Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Golden Age Of Grotesque

Chronique de The Golden Age Of Grotesque

Marilyn Manson  - The Golden Age Of Grotesque (Album)

 8 
10

Une ambiance de tonnerre...

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Marilyn Manson...on peut le connaître sans le connaître, lui. En effet, peu de gens n'ont jamais entendu parler de cette créature étrange provocatrice. Après trois albums réussis et adulés, Manson décide d'en sortir un autre. « The Golden Age of Grotesque » sera cet album. Cette figure du métal électro nous place dans une ambiance très typée cabarets du début du siècle dernier. Ainsi, le métal côtoie de très près le 'grotesque' conférant une ambiance spéciale entre humour et terreur.

« Thaeter » est l'introduction de cette histoire. Pas de paroles mais un mix de guitare saturée et de musique guillerette de manège, conférant à ce titre une ambiance particulièrement terrifiante. Le ton s'accentue vers la fin et s'arrête brusquement pour atterrir à la chanson suivante...« This is the new shit”, un des tubes de l'album. Une chanson fort connue qui le mérite. Le couplet est prononcé par Manson rapidement et d'une manière très calme créant un contraste avec le refrain très hard où le chanteur n'hésite pas à hurler comme il sait le faire.

« mOBSCENE » est l'une des meilleures coopérations entre Brian Warner et John 5. On accroche très rapidement au riff et ensuite aux chœurs. Comme d'habitude chez Manson, les paroles sont originales, loin des textes plus traditionnels. On peut dire que le refrain donne particulièrement de se lever et de se mettre à danser. Il est en effet accrocheur et les chœurs féminins très percutants. On reste dans le grotesque avec « Doll-Dagga Buzz-Buzz Ziggety-Zag ». Si aux premiers abords elle paraît très banale, on prend finalement gout au style burlesque et au chant de Manson (nan mais vraiment prononcez le titre avec une voix grave et ça le rend vraiment marrant).

Presque un sans faute jusqu'à maintenant mais « Use Your Fist and Not Your Mouth » est plutôt bof. Agressif, répétitif et banal je trouve. Profitons du moment pour lancer notre première déduction : cet album est particulièrement électro nan ?

L'ambiance se transforme avec « The Golden Age of Grotesque ». L'agressif se transforme en malsain, propre à Manson. Ses changements de hauteur de voix vous feront frémir tandis que la batterie rythme la chanson. Non dans ce morceau, on sent que le leader est Manson, c'est lui qui gère, c'est lui qui rend la chanson terrible, qui transmet toute cette terreur (même quand il chantonne la la la...c'est pas comme Willy Wonka). Le rythme ne s'essouffle pas avec « (S)aint » un des meilleurs morceaux de l'album. Autant dire que vous ne lâcherez pas le refrain particulièrement passionnant (What's my name ? What's my name ? Ha ha ! Ha ha ! Grrrrr j'adore...)

Un autre style avec « Ka-Boom Ka-Boom » pas très frappant mais tout de même sympa, rien que pour entendre Manson prononcer Ka-boom. Elle est la première chanson de l'album pas écrite par le chanteur, mais bien par John 5, guitariste (critique de son premier album ici) et Tom Sköld le bassiste. La chanson reste sympa, plus lente et lourde mais quand même bonne.
« Slutgarden » m'a laissé plus pensif. J'accroche pas du tout alors que généralement j'arrive à bien comprendre le morceau. Même après moult écoutes je n'accroche toujours pas. Quant au style, ça se confirme : peu de guitares, pas mal d'électro.

Chanson 10 déjà : waw ! Voyons voir le titre...Gné ? Cette chanson apparemment sans nom (symbole du pique d'un jeu de carte) sera renommé « Spade ». Ok ? C'est la ballade de l'album, lente et très belle. Ecrite uniquement par John 5, elle prouve la capacité de composition du guitariste. C'est d'après moi la meilleure chanson de l'album, elle dégage une atmosphère excellente et c'est la première chanson de l'album à bénéficier d'un solo du grand John 5.

La chanson suivante est une grosse daube. C'est un mélange de voix (boucles ?) féminines sur fond électro très bof. Ensuite intervient Manson qui choisit une voix un peu grinçante pour son chant (chant ?). Après ça fait beaucoup de bruit et ça redevient calme. Notons le solo de guitare anarchique avec tout ce bruit de merde. Il est trop saturé, on a l'impression que nos haut-parleurs veulent se jeter par la fenêtre. Argh, c'est tout !

« The Bright your things » fait beaucoup de bruit. Beaucoup beaucoup ! Manson crie comme si ça vie en dépendant avec un bruit guttural identique à celui des bébés qui aiment pas leur potage (Berk berk berk). Au final, c'est une chanson bien sympa. Il faut s'habituer mais c'est franchement pas mal. La suivante « Better of two evils » est plutôt mauvaise, on perd l'ambiance de la précédente. C'est plutôt agressif et il est moins percutant, moins attachant que d'autres Spade, mOBSCENE etc.

On en arrive aux derniers morceaux. « Vodevil » débute avec une ambiance bien spéciale, on a l'impression de se trouver en plein manège. Mais la voix de Manson, terrible comme d'habitude intervient pour nous faire rager : c'est quoi c'te chanson ? Elle est banale, ressemble à deux cents autres. C'est après plus d'écoutes qu'on s'habitue et au final, on aime bien. Rien de spécial, mais ça va. Et puis le meilleur reste le son de manège qu'on entend quelques fois. Et voilà là c'est bien la fin avec « Obsequey (the death of art) ». C'est un instrumental, mélange de rythme et de bruitages, de voix. En plus de ça on nous rajoute la musique de cabaret qui revient dans l'album (Thaeter, Vodevil, The golden age of grotesque...). Une excellente fin, digne de l'album en général.

Presque-fin en fait, vu que Manson nous sert une chanson « bonus » mais qui n'a de bonus que le nom puisqu'elle est aussi excellente que le début du cd. C'est un reprise (et ouais !). Reprise de Soft Cell, c'est Tainted Love (qui mérite d'être vu avec le clip). L'ambiance est excellente, c'est génial de retrouver ce hit, dans une version plus metal. Le chanteur s'en donne à cœur joie et parce que c'est communicatif, nous aussi tiens !

Bref, que dire sur ce « Golden Age of Grotesque »...Après trois albums adorés par la critique et par les fans, il est difficile de créer un album à la hauteur. Je pense que le pari est réussi. Les chansons sont assez attachantes, même en partant sur des a priori. C'est un album simple, en particulier le début, peu d'écoutes sont vraiment utiles. On accroche rapidement et on passe un bon moment.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

The Golden Age Of Grotesque - Infos

Voir la discographie de Marilyn Manson
Infos de The Golden Age Of Grotesque
acheter sur Amazon
Photo
Derrière de couverture de The Golden Age of Grotesque
Photo
Photo du clip de mObscene
Photo
Intérieur de couverture de The Golden Age of Grotesque
Photo
Autre couverture de The Golden Age of Grotesque
Photo
Marilyn Manson - The Golden Age Of Grotesque


Sortie : 13 mai 2003
Genre : Metal Indus / Rock Metal
Label : Interscope Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Thaeter (01:14)paroles de Thaeter
2. This Is the New Shit (04:19)à écouter en premierlistenparoles de This Is the New Shit
3. Mobscene (03:25)culte !culte !paroles de Mobscene
4. Doll-Dagga Buzz-Buzz Ziggety-Zag (04:11)à écouter en premierparoles de Doll-Dagga Buzz-Buzz Ziggety-Zag
5. Use Your Fist and Not Your Mouth (03:34)paroles de Use Your Fist and Not Your Mouth
6. The Golden Age of Grotesque (04:05)culte !culte !paroles de The Golden Age of Grotesque
7. (s)AINT (03:42)culte !culte !paroles de (s)AINT
8. Ka-boom Ka-boom (04:02)à écouter en premierparoles de Ka-boom Ka-boom
9. Slutgarden (04:06)paroles de Slutgarden
10. Spade (04:34)culte !culte !paroles de Spade
11. Para-noir (06:01)paroles de Para-noir
12. The Bright Young Things (04:19)à écouter en premierparoles de The Bright Young Things
13. Better of Two Evils (03:48)paroles de Better of Two Evils
14. Vodevil (04:39)paroles de Vodevil
15. Obsequey (The Death of Art) (01:48)paroles de Obsequey (The Death of Art)
16. Tainted Love (03:19)culte !culte !paroles de Tainted Love
écouter : Ecouter l'album

Marilyn Manson

Marilyn Manson
Marilyn Manson
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de VII: Sturm Und Drang
VII: Sturm Und Drang
2015

Chronique de Wrath
Wrath
2009

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Lamb Of God
Lamb Of God
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Dagoba
Dagoba
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metal
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de 10 000 Days
10 000 Days
2006

Chronique de Lateralus
Lateralus
2001

Chronique de Aenima
Aenima
1996

Chronique de Undertow
Undertow
1993

Tool
Tool
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Blunt Force Trauma
Blunt Force Trauma
2011

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Cavalera Conspiracy
Cavalera Conspiracy
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Paradise Lost
Paradise Lost
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Bloodsimple
Bloodsimple
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Reminiscence
Reminiscence
2009

Violence From Within
Violence From Within
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Metal
Origine : France