Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Black holes and revelations

Chronique de Black holes and revelations

Muse  - Black holes and revelations (Album)

Black holes and revelations: le renouveau de Muse



Je sais déjà ce que certains vont dire en lisant cette chronique : « ouais mais Muse ce n’est pas un groupe de metal, c’est juste un pauvre groupe de rock ! ». Eh bien non chers amis, Muse ce n’est pas juste un groupe de rock, c’est LE groupe de rock à écouter d’urgence et voilà pourquoi.

Tout d’abord, il faut savoir que le combo du Devon n’en est pas à son premier fait d’arme : en effet, Muse est né en 1994, année prolixe en sorties d’albums dans le vaste domaine de la sombre musique (In the nightside eclipse d’Emperor ou Orchid d’Opeth). Et puis Muse c’est aussi quatre albums sorti à ce jour. Autant dire que le trio composé de Matthew Bellamy (chanteur-guitariste-claviériste-compositeur), Christopher Wolstenholme (bassiste-choriste-guitariste) et Dominic Howard (batteur) n’en est pas à ses balbutiements et propose toujours de nouvelles choses, comme en atteste cette nouvelle offrande à l’énigmatique nom de Black holes and revelations. Intéressons-nous donc à présent à son contenu.

Pour commencer, penchons-nous sur la jaquette de ce skeud : une contrée rougeoyante (planète mars ?) où on retrouve quatre hommes autour d’une table, vêtues d’accoutrements bizarres. Cette jaquette laisse planer moultes interrogations. L’artwork quant à lui est absolument magnifique, composé bien sur des paroles des chansons et d’images représentant souvent le ciel : absolument magnifique. Et maintenant place au but ultime de cette chronique : la musique.

On démarre avec Take a bow, chanson ultra expérimentale dans laquelle Bellamy propose une ligne de clavier façon 80’s répétitive, entêtante mais efficace à souhait et supplée par la superbe ligne basse de Wolstenholme qui cherche surtout à mettre des effets ici. L’arrivée de la batterie donne de l’ampleur à cette chanson et le final est absolument excellent, surtout grâce à la magnifique voix du chanteur. Une excellente piste.
Le deuxième titre n’est autre que le premier tube de ce skeud, Starlight : ici, on note surtout l’omniprésence de la basse qui imprime la rythmique et la mélodie tandis que Bellamy jongle entre jolie ligne de piano et arpège de guitare alors que Howard nous propose un rythme de batterie épuré, simple, conventionnel mais sacrément efficace. A découvrir absolument.
Troisième extrait, troisième ambiance avec Supermassive black hole, second tube de l’album :
Ici, un son mat et brouillon domine la chanson dans laquelle on retiendra avant tout le jeu entre guitare et basse et le chant de Bellamy ponctué de petits cris perçants qui vous rappelleront peut-être quelques groupes de metal. Une chanson pour tous les amoureux de rock metal.
Le quatrième morceau, Map of the problematique, est absolument fabuleux : ici préparez-vous à effectuer un double voyage à la fois dans les 80’s et dans l’espace. Les nappes de clavier sont ici omniprésentes bien accompagné par une basse rutilante et qui balance un max. La guitare est peu présente dans cette chanson mais ce n’est pas grave car il faut avant tout se plonger dans le jeu de Howard, un jeu comme j’en ai rarement entendu par le passé : en effet tout y passe ici que ce soit la caisse claire, les toms ou les cymbales. Je n’ai qu’un mot à dire Whoa !
Le cinquième fait office d’interlude : Soldier’s poem est l’occasion d’un joli jeu de voix entre guitariste et bassiste accompagné par un bel arpège de guitare et par le jeu de balais de Howard. Une chanson sympathique mais pas nécessaire.
La track n°6 est le troisième tube issu de l’album : il s’agit de Invincible, un titre excellent dans lequel les effets de guitare prévalent. La batterie assène un rythme ultra militaire tandis que le bassiste nous gratifie d’une bien belle ligne. Il faut surtout retenir de cette chanson le chant de Bellamy et les solos de piano et de guitare absolument hallucinants. Du grand art pour une magnifique chanson.
Le septième titre va faire plaisir à tous les amoureux du metal puisque assassin déchire comme rarement Muse l’a fait. Les trois musiciens semblent se déchaîner ici, en atteste la parfaite symbiose guitare-basse dont les riffs sont massifs et élégants. Une chanson excellente taillée pour la scène. A découvrir immédiatement.
Exo-politics est un morceau sympathique mais peu novateur, sorte de second interlude avant un final éblouissant. On en retiendra principalement la prestation vocale du sieur Bellamy.

Je tiens d’ores et déjà à vous prévenir que les trois derniers morceaux étant mes préférés, il faut m’excuser si éventuellement je fais preuve de subjectivisme.

