Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Mass IIII

Chronique de Mass IIII

Amenra  - Mass IIII (Album)

 7 
10

Ce spectre du monde vêtu



Avec une telle personnalité, Amenra doit avoir un double poids sur les épaules, soit convaincre et surprendre. Du haut de ses trois albums dont le dernier reste la véritable première pierre de leur style, le Gardien des Rêves s'est forgé un trône en ébène, solide comme le chêne, mais perdu dans un brouillard opaque, sous une nuit sans lune, tant et si bien qu'il doit toujours montrer qu'il existe encore et encore à la vermine grouillante sous ses pieds, au risque de perdre de sa superbe.

Mass IIII est donc son quatrième rêve, à la couleur de suie, strié de douleur comme un homme marqué au fer rouge par un bourreau sans visage. Amenra n'est pas le rêveur que l'Homme attend, il est celui avec qui il faudra faire un jour, celui qui précipite dans un torrent au plus profond d'abîmes lovecraftienne où Nyarlathotep et compagnie attendent dans l'ombre de nouveaux esprits à torturer. Point de douceur dans Mass IIII, coupé du peu de beauté que possédait Mass III avec la présence du chant féminin. Désormais c'est le hurleur qui assure le chant clair, avec plus ou moins de réussite, mais surtout moins si l'on écoute la néanmoins excellente « Silver Needle. Golden Nail » et son entrée inquiétante. Un parti pris risqué qui paye en partie dans l'ambiance – le chant apporte de la fragilité morbide – mais fait tâche tant le sieur chante faux par instants. Et soucis de l'instantanéité de l'émotion ou pas, ça écorche les oreilles.

Excepté cette « nouveauté », point de véritable différence entre Mass III et Mass IIII. La musique d'Amenra est toujours autant une chape de plomb, avec ses riffs lourds bien boueux, hérités du Sludge le plus noir. La mélodie se dessine toujours, avec souvent des dehors apocalyptiques qui arrivent comme un cheveu sur la soupe et ratent pratiquement leur effet (« le Gardien des Rêves »). Trop peu variée, la musique de Amenra a tendance à se répéter, risque du style oblige. Et vas-y que je te sors de la case à vide sur ma guitare pour faire lourd, au détriment d'une véritable mélodie. Vas-y que je te loupe une occasion d'exploiter des riffs du tonnerre de Dieu parce que je veux faire progressif (« De Dodenakker » et son riff Rock'N'Roll trop vite écarté). Le problème d'Amenra réside dans la cage qu'il s'est construite et dans laquelle il s'enferme alors qu'il gagnerait tant à visiter le monde. Les schémas se suivent, s'assemblent, se ressemblent et si l'alchimie fonctionne toujours sur certaines perles à retenir dans toute leur discographie (délicate et mystérieuse « Aorte. Nous sommes du même sang » ou la très Doom et diabolique « Thurifer. Et clamor ad te veniat », à la fin mémorable), il n'y a pas autant de surprises à l'écoute que lors de la découverte de Mass III.

Enfermez-vous pourtant dans l'univers de Mass IIII, car Amenra n'est pas un groupe comme les autres, jouant dans une cour où il est seul roi, au diadème serti de joyaux noirs. Le plaisir est indéniable, la personnalité toujours aussi écrasante, le son divinement pachydermique et la musique ma foi, aussi douce qu'un désert dans le mirage. Les belges ont cependant fort à faire pour Mass V. La surprise devra être là car le risque de tourner en rond commence à se faire sentir, la facilité va poindre le bout de son nez, et Amenra passera du statut de légende au statut de dieu déchu. Le but suprême du voyage infernal peut-être ?

Une frite tombé du ciel



AmenRa ... Un nom pas très évocateur si on n'est pas confirmé en Post-Harcore .En effet les Belges d'AmenRasont plutôt reconnus dans la scène underground .Après Mass III ils nous dévoilent ici leur 2 ème album , les deux premiers (Mass I et Mass II) étant des démos .
Mais passons sans plus attendre à la dissection de la bestiole , je dirais même plus , du monstre qu'est le Mass IIII .

En laissant fureter mes yeux dans le rayon Metal de l'espace culturel , je tombe sur un groupe qui ne me revient pas . AmenRa . Saisit d'une étrange curiosité et pousser par les conseils du vendeur j'achète . Je rentre chez moi , déballe avidement le CD , le pose dans le lecteur ... Je ne le sais pas encore mais je suis aux portes d'un paradis sonore .

Je découvre donc ce Mass IIII avec la chanson " Silver Needle. Golden Nail " . Un morceau ,au départ , très ambiant mais qui nous plonge ensuite dans un Post-Hardcore noir et extrêmement lourd comme le fait si bien AmenRa . Une sonorité qui rappelle d'ailleurs un groupe du même genre , Neurosis .
Un des éléments qui contribue aussi énormément à créer cette noirceur fantastique est la voix . Une voix teinté hardcore bien évidement mais qui possède une touche de noirceur chaotique peut-être due au fait qu'elle soit légèrement plus criarde que la normale.
Les guitares sont elles aussi parfaite , ni trop saturés ni pas assez , s'accordant parfaitement avec la voix .
Les chansons inspirent toutes une énorme noirceur , aucune n'échappe à la règle .
Le Gardien Des Rêves ... Une autre chanson ,elle aussi fantastiquement empli de haine et de noirceur , débutant sur un riff typiquement Post-Hardcore , lourd et gras , accompagné de cris chaotiques sorti tous droit des tréfonds de l'enfer , s'en suit un intermède lente et noire accouplé toujours et encore à cette voix fantastique . On ressent comme sur beaucoup de chanson de l'album un côté très émotionnel qui créer d'ailleurs le son propre au groupe .
De Dodenakker , une chanson de plus , un chef d'œuvre de plus , avec un riff principal très émotionnel (3:40) que je trouve absolument fantastique, je ne dirais pas que c'est une des chansons à écouter en priorité car c'est l'album entier qui est à écouter d'urgence sous peine de rater l'un des meilleurs albums de Post-Hardcore qui ait vu le jour .
Après ces trois pistes on se sent vraiment planer , empreint d'un sentiment de plénitude .
La suite finie de vous achever .
Après la fantastique Terziele , plus émotionnel que les autres on se mange une nouvelle tuerie dans les dents : Razoreater .
Chanson qui est d'ailleurs aussi présente sur le split avec le groupe Hitch.
Razoreater débute sur un riff léger mais tous de même accompagné de léger larsen faisant bien comprendre à l'auditeur qu'il va se manger un début de chanson ultra lourd . Le cri qui fait partir la chanson est tous simplement fantastique . Après un florilège de noirceur , on nous sert une partie ambiante avec une voix divine en fond . Vous l'aurez compris cette chanson est fantastique .
Les deux dernières chansons sont elles aussi purement Post-Hardcore , inutile de s'attarder et laissons planer le voile mystérieux des deux dernières pour les futurs acheteurs .

Vous l'aurez compris cet album est une véritable tuerie , à réserver cependant aux amateurs déjà vacciné au Post-Hardcore .

Les tops :

- le son extrêmement gras , lourd et noir , offrant une ambiance incomparable .
- La longueur du CD qui rassasie juste comme il faut .

Les flops :

- Le prix du CD qui fait mal au porte monnaie , ( le groupe est plutôt underground ce qui augmente le prix )
- Difficulté quoi que peu conséquente pour trouver les albums .


Je met 9.5 car la perfection n'est pas de ce monde !

Maintenant les Belges font des frites ET du Post-Hardcore !


(0) Modifier l'article
par KV, le 4 novembre 2008
Voir toutes les chroniques de KV


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Je n'avais pas vu qu'une chronique avait été faite sur le Mass IIII d'Amen Ra. Une contre-chro s'impose. Mass IIII ne mérite surement pas 9.5 et ne dépasse pas Mass III.
jeu. 4 mars 10- 12:41  


Mass IIII - Infos

Voir la discographie de Amenra
Infos de Mass IIII
acheter sur Amazon
Sortie : 5 juin 2008
Genre : Post-Hardcore
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Silver Needle. Golden Nail (8:24)à écouter en premierparoles de Silver Needle. Golden Nail
2. Le Gardien Des Rêves (4:26)paroles de Le Gardien Des Rêves
3. De Dodenakker (10:01)paroles de De Dodenakker
4. Terziele (2:46)paroles de Terziele
5. Razoreater (6:49)paroles de Razoreater
6. Aorte. Nous Sommes Du Même Sang (9:01)culte !culte !paroles de Aorte. Nous Sommes Du Même Sang
7. Thurifer. Et Clamor Ad Te Veniat (6:43)à écouter en premierparoles de Thurifer. Et Clamor Ad Te Veniat
écouter : Ecouter l'album



Amenra

Albums chroniqués :
Chronique de Mass V
Mass V
2012

Chronique de Mass IIII
Mass IIII
2008

Chronique de Mass IIII
Mass IIII
2008

Chronique de Mass III
Mass III
2005

Amenra
Amenra
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Hardcore
Origine : Belgique

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Neurosis
Neurosis
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Black Bomb A
Black Bomb A
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hatebreed
Hatebreed
2009

Chronique de Supremacy
Supremacy
2006

Chronique de The Rise Of Brutality
The Rise Of Brutality
2003

Chronique de Perseverance
Perseverance
2002

Hatebreed
Hatebreed
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Implosion
Implosion
2008

Self Defense
Self Defense
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Hardcore
Origine : France


Hopes Die Last
Hopes Die Last
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Hardcore
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Tagada Jones
Tagada Jones
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Like no Place on Earth
Like no Place on Earth
2009

Reach Inside
Reach Inside
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Hardcore
Origine : France