Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Phoenix Amongst The Ashes

Chronique de Phoenix Amongst The Ashes

Hate Eternal  - Phoenix Amongst The Ashes (Album)

Tremblez !



Rarement un opus aura aussi bien porté son intitulé que le terrifiant Fury & Flames. Un disque d’une violence effroyable, d’une brutalité presque aveugle et désespérée, défiguré par une douleur qui traduisait à la perfection la détresse et l’amertume qui rongeaient alors le cœur d’Erik Rutan, endeuillé par la disparition tragique et soudaine de son inséparable frère d’arme Jared Anderson (premier bassiste du groupe présent sur les deux premiers albums, et décédé en 2006 à l’âge de 32 ans). Le feu de cette colère infinie portée à ébullition par une rage réellement chaotique, conférait à cette oeuvre en fusion une folie belliqueuse et suffocante, qui s’élevait en un mur de sons cataclysmiques quasi-infranchissable.
Et puis, la douleur s’est apaisée… Elle a laissé place à l’empreinte d’une haine canalisée et libératrice. Une rancœur dont le souffle glacial fige les dernières braises d’impulsivité qui retombent au sol sous l’apparence de gigantesques pavés noirs. Car comme son nom l’indique, Poenix Amongst The Ashes traduit la volonté d’un homme plus invincible et déterminé que jamais, se dressant au milieu des ruines d'un combat intérieur dont il ne sort que plus puissant. Un homme toujours animé d’une force créatrice inépuisable, qui donne aujourd’hui une impulsion nouvelle à son art.

Restant d’une indéfectible fidélité à son éthique, il déploie à nouveau tout son talent à travers un répertoire massif et toujours d’une grande virulence. Toutefois, on est immédiatement frappé par la manière dont il est parvenu à canaliser toute la splendeur de sa barbarie. Il faut tout d’abord saluer le travail remarquable accompli au niveau du son. Une production parfaite et taillée sur mesure, qui tout en restant d’une épaisseur magmatique, permet à chaque instrument de révéler enfin ses innombrables subtilités, ce qui constitue un pas énorme, et avouons-le aussi, une véritable première pour Hate Eternal. Musicalement, Rutan assène toujours ce Death Metal de très haute volée, incroyablement brutal et à l’atmosphère profondément ténébreuse, mais ces traits caractéristiques se dessinent cette fois-ci de façon bien plus claire et précise, décuplant de ce fait la puissance de feu de sa machine de guerre. On sent également, qu’il n’a opté pour un certain sens de la nuance, que dans l’unique but d’augmenter cette intensité morbide qui depuis toujours, constitue la grande singularité de son propos. Il ne se réinvente pas, mais il surprend par sa stupéfiante capacité de régénération. Il n’innove pas, mais déborde de trouvailles percutantes et diaboliques, comme par exemple ces dissonances aux tonalités perverses et addictives, ou cet hallucinant solo qui étale son hystérie jubilatoire à l'entame du tumultueux The Art Of Redemption

Hate Eternal reste bien évidemment un parangon de cruauté, et demeure d’une véhémence effroyable en toute circonstance. Mais l’on découvre à travers la folie malsaine de ces ouragans atonaux; à travers ces riffs démentiels et fulminants (The Eternal Ruler, Thorns of Acacia), une clarté structurelle bienvenue et parfois même inédite; une lourdeur poisseuse terrifiante (les glauquissimes Hatesworn et The Fire Of Resurrection en sont les plus brillants exemples); des solos toujours aussi monstrueux mais qui osent aussi esquisser de sombres relents mélodiques (le morceau-titre et The Fire of Resurrection). Enfin, on découvre des accords qui s’aventurent dans des contrées plus "atmosphériques", et permettent enfin de laisser pleinement contempler toute leur divine malfaisance.
Ainsi, si Hate Eternal perpétue toujours le chaos sonore le plus ultime avec une foi inébranlable, il y met aujourd’hui la manière. Il a enfin réussi à dompter sa fureur, à la contenir pour la laisser resurgir plus terrifiante et émotionnelle que jamais.
Les effroyables vociférations de Rutan, l’aspect pluridimensionnel de ses riffs dantesques, conjugués à la frappe phénoménale du jeune prodige Jade Simonetto (qui a remarquablement succédé au monstrueux Derek Roddy), couronnent définitivement Hate Eternal comme souverain d’un art de la violence superbe et inaccessible.
Oui, cette musique est d’une brutalité effarante et d’une technicité relevant de l’orfèvrerie pure. Mais ce qui fait toute sa pernicieuse puissance, c’est qu’au delà de l’extrême cruauté émanant de ce chaos contrôlé, se dégage un feeling stupéfiant; un sentiment de suprématie et de malveillance; une atmosphère qui transpire un mysticisme vertigineux de noirceur... De cette alchimie surnaturelle, naissent bien évidemment des émotions exquises et ultimes, que l’on ne rencontrent que trop rarement à l’écoute d’une œuvre estampillée du seau du métal de la mort.

C’est éreinté, les yeux injectés de sang et totalement conquis, que l’on s’extirpe de ce maelström sonore ô combien éprouvant, mais surtout atrocement jouissif. Même s’il ne révolutionne rien, Hate Eternal n’en reste pas moins un groupe d'exception, transcendant de façon admirable ce genre maudit auquel il est voué corps et âme. Sa musique détient indiscutablement ce souffle diabolique suprême et incomparable. Un souffle qui s’élève des fosses abyssales les plus visqueuses et qui abat toute sa fureur perverse sans laisser l’ombre d’une vie derrière lui. L’art cruel et funeste que propage Hate Eternal, fait honneur à une expression de nos jours honteusement galvaudée, travestie et détournée de son sa signification première. Un art qui ici, ne prête plus du tout à sourire; n’a strictement plus rien de cool, de fun, et qui se situe aux antipodes du moindre sentiment léger et insignifiant... Bien au contraire, il tétanise les muscles, pétrifie le visage et transforme le sang en cyanure. Et il n’en faut pas davantage, car ce sont en fin de compte les seules choses que l’on est en droit d’attendre d’un grand disque de Death Metal.

Un opus dominateur et barbare, impérial et totalitaire, planant à des années-lumière au dessus de la masse grouillante et symbolisant plus que jamais l’essence d'un style, que son géniteur ne cesse de sublimer d'album en album. Non, le vrai, le grand Death Metal n’agonisera pas, tant que des entités d’une telle trempe demeureront les gardiennes du temple. Fort heureusement, Hate Eternal existe. Il vit, respire, et son cœur noirâtre bat plus puissamment que jamais. Un cœur dont les viles pulsations laissent jaillir les flammes purificatrices de l’excellence, consumant et réduisant en cendres tout sentiment de médiocrité.
Intouchable et souverain, celui qui s’est autoproclamé Monarque peut désormais pleinement contempler l’étendue de sa suprématie et de son pouvoir messianique !



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


J'ai pu écouter un brin de ce nouveau cru de Hate Eternal. Et autant dire que ta chronique (toujours aussi magnifiquement menée par ta plume délicieuse) résume cette perle 2011 qui est décidément une grande année pour le Metal!
mer. 11 mai 11- 10:28  
Merci beaucoup Prom. Ça fait toujours plaisir ce genre de compliment !
En effet, je crois qu'on tient encore une véritable pépite en la matière. Certainement l'album Death de l'année (avec le magistral The Destroyers Of All d'Ulcerate), si Morbid Angel ne les détrône pas avec son imminent Illud Divinum Insanus ! J'ai vraiment hâte de l'écouter celui-là aussi...
Et comme tu dis, 2011 est jusqu'à présent une grande année pour la musique que nous chérissons !

mer. 11 mai 11- 13:52  


Phoenix Amongst The Ashes - Infos

Voir la discographie de Hate Eternal
Infos de Phoenix Amongst The Ashes
acheter sur Amazon
Sortie : 10 mai 2011
Genre : Death Metal
Label : Metal Blade Records
Playlist :
1. Rebirth (01:17)
2. The Eternal Ruler (03:10)
3. Thorns of Acacia (04:29)
4. Haunting Abound (05:01)
5. The Art of Redemption (04:42)
6. Phoenix Amongst the Ashes (05:42)
7. Deathveil (03:31)
8. Hatesworn (04:48)
9. Lake Ablaze (04:29)
10. The Fire of Resurrection (03:57)
écouter : Ecouter l'album



Hate Eternal

Albums chroniqués :
Chronique de Phoenix Amongst The Ashes
Phoenix Amongst The Ashes
2011

Hate Eternal
Hate Eternal
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Illud Divinum Insanus
Illud Divinum Insanus
2011

Chronique de Covenant
Covenant
1993

Chronique de Altars of Madness
Altars of Madness
1989

Morbid Angel
Morbid Angel
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Titan
Titan
2014

Chronique de The Great Mass
The Great Mass
2011

Chronique de Communion
Communion
2008

Chronique de Mystic Places of Dawn
Mystic Places of Dawn
1994

Septicflesh
Septicflesh
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Grèce

Rapports de concerts:

Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Death
Death
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis