy  - Age of the Joker (Album)



Tinnitus Sanctus, huitième albums studio des allemands d'Edguy, avait éveillé en nous, puristes de l'immaculé Power Metal, quelques craintes. En effet, le choix d'une nouvelle orientation artistique avec, notamment, ces guitares plus succinctes, cette musicalité plus accessible, ou encore cette énergie plus contenue qu'affichait clairement les allemands avec ce disque; allait-il être éphémère ou l'expression profonde d'une volonté immuable?. Certaines déclarations récentes sonnèrent, quant à elles, définitivement le glas de nos derniers espoirs. Les allemands y affirmèrent leur détermination à évoluer artistiquement et ne plus reproduire des schémas aujourd'hui révolus. Loin de ces époques originelles où les saxons défendirent un Power Speed très germanique, désormais, ils voulaient s'épanouir comme un groupe de Rock/ Hard Rock aux guitares incisives parfois Heavy. Si la volonté de ce changement n'est pas condamnable en soit, ces conséquences le furent bien davantage au coeur de cette huitième réalisation.

Toutefois un des aspect le plus regrettable de ce Tinnitus Sanctus, en réalité, ne fut pas tant ce bouleversement musical mais, selon votre humble serviteur, la perte de certaines des caractéristiques les plus fondamentalement liées à l'identité profonde de ce groupe. Ainsi pouvait on y déplorer ces refrains moins fédérateurs, alors que Tobias, dans la composition de ces axes importants, avait toujours exceller.

Nous n'avions donc que des craintes légitimes quant à ce nouvel effort, Age of the Joker.

Il nous faudra dire, en premier lieu, que cet album s'inscrit dans l'exacte continuité de Rocket Ride, et de Tinnitus Sanctus, mais que dès ses premières notes il fait valoir quelques qualités bien plus estimables. Déjà le titre Robin Hood, qu'on l'apprécie ou non, nous offre un moment de bravoure, hommage au film Les Aventures de Robin des Bois (1938) dans lequel s'illustra Erol Flynn, plutôt réussi.

L'œuvre est globalement plus nerveuse, mais aussi plus équilibrées avec des guitares plus présentes, plus agressives, (Nobody's Hero, l'entrainant Breathe, Two OUt of Sven dans lequel Tobias fustige gentiment les chroniqueurs en tous genre parfois prompt à juger sans connaitre, le rapide The Arcane Guild, ou encore, par exemple, le sombre Faces in the Darkness aux riffs lourds), Edguy fait naitre, avec ces morceaux, de premières impressions assez bonnes.

Mais au delà de ce sentiment légitime de plaisir incontestable, arrivent rapidement quelques interrogations faisant vaciller quelques peu nos certitudes. Tobias Sammet et les siens ne serait-ils pas en train de réciter, certes formidablement, mais réciter tout de même, des leçons dans lesquelles la démonstration de leur maîtrise n'est plus à faire.

Car, en effet, en dehors des titres agréables à l'écoute déjà cités, et exception faites des quelques nuances de compositions intégrées ça et là, Edguy semblent se laisser étouffer par un systématisme dont le résultat est une musique de qualité mais terriblement connue. Edguy fait du Edguy. Plutôt mieux que sur Tinnitus Sanctus, mais Edguy fait du Edguy tout de même. Et tout est dit, ou presque.

Ainsi, par exemple, Pandora's Box, même s'il s'affirme, quant à lui, comme un titre relativement intéressant et séduisant, ne parviendra pas à totalement nous ôter de l'esprit qu'il n'est rien d'autre qu'un exercice de style dans lequel les allemands auront déjà exprimé tout l'étendue de leur talent. Et ce, même si certains de ces passages Blues/Folk, issues des traditions de l'Amérique profonde, lui donnant un éclat moins terne, ne peuvent dissimuler des refrains, certes attachants, mais qui ne sont que répétions de gammes.

Ou encore Rock of Cashel qui, plus encore que d'autres, s'inscrit dans cet impression de déjà entendu en nous proposant des intonations, des bribes ou des sonorités qui ne sont pas sans nous rappeler Jerusalem extrait de l'album Mandrake.

Et que dire encore, dans un autre registre de déconvenue, d'un Beyond the Gates of Midnight Suns que sa complexité rends assez peu immersif?

Age of the Joker, neuvième album studio des saxons d'Edguy, malgré un certain conformisme, est donc, dans l'ensemble, un opus relativement agréable dans lequel les satisfactions ne manquent pas. Plus convainquant, plus entrainant, plus nerveux et plus fédérateur que son prédécesseur, cette œuvre tends à nous démontrer que son auteur, Tobias Sammet, a eu raison de faire le choix courageux d'abandonner ce Power Metal classique germain dans lequel, pourtant, lui et les siens excellaient tant.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Age of the Joker - Infos

Voir la discographie de Edguy
Infos de Age of the Joker
acheter sur Amazon
Sortie : 26 août 2011
Genre : Heavy Metal
Label : Nuclear Blast
Playlist :
1. Robin Hood (08:24)
2. Nobody's Hero (04:31)
3. Rock Of Cashel (06:18)
4. Pandora's Box (06:45)
5. Breathe (07:42)
6. Two Out Of Seven (04:27)
7. Faces In The Darkness (05:22)
8. The Arcane Guild (04:58)
9. Fire On The Downline (05:47)
10. Behind The Gates To Midnight World (08:56)
11. Every Night Without You (04:52)
écouter : Ecouter l'album



Edguy

Edguy
Edguy
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Gamma Ray
Gamma Ray
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Scarecrow
The Scarecrow
2008

Avantasia
Avantasia
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Metal symphonique
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Sonata Arctica
Sonata Arctica
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Heavy Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: