Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Eye Of Needle

Chronique de The Eye Of Needle

Klone  - The Eye Of Needle (EP (Maxi))

Et ça évolue dans le bon sens!



Le Klone nouveau entrevu sur Black Days semble avoir convaincu la majorité du public, hormis quelques nostalgiques de All Seeing Eye – dont je fais partie – qui sentent le groupe s'éloigner de sa magie initiale, au profit de plus d'efficacité. Un argument qui se tenait pour ce qui est de l'impact live mais qui s'arrêtait là, l'écoute à tête reposée étant tout de même plus immersive ; et dans le cas de Black Days, la plongée était somme toute assez brève, les effets des premières écoutes s'estompant assez vite tandis qu'ils perduraient longtemps chez son prédécesseur. Alors à l'annonce d'un EP, on ne peut que se frotter les mains, car il est évident que le format se prête à plus d'expérimentations, d'ambiances et autres joyeusetés, d'autant que dans le cas de ce The Eye Of Needle, il n'y a que deux morceaux, mais suffisamment longs pour proposer du contenu riche.

Sobrement éponymes et différenciés par « Part 1 » et « Part 2 », ces deux nouveaux titres sont des opposés dans la forme et le fond, symboles des deux faces du masque Klone. La langueur évasive résonne dans la première partie tandis que la seconde se fait plus nerveuse, porte-étendard du groove Rock aperçu sur Black Days, ici bien plus convaincant, et surtout diaboliquement entraînant. On se retrouve donc avec deux trains aux destinations très différentes. « The Eye Of Needle Part 1 » semble plus relever d'un Metal atmosphérique, aux relents Post prononcés pour ce qui est de l'aspect pachydermique/ambiancé et pour le charme global du morceau. La voix de Yann, pleine d'effets lui conférant épaisseur et mystère, se marie à ces instruments si caractéristiques de la patte des poitevins, clarinette en tête – avec un solo magique - , pour un résultat réussi, mais qui témoigne d'un problème de redondance dans les lignes de chant. Mais allongé, le casque sur les oreilles, nul doute que la première partie de l'EP vous clouera sur place, à la fois céleste et inquiétante – et cette basse mes ami(e)s ! quelle touche !

La partie 2 elle, bien plus dans l'impact, réserve elle aussi moultes surprises et apporte son lot de sensations dont ce riff hyper groovy, qui fouterait le bourdon à Trepalium himself, et se répète avec des ambiances infernales du plus bel effet. Les expérimentations du groupe payent, les machines en tête, qui apportent un côté Indus très bienvenu. Plus inspiré sur cette seconde partie de l'EP, Yann est en grande forme, alternant son chant le plus possédé à son chant le plus rocailleux, unique en son genre. Mais c'est bien du côté de la musique elle-même que se situe la surprise, avec cette utilisation superbe du matériel déjà à disposition conjugué à ces machines nouvelles dans l'univers de Klone, injectant dans ses veines de l'adrénaline pur jus, du concentré de personnalité bien plus prononcé que dans Black Days.

The Eye Of Needle est donc un superbe EP qui me réconcilie personnellement avec le groupe et dévoile un visage plus entreprenant de Klone. Les deux parties composant l'essai sont construites avec brio – la seconde davantage que la première, bien plus simple – et permettent de saisir tout le talent de Klone, dont la personnalité ressort bien plus que dans Black Days. J'oserai presque dire que le mélange entre la magie de All Seeing Eye et la puissance évocatrice de Black Days commence à s'accomplir, mais attendons de voir si tout cela se confirme sur un prochain album. Si cela arrive, soyez assurés que Klone gagnera + 15 en popularité et + 10 en charisme. Disponible de plus, en téléchargement libre, aucune excuse ne serait suffisante pour passer à côté.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




The Eye Of Needle - Infos

Voir la discographie de Klone
Infos de The Eye Of Needle
Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired