Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Death and Legacy

Chronique de Death and Legacy

Serenity  - Death and Legacy (Album)



Qu'il fut pénible, pour votre humble serviteur, de se résoudre à mettre des mots sur l'amertume que fit naître ce Death and Legacy, troisième véritable album des autrichiens de Serenity. Qu'il en fallut du temps, de la raison, des écoutes, et du discernement pour ne pas se laisser submerger par ce désarroi et parvenir à modérer une déception,et ce, dans le but de ne pas condamner définitivement ce nouvel effort à une vindicte pourtant promise.

Ce désenchantement est d'autant plus cruel et cinglant que les deux précédentes œuvres de cette formation furent de nature à faire naître certaines convictions qui, du moins le croyais-je, demeurerait infaillible et avérée, et ce même si pourtant Georg Neuhauser et ses comparses nous proposaient avec ces albums (Words Untold and Dreams Unlived (2007), Fallen Sanctuary (2008)) une expression artistique très empreinte de celle d'autres (Sonata Arctica, Fairyland, Kamelot, Dragonland). A vrai dire, peu importait puisque le résultat était suffisamment convaincant et nuancé pour nous faire oublier ces modèles. L'enthousiasme fanatique de la découverte tempéré, il restait encore suffisamment de tenue à ces deux albums pour ne pas rougir des éloges dont ils furent couverts.

Mais Death and Legacy n'est assurément pas de cette catégorie d'album séduisant. Théoriquement, rien ne semble pourtant le différencier de ces deux illustres prédécesseurs tant le magnifique univers créatif de cette expression musical n'a guère évolué nous proposant, une fois encore, de nous égarer en ces contrées Power Prog Symphonique où le groupe aura admirablement démontré sa valeur ainsi que ses influences déjà évoquées. Toutefois, aussi invraisemblable que cela puisses paraitre, ce nouvel effort pèche par excès. Tant et si bien qu'il s'égare en une profusion assommante.

De titres déjà, puisque c'est pas moins de quatorze morceaux, dont quatre instrumentaux, qui nous sont proposés ici.

D'effets ensuite, puisque les parties orchestrales, les variations de tempos, les interventions chorales, les breaks, les claviers et les pianos n'auront jamais été aussi présents.

L'esprit de l'auditeur peu aguerris ne pourra donc que se déliter face à tant de beauté, tant de symphonies, tant de méandres, tant de nuances. Il s'égarera en un album où la surabondance, paradoxalement, nuit à la qualité. Rien n'est simple en ces lieux ou se confondent tant de ressentis aveuglés par cette opulence démesurée. Les parties symphoniques y sont majestueuses, les chants efficaces, les guitares incisives, les voix féminines célestes superbes, les nuances nombreuses et belles, les soli inspirés et les claviers savamment disséminé. Pourtant rien n'y fait. Aucun de ces éléments ne parvient à s'imbriquer correctement pour former un ensemble cohérent et attachant. Et, bien au contraire, chacun d'entre eux, semble s'exprimer indépendamment, ajoutant encore de la confusion supplémentaire.

De surcroit, il faut noter que les morceaux de ce nouvel opus sont, à l'évidence, moins captivants qu'autrefois. Nettement plus convenus, ils ne parviennent pas à s'enraciner en un auditeur décontenancé et défait. Les refrains, notamment, y sont moins immédiatement fédérateur et moins immédiatement assimilables. De plus les éléments Death, si remarquables dans les précédents méfaits, sont ici totalement absents.

Autant de défauts qui lorsque s'éteignent ces couleurs, ces lumières, cette grandiloquence et lorsque disparait cette fresque éblouissante, ne nous laisse qu'un vague souvenir diffus qui finis par s'étioler.

Et finalement, bien malheureusement, ce Death and Legacy n'est que ça. Un très joli moment qui ne laisse aucune trace, ou si peu.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Death and Legacy - Infos

Voir la discographie de Serenity
Infos de Death and Legacy
acheter sur Amazon
Sortie : 25 février 2011
Genre : Power Metal
Label : Napalm Records
Playlist :
1. Set Sail To... (Intro) (0:29)
2. New Horizons (6:49)
3. The Chevalier (5:32)
4. Far From Home (4:48)
5. Heavenly Mission (5:24)
6. Prayer (Interlude) (1:22)
7. State Of Siege (6:48)
8. Changing Fate (5:42)
9. When Canvas Starts To Burn (4:48)
10. Serenade Of Fiames (4:55)
11. Youngest Of Widows (4:08)
12. Below Eastern Skies (Interlude) (1:35)
13. Beyond Desert Sands (4:54)
14. To India's Shores (4:34)
15. Lament (Interlude) (0:40)
16. My Legacy (4:45)
écouter : Ecouter l'album

Serenity

Albums chroniqués :
Chronique de War of Ages
War of Ages
2013

Chronique de Death and Legacy
Death and Legacy
2011

Chronique de Fallen Sanctuary
Fallen Sanctuary
2008

Serenity
Serenity
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Power Metal
Origine : Autriche




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:


Sonata Arctica
Sonata Arctica
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Archangels In Black
Archangels In Black
2009

Chronique de Dominate
Dominate
2006

Chronique de Underworld
Underworld
2003

Adagio
Adagio
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Power Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de In the line of fire
In the line of fire
2015

Chronique de Inhuman Rampage
Inhuman Rampage
2006

DragonForce
DragonForce
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Rhapsody Of Fire
Rhapsody Of Fire
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Power Metal
Origine : Italie


Iced Earth
Iced Earth
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Power Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: