Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de New Era

Chronique de New Era

Revolution Renaissance  - New Era (Album)

 4 
10



Egaré dans les affres déchirants de sa psyché complexe, égocentrisme exagéré pour certains, génie pour d’autres, Timmo Tolkki décida, après de nombreuses déconvenue plus ahurissantes les unes que les autres, de rompre ce lien intense qui l’unissait à ces camarades de Stratovarius. Perdu dans les abimes mystiques de son esprit tortueux, il finit pourtant par revenir avec ce mystérieux Revolution Renaissance, annoncé préalablement par d’énigmatique messages médiatiques estampillés des simples lettres ‘‘R R’’. Si le messie finlandais déclarait, à qui voulut bien l’entendre, que cette renaissance révolutionnaire s’annonçait comme le renouveau le plus accomplis, puisés aux sources originelles les plus semblables de ce que fut l’art le plus remarquable de son Stratovarius, il dut attendre de nombreux mois, où se succédèrent à un rythme effréné nombres de déboires mystico-médiatico-juridiques, avant de pouvoir nous proposer, à nouveau, l’expression de sa créativité.

Incontestablement ce temps passé est handicapant. Il sème sur ces titres qui furent, apparemment, composés de longue date, un embarrassant passéisme. Ce vernis poussiéreux, au sein d’un paysage Power mélodique où les nouvelles sensations naissent, et meurent, dans un ballet incessant donnant un factice sentiment de renouveau, accable inévitablement l’œuvre.

L’entité artistique cristallisé autour de Timmo est composé de plusieurs chanteur, à savoir Tobias Sammet (Edguy, Avantasia) Pasi Rantanen (Thunderstone) et le sempiternel Michael Kiske (Ex-helloween) qui n’en finis pas de faire son retour depuis la miraculeuse résurrection qui le sortit de sa torpeur autistique, lui faisant poussé d’horrible grognements à la simple évocation de ce ‘‘ Metal’’ duquel il voulait oublier les fervents adeptes incapables de comprendre son ‘‘délicieux’’ éclectisme. L’hydre à trois têtes ainsi crée, s’il a indéniablement des qualités, nous offre un résultat apparaissant forcément comme décousus. Le manque de cohésion qui en résulte rejaillit inexorablement sur un album. Le sentiment d’avoir à faire à une entreprise approximative, servis par des aspirations inachevé, devient alors prégnante.

Pourtant la véritable escroquerie de cette œuvre réside ailleurs. En effet, au-delà même de son contenu hautement soporifique elle vit au cœur de cette promesse, apostolat de départ, non tenu. Non, Revolution Renaissance n’est pas le meilleur prolongement de Stratovarius. Il en propose même l’image la plus blafarde. En effet loin des rythmes enlevés, affranchi des claviers caractéristiques et sans l’emphase orchestrale et chorale de son homologue, le nouveau projet de Timmo Tolki nous en offre une version bien insipide. Ce succédané nous apparait alors comme incolore. Et outres quelques moments appréciables manquant, tout de même, singulièrement d’intensité et d’amplitude, le tableau est pénible (Heroes, I Did It My Way ou We Are Magic). Malgré les évidentes bonnes volontés de ces titres modestement intéressants, où l’on reconnaitra tout de même les influences bien trop caractéristiques d’autres acteurs (tels que par exemple Edguy, Axel Rudi Pell et, bien évidemment, subrepticement Stratovarius), le propos de ce New Era s’enlisent invariablement des les méandres de morceaux aux tempos pesant, à la créativité fade et, donc, pour l’auditoire harassé par tant de souffrances, à l’ennui (Angel, Eden Is Burning, Born Upon The Cross, Keep The Flame Alive…).

Toutefois l’escroquerie de cette annonce mensongère pourrait être pardonnée pour autant que le contenu de ce disque soit à la hauteur des espérances artistique, et qualitative, né du talent louable du virtuose guitariste finlandais. Ce qui n’est véritablement pas le cas.

Notons au milieu de ce désastre laborieux que seul un Glorious & Divine véloce vient nous éveiller de cette léthargie dans laquelle nous abandonne ce New Era. Malgré sa filiation étroite avec ceux d’Edguy, ce titre parvient, in extremis, à ne pas condamner nos derniers espoirs.

Ce New Era, reflet poussiéreux et sans inspiration, se complait donc dans un propos sans âme. Se vautrant dans la boue d’une expression sans fond, il néglige même, dans un outrage ultime, d’en soigner la forme. De cette musique mélodique fastidieuse, Power inefficace et lourds, il fait naitre de douloureuses interrogations quant aux capacités créatives d'un Timmo essoufflé. Une renaissance qui n’a donc rien de révolutionnaire.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




New Era - Infos

Voir la discographie de Revolution Renaissance
Infos de New Era
acheter sur Amazon
Sortie : 6 juin 2008
Genre : Speed Metal
Playlist :
1. Heroes
2. I Did It My Waylisten
3. We Are Magic
4. Angel
5. Eden Is Burning
6. Glorious And Divine
7. Born Upon The Cross
8. Keep The Flame Alive
9. Last Night On Earth
10. Revolution Renaissance
écouter : Ecouter l'album



Revolution Renaissance

Albums chroniqués :
Chronique de New Era
New Era
2008

Revolution Renaissance
Revolution Renaissance
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Speed Metal
Origine : Finlande




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Nemesis
Nemesis
2013

Chronique de Unbreakable
Unbreakable
2013

Chronique de Elysium
Elysium
2011

Chronique de Polaris
Polaris
2009

Stratovarius
Stratovarius
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Power Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Scarecrow
The Scarecrow
2008

Avantasia
Avantasia
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Metal symphonique
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Edguy
Edguy
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Axel Rudi Pell
Axel Rudi Pell
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne