Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Paradise Lost

Chronique de Paradise Lost

Symphony X  - Paradise Lost (Album)

Splendeur perdue

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Ah Symphony X! Grand nom du Power Metal à forte influences symphoniques et progressives depuis la pièce maitresse que représentait The Divine Wings Of Tragedy en 1997, ces fiers gaillards amoureux de la six cordes n'ont cessé de sortir bon disque sur bon disque, l'inspiration toujours aussi diablement présente.
Mais chaque groupe change avec le temps et gagne en maturité.
Alors qu'en est il du retour tant attendu de Symphony X avec ce dernier opus (5 ans d'absence tout de même!)? Et bien a vrai dire, gagner en maturité ne signifie pas forcément gagner ses lettres de noblesse...

En effet, le groupe a changé. L'apogée symphonique et les véritables épopées musicales atteintes avec le sublime "V" sont belle et bien révolues. La musique du groupe est désormais plus direct, plus agressive. Le son de la 7 cordes du virtuose Michael Romeo est plus puissant, et ses parties de guitares s'axent désormais davantage vers d'imposants riffs thrash parsemés de solos dantesques, le bougre repoussant sans cesse la technique à chaque album (écoutez le solo de "Seven" et vous comprendrez), et délaisse plus le côté neoclassique tant chérie notamment sur The Damnation Game ou The Divine Wing Of Tragedy.
Cependant braves gens n'allez pas vous méprendre, on à pas affaire là à un remix de Pantera. Les américains conservent leur statut de groupe à très forte tendance symphonique et théâtralement orchestrale. Pinnella, claviériste du groupe de son état, a toujours une place majeur et l'intro entièrement orchestrale de l'album montre bien cette tendance du combo.

Bon ben c'est bien beau tout ça mais en fait c'est pareil qu'avant quoi? Sauf que non. Une désagréable impression que le groupe ait voulu rendre leur musique beaucoup plus grand publique se dégage de l'album. Le son est synthétique, trop propre. Les structures de la plupart des chansons semblent toutes les même, exception faite à la très progressive "Walls Of Babylon", remplie de solo et virtuosités neoclassiques, et à la dernière pièce de 9 minutes, qui sont à vrai dire, 9 minutes d'ennui ferme. Les riffs, souvent par trop similaires ou anodins, lassent, ou du moins ne marquent pas assez souvent. Tout semble trop calculé pour donner une fausse impression de diversité. Ah tiens ça commence par une intro orchestrale, peu éminente d'ailleurs, puis après une fin en apothéose digne d'un lied de Malher, ça enchaine sur des notes de clavier pour introduire Set The World On Fire. Une bonne chanson, ni plus, ni moins, avec un bon refrain bien épique avec des choeurs, un bon solo alliant côté rock'n'roll et shred et tout et tout... Domination, le morceau suivant, introduit par des lignes de basses reprises par la guitare (bien oui Symphony X oblige), est dans la même veine, gros riffs thrash, avec un solo qui allie, encore, shred et côté rock'n'roll, une variation après et c'est reparti... The Serpent's Kiss, le morceau le plus "Panterresque" de l'album, avec un solo bien déjanté comme il se doit, dégage lui aussi une effluve assez fade, et arrivés à ce stade, l'on commence à se demander si l'album va encore suivre dans cette voie.
Et bien là paff! Nous tombe sur la tronche une mielleuse ballade avec notes de piano en introduction et tout le tintouin. Avec un procédé aussi sot et surfait, c'est le comble de l'ennui. Heureusement Symphony X reste Symphony X, et comme à son habitude, sort toujours le genre de tube bombesque qui fait la différence. Et je dois bien avoué que Eve Of Seduction est de loin pour moi le meilleur morceau de l'album. Vif, puissant et inspiré, il saura combler le coeur du Power-Metalleux en quête de nouvelles sensations. Rajoutez y un solo herculéen et un refrain réellement poignant, et vous avez la recette, et j'ose, d'un des meilleurs morceaux de Symphony X. S'ensuit une partie de morceaux quelques peu progressifs, dont Seven en est de loin le meilleur représentant.
Rassurés désormais, l'engouement de ces excellents titres laisse vite place à un dépit catatonique. Symphony X l'impie osa d'un geste maladroit réintroduire après ces 2 morceaux de plus de 7 minutes une autre ballade. Heureusement, celle ci se trouve être après réflexion bien moins mauvaise, et, même si peu marquante aussi, pour le moins convenable.
Cette fin d'album se fera malencontreusement sans folies, et, bien que restant une bonne chanson, Revelation laissera l'auditeur dans une impression mitigée :
Cet album est-il alors raté?

Je serai tenté de dire que oui, mais il restera pour les fans de Power Metal un bon album, gardant le savoir faire de Symphony X, techniquement irréprochable et disposant d'un panel de chansons travaillées et pour certaines très réussies, malgré cette impression toujours présente d'une volonté d'élargir son publique, au risque d'y laisser quelques fans.

Amoureux de Symphony X le grand, le rayonnant, n'en attendez pas trop, mais qui sait, peut être saura t'il vous séduire?

(0) Modifier l'article
par Kale, le 28 novembre 2009
Voir toutes les chroniques de Kale


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Paradise Lost - Infos

Voir la discographie de Symphony X
Infos de Paradise Lost
acheter sur Amazon
Sortie : 26 juin 2007
Genre : Power Metal Sympho
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Oculus ex Inferni (02:34)paroles de Oculus ex Inferni
2. Set the World on Fire (The Lie of Lies) (05:55)à écouter en premierécouterparoles de Set the World on Fire (The Lie of Lies)
3. Domination (06:29)paroles de Domination
4. The Serpent's Kiss (05:03)culte !culte !écouterparoles de The Serpent's Kiss
5. Paradise Lost (06:32)à écouter en premierécouterparoles de Paradise Lost
6. Eve of Seduction (05:04)à écouter en premierparoles de Eve of Seduction
7. The Walls of Babylon (08:16)paroles de The Walls of Babylon
8. Seven (07:01)paroles de Seven
9. The Sacrifice (04:49)paroles de The Sacrifice
10. Revelation (Divus Pennae ex Tragoedia) (09:17)paroles de Revelation (Divus Pennae ex Tragoedia)
11. Sacrifice Prelude (Demo, Japanese version bonus)paroles de Sacrifice Prelude (Demo, Japanese version bonus)
12. Opening Alternate Intro (Demo, Japanese version bonus)paroles de Opening Alternate Intro (Demo, Japanese version bonus)
écouter : Ecouter l'album



Symphony X


Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Odyssey
Odyssey
1988

Chronique de Trilogy
Trilogy
1986

Chronique de Marching Out
Marching Out
1985

Chronique de Rising Force
Rising Force
1984

Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Suède