Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Iconoclast

Chronique de Iconoclast

Symphony X  - Iconoclast (Album)



"En tant que musiciens, nous adorons nous lancer des défis, nous amuser à jouer des trucs complètement fous. Mais en mêmes temps, les notions de refrain et de riff ne doivent jamais être éclipsées."

Michael Romeo.

Sans volonté aucune de s'écarter de la vision créative évoqué dans cette citation dont il est l'auteur, le musicien, guitariste, compositeur et âme fondatrice de Symphony X, aura donc, tout au longs de son périple créatif, exercé son art en l'inscrivant dans cette démarche conceptuelle salutaire consistant à ne jamais oublier, au delà de capacités techniques remarquablement irréprochables, l'aspect le plus naturellement mélodique de l'exercice. La tâche aura pourtant toujours été éminemment complexe dans cet univers créatifs Prog où les artistes les plus aguerris s'abandonnent assez facilement une démonstrativité tentatrice s'adressant, essentiellement, aux initiés oubliant ainsi continuellement d'offrir à cette musicalité souvent absconse une simplicité pourtant décisive..

Ainsi, à l'aube du huitième effort de Symphony X intitulé Iconoclast, nul doute que les caractéristiques musicales, celle là même dont nous parlons depuis le début et qui demeurent assez symptomatiques de ce groupe, viendront, une fois encore, séduire nos âmes. Nul doute que Michael aura, une fois de plus, été intransigeant avec ce principe mélodique fondamentale.

Il n'y a donc ici rien de surprenant à entendre la musicalité de ces titres, et notamment de ces refrains fédérateurs superbes qui viennent illuminer les recoins les plus sombrement Progressif de ce Power Prog Metal. Car à dire vrai si, bien évidemment, la lumière est rédemptrice, elle ne peut que révéler l'obscurité de ces ténèbres sinueuses. Il serait, en effet, malhonnête d'affirmer ici que la musique défendue par ces américains ne s'égare jamais en ces contrés aux constructions complexes que les détracteurs du genre ne pourront s'empêcher de dénoncer.

Toutefois, si, indiscutablement, Symphony X, demeure un groupe au aspirations Prog très prononcées, il aura toujours su intégrer à sa musique les éléments mélodique les plus divers et ainsi trouver un équilibre assez remarquable à son expression. Prog, le groupe l'est donc assurément. Mais pas uniquement. Il aura su, en effet, garder l'âme foncièrement Power Metal d'une expression artistique dans laquelle il ne sera pas rare, aussi, d'entendre quelques passages symphoniques orchestraux.

En d'autres termes, ce brassage Power Metal, Prog Metal et Metal Symphonique, dans lequel la simplicité reste un principe primordiale, est ici, une fois encore, la terre sur laquelle Symphony X tente de faire éclore son propos.

Et qu'en est-il du résultat? Que vaut ce Iconoclast?

Dès l'entame d'un superbe titre éponyme, l'œuvre nous comble. Ce morceau, à la fois âpre et harmonieux, symphonique et agressif mais aussi fédérateur et labyrinthique nous propose de délicieusement nous égarer dans le délectable univers de ce groupe. Très révélateur de la musique de ces américains, il séduira, d'emblée, les plus sensiblement sceptique, dont votre humble serviteur fait partis, allergique à ce genre de complexité durant plus de dix minutes magiques au court desquelles l'ennui ne poindra jamais.

Au delà de cette première escale merveilleuse, nul autre ne pourra venir contrarier le plaisir ressentis. D'un The End of Innocence au refrain merveilleux en passant par les aspérités plus belliqueuses d'un The Deshumanized, Bastards of the Machine, Prometheus (I Am Alive), rugosités superbement mises en exergue par Russel Allen, mais aussi en passant par le refuge plus posé d'un joli When All is Lost ou par la fougue fébrile d'un excellent Electric Messiah, le voyage est intense.

Il convient d'ailleurs de noter, dès lors, le magnifique travail effectué, une fois encore, par ces musiciens et notamment par un Russen Allen dont les chants demeurent superbes. Ce vocaliste au timbre à l'étendue considérable, à la polyvalence admirable, transcende des titres qui, pourtant, n'en avaient nul besoin.

Avec ce Iconoclast, Symphony X confirme donc l'excellence qui est la sienne. Egaré dans les magnifiques affres d'un Power Prog Metal apprêté de quelques grandiloquences symphoniques, mais aussi de quelques aspérités rugueuses, il nous propose d'errer en un voyage tout simplement captivant.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Iconoclast - Infos

Voir la discographie de Symphony X
Infos de Iconoclast
acheter sur Amazon
Sortie : 17 juin 2011
Genre : Metal Progressif
Label : Nuclear Blast
Playlist :
1. Iconoclast (10:53)
2. The End Of Innocence (5:29)
3. Dehumanized (6:49)
4. Bastards Of The Machine (4:58)
5. Heretic (6:26)
6. Children Of A Faceless God (6:22)
7. Electric Messiah (6:15)
8. Prometheus (I Am Alive) (6:48)
9. When All Is Lost (9:10)
écouter : Ecouter l'album



Symphony X


Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Odyssey
Odyssey
1988

Chronique de Trilogy
Trilogy
1986

Chronique de Marching Out
Marching Out
1985

Chronique de Rising Force
Rising Force
1984

Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Suède


Messiah
Messiah
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : Suisse