Et voilà, on y est, le voici le grand titre de ce skeud, City of delusion : la recette est simple, prenez une guitare, une basse, une batterie, des violons et quelques cuivres et faites les jouer et vous obtiendrez une chanson absolument énormissime où ambiances western et hispanique semblent se mélanger à merveille. Un titre que je qualifierai de rock opéra et qui pourrait faire penser aux travaux de Diablo swing orchestra. Du grand art, du grand Muse, bref une réussite dans laquelle le solo de trompette n’y est peut-être pas pour rien. La claque de cette galette.
Le dixième titre, Hoodoo, est quant à lui beaucoup plus calme : ici on revient à la simplicité, exit les cuivres et les cordes, faites place à la guitare, au piano et à la mélancolie. Un titre excellent dans laquelle l’émotion fait mouche, aidée surtout par une nappe de piano qui peut faire penser au registre classique, mais surtout grâce à la voix éblouissante de Matthew Bellamy qui n’est pas sans rappeler la magnifique interprétation du Dream brother du regretté Jeff Buckley.
Quel autre meilleur titre de fin que ce Knights of cydonia : ici pas de chichis, on se retrouve plonger dans un scénario burlesque aux confins du démentiel. Accrochez vos ceintures car on part pour un voyage intersidéral ! Nouvelle offrande opéra-rock où l’ombre d’Ennio Morricone semble planer. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une musique de western et quoi de mieux que cela pour interpréter la jaquette de ce skeud. Une chanson aux relents épiques qui vient magnifiquement clôturer cet album d’une durée d’environ 50 minutes. Un travail éblouissant de la part des anglais !

Site myspace du groupe : www.myspace.com/muse

Chansons à écouter absolument: take a bow, map of the problematique, city of delusion, assassin, invincible
Chansons apparentées au metal: supermassive black hole, assassin
Chansons définissant le mieux l’ambiance de cet album : hoodoo, city of delusion, map of the problematique, knights of cydonia, invicible

PS : j’espère que cette chronique vous aura fait changer d’avis car comme on dit il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 22 commentaires précédents
nadine a écrit :
Elric des Dragons a écrit :
Ouais, et Nadine a usurpé le compte de Nanoroux. -_-


Hein ?? Rien compris..
C'est un compliment ou pas ;)


Nanoroux avait fait un quote comme tu sais si bien les malfaire, il devait (encore) sortir de soirée. Mais il est allé éditer son message pour que ça ne se voit pas et que mon intervention paraisse obscure.

sam. 8 nov. 08- 11:15  
Ok je vois le genre du boss...faire plonger le petit personnel, bravo grande classe eheh
Merci pour la precision Elric, maintenant je sais !!

sam. 8 nov. 08- 14:02  
Elric des Dragons a écrit :
nadine a écrit :
Elric des Dragons a écrit :
Ouais, et Nadine a usurpé le compte de Nanoroux. -_-


Hein ?? Rien compris..
C'est un compliment ou pas ;)


Nanoroux avait fait un quote comme tu sais si bien les malfaire, il devait (encore) sortir de soirée. Mais il est allé éditer son message pour que ça ne se voit pas et que mon intervention paraisse obscure.



Haha oui, enfin même pas j'étais même pas bourré ^^. Mais j'étais sur un clavier japonais et j'avais du mal, j'ai effacé la balise sans faire gaffe, et l'ai remise ... en virant le slash donc au lieu de fermer ca a ouvert une deuxième quote, et on avait un magnifique effet Nadine(c) !
Et comme je suis mauvais, j'ai modifié pour que Elric passe pour un hallucinogénateur :-p

dim. 9 nov. 08- 20:13  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Black holes and revelations - Infos

Voir la discographie de Muse
Infos de Black holes and revelations
acheter sur Amazon
Sortie : 3 juillet 2006
Genre : Rock
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Take a bow (4:35)paroles de Take a bow
2. Starlight (3:59)listenparoles de Starlight
3. Supermassive black hole (3:29)listenparoles de Supermassive black hole
4. Map of the problematique (4:14)listenparoles de Map of the problematique
5. Soldier's poem (2:03)paroles de Soldier's poem
6. Invincible (4:49)paroles de Invincible
7. Assassin (3:29)paroles de Assassin
8. Exo-politics (3:51)paroles de Exo-politics
9. City of delusion (4:45)paroles de City of delusion
10. Hoodoo (3:41)paroles de Hoodoo
11. Knights of cydonia (6:01)listenparoles de Knights of cydonia
écouter : Ecouter l'album



Muse

Albums chroniqués :
Chronique de Black holes and revelations
Black holes and revelations
2006

Muse
Muse
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Autre
Origine : Royaume-Uni




Groupes en rapport


Rise Against
Rise Against
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Autre
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Kveldssanger
Kveldssanger
1995

Ulver
Ulver
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Autre
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Dropkick Murphys
Dropkick Murphys
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Autre
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dawnbearer
Dawnbearer
2011

Hexvessel
Hexvessel
Voir la page du groupe
Création : 2010
Genre : Autre
Origine : Norvège


Green Day
Green Day
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Autre
Origine : États-Unis


The Offspring
The Offspring
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Autre
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Alexisonfire
Alexisonfire
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Autre
Origine : Canada

Rapports de concerts: