Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de In Paradisum

Chronique de In Paradisum

Symfonia  - In Paradisum (Album)

 5 
10



La méfiance fut le premier des sentiments qui nous étreignit lorsque furent révélés certains des détails de ce nouveau projet, Symfonia, énième tentative désespéré, concrétisé autour du guitariste Timo Tolkki. Puis vint ensuite une certaine curiosité exaltante, et fébrile, à la découverte des noms évoqués pour être l'âme créative de cette nouvelle formation. Outres Timo, songeons que nous retrouvons ici Andre Matos (Angra, Shaaman, Virgo, Viper...) aux chants, Uli Kusch (Helloween, Masterplan, Ride The Sky, Gamma Ray...)à la batterie, Mikko Harkin (Sonata Arctica, Kotipelto...) aux claviers ainsi que Jari Kainulainen (Stratovarius, Kotipelto, Evergrey...) à la basse. Autant d'artistes qui, selon quelques détracteurs farouches mais aussi quelques observateurs objectifs, stagnent dans une constance sans éclat, loin de ce meilleur dont il furent autrefois capables.

Mais alors que sommes donc en droit d'attendre d'une telle confrontation de talents?

Une des clef de cette douloureuse énigme nous vient de Timo lui-même qui, répondant a ce reproche l'accusant, avec ce In Paradisum, d'avoir commis un album aux similitudes musicales évidentes avec ce qu'il fit autrefois avec ces anciens comparses, déclare: "C’est évident . Dire que je compose un morceau qui sonne comme du vieux Stratovarius revient a dire que j’ai un air de famille avec mes parents"( Interview Rock Hard Avril 2011). Sauf que l'artiste est maitre de sa création artistique et qu'à aucun moment les forces naturelles et mystérieuse lié à l'incertitude qu'on nomme la vie, ne viennent interférer dans un imaginaire totalement maitrisé par celui qui s'en sert. Si Symfonia ressemble à Stratovarius, c'est donc parce que Timo en a voulut ainsi.

De plus, soyons sérieux, nul ne lui reprochera de composer une musique caractérisé par des singularités qui sont les siennes, puisque ces particularités avant d'être celle de Stratovarius sont les siennes, mais bel et bien de reproduire un schéma si stéréotypé que certains des titres présents sur ce In Paradisum ressemblent à s'y méprendre à d'autres composés par divers groupes, dont celui déjà cité.

En d'autres termes, et pour résumer, cet album n'est pas décevant, parce qu'il ressemble à une pâle copie de Stratovarius, mais parce que le concepteur de cette engeance est allé puiser directement, et maladroitement, l'inspiration en des morceaux désespérément classique, désespérément connus.

Ce premier album de Symfonia confirmera donc superbement, et définitivement, ce que nous laissait présager l'aventure Revolution Renaissance: Timo Tolkki ne parvient plus à composer autrement qu'emprisonné dans les stigmates d'une musique terriblement conventionnel inspiré par d'autre. Ainsi qui peut réellement s'enthousiasmer en écoutant des titres tels que I Walk in the Neon ou encore, par exemple, Come by the Hill, dont la construction est la copie conforme d'un Hunting High and Low issus de l'album Infinite de Stratovarius. On y retrouve, en effet, cette mélodie de synthé caractéristique précédant des couplets apposés sur une guitare sèche. Ces morceaux, irréparablement académiques, illustrent assez justement l'impuissance de ce In Paradisum à nous séduire. Citons également, par exemple, Into the Pilgrim dont les couplets sont, quant à eux, empruntés à un Future World d'Helloween.

Au-delà de ces imitations fâcheusement audibles, on ne peut nier que l'ensemble de cette œuvre reste terriblement ordinaire. Cette expression artistique, n'est donc que l'exercice d'une variation sur un thème épouvantablement habituels. Un Power Metal typiquement finlandais dans lequel tous ces éléments tacitement obligatoires (claviers envahissants, clavecins omniprésents, riffs galopants, mélodies guillerettes, solos d'inspirations succinctement Neo Classique, Breaks paisibles aux guitares acoustiques...) viennent nous rappeler un parfum révolus en une expression essentiellement "stratovarienne" sur laquelle un bon Andre Matos vient apporter une touche insuffisamment nuancée pour éloigner de nos esprits ces analogies peu flatteuses pour Symfonia.

Mais davantage encore que cette inspiration maladroite, que ces similitudes confondantes et que cette musique convenus, c'est l'aspect désuet de cette forme d'expression qui sera le plus atterrant. Symfonia nous propose incontestablement une vision proche de celle du début du troisième millénaire qui aujourd'hui apparait comme terriblement vieillotte. Et alors que certains morceaux ont pourtant certaines qualités à faire valoir (les bons Santiago et In Paradisum), ils parviennent, tout au plus, à être attachants. Ce qui constitue quand même une réelle déception, eu égards aux exceptionnelles aptitudes de ces musiciens.

La somme de talents particuliers n'est donc pas une garantie infaillible. Ce In Paradisum, premier album de Symfonia, en est une démonstration cinglante qui, au delà de tous ces défauts, fait naitre un constat terrible. Voilà, en effet, bien longtemps que ces individualités artistiques fortes demeurent incapables de nous enthousiasmer.



Une chro en (8.5/10)
  Afficher / masquer la traduction automatique
  Voir l'article original



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


J'étais assez sceptique lorsque j'avais eu connaissance de ce projet... craintes confirmées, apparemment ?
L'inspiration de Tolkki est donc bel et bien tarie... dommage, c'était un musicien doué !

lun. 25 avril 11- 22:41  
Je ne sais pas si l'inspiration de Tolkki est définitivement tarie, mais il y a fort longtemps qu'elle ne nous a pas séduite, ni même satisfaite...
lun. 25 avril 11- 23:29  
Je suis allée écouter quelques morceaux : pas déplaisant pour qui aime le power metal, mais en effet... une (pâle) copie conforme de Stratovarius !
mar. 26 avril 11- 17:25  


In Paradisum - Infos

Voir la discographie de Symfonia
Infos de In Paradisum
acheter sur Amazon
Sortie : 2011
Genre : Power Metal
Playlist :
1. Fields of Avalon (5:09)
2. Come by the Hills (5:01)
3. Santiago (5:54)
4. Alayna (6:17)
5. Forevermore (5:32)
6. Pilgrim Road (3:37)
7. In Paradisum (9:36)
8. Rhapsody in Black (4:34)
9. I Walk in Neon (5:45)
10. Don't Let Me Go (3:57)
écouter : Ecouter l'album



Symfonia

Albums chroniqués :
Chronique de In Paradisum
In Paradisum
2011

Chronique de In Paradisum
In Paradisum
2011

Symfonia
Symfonia
Voir la page du groupe
Création : 2010
Genre : Heavy Metal
Origine : Finlande




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Nemesis
Nemesis
2013

Chronique de Unbreakable
Unbreakable
2013

Chronique de Elysium
Elysium
2011

Chronique de Polaris
Polaris
2009

Stratovarius
Stratovarius
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Power Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Secret Garden
Secret Garden
2015

Chronique de Best Reached Horizons
Best Reached Horizons
2012

Chronique de Aqua
Aqua
2010

Chronique de Aqua
Aqua
2010

Angra
Angra
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Power Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Sonata Arctica
Sonata Arctica
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Heavy Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Viper
Viper
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Power Metal
Origine : Brésil


Gamma Ray
Gamma Ray
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Storm Within
The Storm Within
2016

Chronique de Glorious Collision
Glorious Collision
2011

Evergrey
Evergrey
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Rapports de concerts: