Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de No More Tears

Chronique de No More Tears

Ozzy Osbourne  - No More Tears (Album)

Le premier dernier album d'Ozzy.



Ozzy, c'est un personnage. Un caricatures du heavy metal dans ce qu'il a de plus fou, de plus déjanté. Une icône. Et une voix. Une voix qui fait merveille, peut-être même plus à l'époque du Sab' qu'en solo. Puis il y a ses frasques. En 1991, il en avait déjà un bon paquet à son actif, comme avoir pissé sur les ruines de Fort Alamo, étranglé sa femme, tiré sur ses chats au fusil de chasse, sans oublier d'autres mésaventures liés aux animaux, comme cette chauve souris dont la tête fut croquée et qui valut à Osbourne une piqûre antirabique, au cas où. A se demander s'il n'a pas inspiré le personnage de Cujo à Stephen King ! Mais voilà, Ozzy est un homme qui a abusé de trop de substances et qui, à l'âge de 43 ans, annonce sa retraite. No More Tears, c'est le dernier album. Point barre. Et si t'es pas content, c'est pareil.

Trois ans se sont écoulés depuis No Rest For The Wicked, émaillés de problèmes divers (on est frappadingue et on le reste chez les Osbourne) et le nouvel album arrive enfin dans les bacs. Première constatation, c'est l'une des (sinon la ?) plus belles pochettes du bonhomme. On oublie presque l'aile d'ange qui est en trop. Sa sobriété et le choix de la couleur de fond, nuancée, font merveille. Un coup d'oeil au livret permet de voir que le père Ozzy est toujours bien entouré. Si Geezer Butler n'est plus de la partie, on retrouve Zakk Wylde à la guitare, le regretté Randy Castillo à la batterie et Bob Daisley à la basse, même si Michael Inez n'est pas loin. De nombreux espoirs sont placés en la personne de Wylde, qui avait montré de belles choses, mais sans confirmer, sur l'opus précédent. Puis, en creusant un peu, on découvre le nom de Lemmy Kilmister crédité sur pas moins de quatre titres. Deux frappadingues réunis sur le même disque, yeah !

Mieux, ce qui aurait pu être la meilleure histoire drôle du monde, avec une chute des plus pathétiques, se révèle être un coup de pied au cul. Une gifle en pleine tronche. Un coup de pied dans les joyeuses. Une morsure de pitbull. Et là, on rigole moins, on fait moins les fiers, on ravale sa dignité pour le clamer haut et fort : non, Ozzy n'est pas (encore) un débris ! Et la levrette qu'il inflige à tous ses détracteurs laisse une nuée de trous de balles en feu.

Le line-up tue. La présence de Lemmy tue. La chronique pourrait s'arrêter là. Cet album tue. Point barre. Tu veux ajouter quoi ? Qu'il y a quelques titres plus dispensables ? Ouais, si tu veux.

Continuons donc l'exploration de ce disque. D'entrée de jeu, on est pris dans le monde déglingué d'Ozzy. Les enfants sont innocents dans cette cour de récréation, une mélodie loufoque arrive en arrière-plan, comme une boîte à musique détraquée. La guitare de Wylde est heavy, incisive, grasse et toujours mélodique. Ozzy chante et il chante bien. Il n'a plus chanté comme ça depuis des années, c'en est indécent pour tous les jeunes incapable de véhiculer des émotions. Il parle des pédophiles, de ceux qui attirent les gosses avec des bonbons. Il se glisse dans la peau de ce personnage. C'est pervers, mais ça marche. Premier titre, première claque. Les breaks sont astucieux et donnent un petit côté FM pas dégueux à l'ensemble. Le solo de Wylde est en prime rapide et gorgé de feeling. Le gamin musculeux a trouvé sa voie et le Sud profond se marie à Los Angeles.

Lemmy a donc collaboré sur quatre titres. Ceux qui s'attendent à entendre un son comparable à Motörhead en seront pour leur frais, Kilmister a plus d'une corde à son arc. I Don't Want To Change The World est un bon heavy des familles, qui n'est pas sans évoquer le premier album. De la référence, en somme. Desire lorgne également vers le heavy metal classique, mais la ballade Mama I'm Coming Home est bluffante. Une ballade d'Ozzy qui tient parfaitement la route, qui ne choque pas, qui ne se perd pas avec un chant inadapté. La meilleure d'Ozzy en solo. Facile, et encore il n'y a pas de risques à l'affirmer. Puis bien sûr, Hellraiser, que l'on trouvera un an plus tard dans une version plus faible sur le March Ör Die de Motörhead, catchy et FM à souhait, facile diront certains (et ils ne se tromperont pas de beaucoup), mais parfois il faut arrêter de faire son intransigeant et se faire plaisir avec un bon morceau de hard rock commercial.

On ne peut évoquer cet album sans parler de la chanson titre également, groovy à souhait, où les soli de Zakk Wylde s'apparentent une fois de plus à ce que pourrait être le nirvana si Bouddha était amateur de bourbon. Intro à la basse, claviers planants, guitare lancinante, chant possédé, du tout bon encore. La pièce maitresse de l'album, qui s'étale sur plus de sept minutes sans jamais atteindre le stade du "c'est sympa mais ça commence à devenir chiant, là".

Malheureusement, il y a quelques titres plus faibles qui viennent plomber le disque. Desire, déjà citée, est sympa, mais sans plus, quoi. Lemmy ou non. Elle s'insère dans le paysage sonore, on n'est pas choqué de l'entendre, mais on la zappe facilement pour passer de Mama I'm Coming Home à No More Tears. On peut également évoquer sans rougir la seconde ballade de l'album, Time After Time, gentillette mais nunuche ainsi que le plus hard A.V.H, en plein trip de zappatibilité pour arriver plus vite à Road To Nowhere qui conclut l'album en beauté. Trois titres sur onze. Ah ouais, quand même.

Boudons pas notre plaisir, No More Tears est le meilleur album studio du Madman depuis... The Ultimate Sin ? Nan, faut voir plus loin encore, jusqu'à Diary Of A Madman, voire jusqu'à Blizzard Of Ozz, le premier, le détonateur, celui qui révéla au monde le talent de Randy Rhoads. Et No More Tears met en avant le talent de Zakk Wylde, l'imposant comme un guitar hero parfum Jack Daniels. Rien que ça. Mais il faut que les meilleures choses aient une fin et ce No More Tears, c'est le dernier album d'Ozzy, parole. Ce qui ne l'empêchera pas de revenir quatre ans plus tard avec Ozzmosis. Filou, va !



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


J'voulais le faire celui là, mais je retrouvais plus mon CD... Totalement d'accord avec ta chronique. No More Tears tue tout.
jeu. 16 juil. 09- 09:39  


No More Tears - Infos

Voir la discographie de Ozzy Osbourne
Infos de No More Tears
acheter sur Amazon
Sortie : 19 octobre 1991
Genre : Heavy Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Mr. Tinkertrain (05:57)à écouter en premierparoles de Mr. Tinkertrain
2. I Don't Want to Change the World (04:07)paroles de I Don't Want to Change the World
3. Mama, I'm Coming Home (04:12)paroles de Mama, I'm Coming Home
4. Desire (05:46)paroles de Desire
5. No More Tears (07:24)culte !culte !écouterlistenparoles de No More Tears
6. S.I.N. (04:48)paroles de S.I.N.
7. Hellraiser (04:53)culte !culte !paroles de Hellraiser
8. Time After Time (04:21)paroles de Time After Time
9. Zombie Stomp (06:14)culte !culte !paroles de Zombie Stomp
10. A.V.H. (04:13)paroles de A.V.H.
11. Road to Nowhere (05:12)à écouter en premierparoles de Road to Nowhere
écouter : Ecouter l'album



Ozzy Osbourne

Albums chroniqués :
Chronique de Scream
Scream
2010

Chronique de Scream
Scream
2010

Chronique de Black Rain
Black Rain
2007

Chronique de Down To Earth
Down To Earth
2001

Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Order of the Black
Order of the Black
2010

Black Label Society
Black Label Society
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: