Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Mechanical Animals

Chronique de Mechanical Animals

Marilyn Manson  - Mechanical Animals (Album)

 9 
10

Glamouzes camés power !



Souvent, dans le metal, des adjectifs aussi gracieux que "pédé" ou "tantouze" (à rajouter à "groupe de" ou "musique de" indifféremment) soulignent le manque d'appétit de la gent métallique pour des musiques ne correspondant pas à des critères de virilité parfois absurde. C'est d'autant plus savoureux que peu semblent avoir compris le potentiel que possède la pochette d'Into Glory Ride comme éventuel bannière de la gay pride. Dans le monde du metal, on est pas à un paradoxe près. Et ces préjugés sont récurrents quand on parle de Marilyn Manson. Avec aussi l'accusation infondé d'être un suppôt du national socialisme. Cependant on pourrait aussi lancer de tels soupçons sur le Black Metal, avec Godseed pour le côté gay, Darkthrone pour le nazisme, et Burzum pour les deux. Mais trêve de digressions, venons en au sujet :pour une fois, Marilyn Manson prêtera le flanc à raison à une partie de ces idées reçues, en se dépeignant en diva transexuelle/homo/extraterrestre, le nez dans la neige, les yeux plein de paillettes et Bowie au dessus de la tête.

Car soyons bref, soyons clair: l'indus trash d'Antichrist Superstar n'est plus. Le côté gothique et agressif d'Hollywood n'est pas encore là. Brian Hugh Warner nous fournit un rock électro, un peu glam, pas du metal. Pour l'occasion, comme je l'ai écrit plus haut, il s'est grimé en Omega, une star extraterrestre , utilisée par l'industrie de la chanson, broyée par le rêve doré et toxique de la Californie. Quoi, cela vous rappelle le fameux Ziggy Stardust, de Bowie ? Mais c'est tout naturel, ce disque, c'est (entre autre) un hommage au glam et à ses ambiguïtés. C'est aussi une vision dénuée de toute joie à l'égard de l'humanité: de nombreuses ballades apocalyptiques émaillent cette galette, plus que des brûlots saturés. Une impression d'autodestruction fiévreuse et endiablée, avec milles compères aux moeurs légères et aux goûts éclectiques, tant en matière de musique que de sexe, plane sur ce disque. Allez, une référence, au hasard, histoire de surprendre: Pink Floyd. En effet, sur The Speed Of Pain, des choeurs rappelant furieusement Dark Side Of The Moon (notamment Speak To Me) s'incruste, derrière une voix et une guitare pour le moins désabusés. A ce bal des fantômes, il convient surtout d'inviter le glam, tendance T Rex, mais en moins sautillant. La rage de Children Of The Revolution ne déparerait pas vraiment sur Mechanical Animals, même si les emprunts ont été fait en priorité dans la garde robe. Ce feeling glam rock, cette androgynie assumée, voire l'assumation d'une vie déviante, de junkie prostituée (et qui en plus aimerait ça) est plus qu'un leitmotiv, c'est quasiment le concept de l'album. Les paroles de The Dope Show sont édifiantes de ce point de vue là ("cops and queers"...) ou User Friendly, qui sonne comme la confession d'une groupie.
L'autre aspect de Mechanical Animals, c'est ce côté "monde fait de drogue". Presque littéralement. Il en est question tout le temps ou presque, comme s'il s'agissait à la fois de nourriture, de médicament, de divin nectar ou de moyen de se suicider...Et comme avec la drogue, on commence bien, défoncé, les effets se faisant sentir au cerveau, pour finir par s'en dégouter, comme avec un sale goût dans la bouche...L'envers du décor du L.A. des 70's, scène supposée du crime ? Ce fut aussi la capitale de la consommation de cocaïne à cette époque là, parlez-en à Martin Scorsese... Et tout finit, comme après une fête trop arrosée, dans d'amers relents de vomi, d'urine et de mort. Malgré toute cette décadence, tous ces compagnons de débauches, Omega, l'alter ego de Manson pour ce disque, termine audiblement lamentablement. Ce n'est pas un hasard si les trois dernières chansons du disque sont des chansons plus calmes mais néanmoins peu réjouissantes...Une valse sombre, un tableau pessimiste et une ballade dépressive. Mechanical Animals aurait aussi pu s'appeler "The Rise And Fall of Omega, used and abused by the entertainment industry of California".



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Mon préféré du Reverand. L'ambiance est froide et hallucinée et le côté glam qui s'en dégage, plutôt que de gacher l'ensemble, donne un sacré cachet à ce disque. Plus lisse qu'Antichrist Superstar, moins glauque que le suivant. 8,5/10
mar. 23 sept. 08- 07:34  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Mechanical Animals - Infos

Voir la discographie de Marilyn Manson
Infos de Mechanical Animals
acheter sur Amazon
Photo
Manson androgyne sur Mechanical Animals
Photo
Le Omega au portrait de Manson, de la symbolique de l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin
Photo
Marilyn Manson - Mechanical Animals


Sortie : 15 septembre 1998
Genre : Metal Indus / Rock Metal
Label : Interscope Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Great Big White World (05:01)à écouter en premierécouterparoles de Great Big White World
2. The Dope Show (03:46)culte !culte !écouterparoles de The Dope Show
3. Mechanical Animals (04:33)écouterparoles de Mechanical Animals
4. Rock Is Dead (03:09)à écouter en premierécouterparoles de Rock Is Dead
5. Disassociative (04:50)culte !culte !écouterparoles de Disassociative
6. The Speed of Pain (05:30)paroles de The Speed of Pain
7. Posthuman (04:17)culte !culte !paroles de Posthuman
8. I Want to Disappear (02:56)paroles de I Want to Disappear
9. I Don't Like the Drugs (But the Drugs Like Me) (05:03)à écouter en premierécouterparoles de I Don't Like the Drugs (But the Drugs Like Me)
10. New Model No. 15 (03:40)à écouter en premierparoles de New Model No. 15
11. User Friendly (04:17)paroles de User Friendly
12. Fundamentally Loathsome (04:49)paroles de Fundamentally Loathsome
13. The Last Day on Earth (05:01)culte !culte !écouterparoles de The Last Day on Earth
14. Coma White (05:38)culte !culte !écouterparoles de Coma White
15. Untitled data track (01:22)paroles de Untitled data track
écouter : Ecouter l'album

Marilyn Manson

Marilyn Manson
Marilyn Manson
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Darkthrone
Darkthrone
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de VII: Sturm Und Drang
VII: Sturm Und Drang
2015

Chronique de Wrath
Wrath
2009

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Lamb Of God
Lamb Of God
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Dagoba
Dagoba
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metal
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de 10 000 Days
10 000 Days
2006

Chronique de Lateralus
Lateralus
2001

Chronique de Aenima
Aenima
1996

Chronique de Undertow
Undertow
1993

Tool
Tool
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Blunt Force Trauma
Blunt Force Trauma
2011

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Cavalera Conspiracy
Cavalera Conspiracy
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Paradise Lost
Paradise Lost
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: