Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Breathe in life

Chronique de Breathe in life

Betraying the Martyrs  - Breathe in life (Album)

Nobody fucks with the Jesus.



Je ne sais pas combien de fois j'ai pu lire quelque part « Betraying The Martyrs ça m'emmerde, chrétiens de merde, retournez faire de la Pop » mais croyez-moi, bien suffisamment pour penser qu'il y a là quand même un grave soucis logique. La critique doit être fondée sur autre chose que les valeurs véhiculées par une entité musicale, soit ici les croyances de ses musiciens et le choix d'une thématique et d'un message précis. On fustigerait des chrétiens qui font du Deathcore – chose encore plus hilarante si l'on regarde les formations intéressantes déjà existantes et chrétiennes – et pas des satanistes ou autres nazillons du dimanche ? Soyons raisonnable, s'il y a bien une critique qu'il faut formuler c'est sur les qualités musicales du groupe. Quelle idée saugrenue que de s'attaquer aux croyances de types qui jouent certainement suffisamment mal pour que l'on s'excite sur ce problème là. C'était justement le cas de plusieurs personnes raisonnables qui avaient descendu l'EP The Hurt, The Divine, The Light, pour raison strictement métalliques. Il faut avouer que ce premier jet était mauvais, strié de clichés Crabcore et grand-guignolesque au possible avec son clavier sur-utilisé et son chant clair Emo insupportable. Des tendances que l'on ne retrouve qu'en partie sur ce premier album attendu semble-t-il au tournant par les excités de la fosse en mal de son qui tâche. Décryptage du Jesus style.

Les vidéos circulant sur le net ont certainement pu vous permettre de comprendre un peu dans quelle direction s'est aventuré Betraying The Martyrs pour son premier album : un Deathcore qui envoie, plutôt bien burné et foncièrement taillé pour le live, en témoigne le tube « Martyrs », manifeste global de tout ce que Breathe In Life peut proposer : du blast qui écrase sévère, des mélodies par moment bien trouvées et une forte propension à user du clavier pour des passages parfois inutiles et comiques tant ils sont pompeux (l'intro « Ad Astra » convaincra les réfractaires), et bien sûr un chanteur avec enfin une voix supportable, qui semble certes user à mort du mix pour gonfler sa puissance mais a le mérite de coller au style. Bien entendu, mister clavieriste Emo est toujours de la partie et ravira les minettes en mal de boy au grand cœur (le refrain de « Man Made Disaster ») tout en servant quand même parfois de bonnes parties à ses ouailles. Ce cocktail fait de Betraying The Martyrs non pas un groupe novateur, loin de là, mais un groupe qui marche et marchera. Les riffs proposés sont avouons-le très efficace et il est plaisant de retrouver parfois certaines joyeusetés techniques du plus bel effet au niveau de la rythmique, qui changent du plom plom habituel et rappellent par instants Xerath (le clavier conjugué) ou même Meshuggah (le début de « Love Lost » excellent).

Ce que fait Betraying The Martyrs a déjà été fait bien sûr, et la scène Metalcore chrétienne des States est là pour le prouver, As I Lay Dying en tête. Les arrangements au clavier sont le petit plus certes, mais ne comblent pas amplement un manque d'originalité évident, Winds Of Plague ayant intégré les siens avec bien plus de talent. Là où le groupe surprend, c'est dans des tentatives intéressantes Indus/Electro, sur « Liberate Me Ex Inferis », interlude vraiment terrible sur laquelle le groupe aurait dû davantage s'attarder afin de proposer des structures de morceaux plus atmosphériques et beaucoup plus personnelles et pas des morceaux aussi horribles que « Azalee », qui dynamite presque à lui seul l'album tant il se révèle niais au possible, au contraire de « Leave It All Behind », bien plus efficace dans son message semi-dramatique. Bref, sur un album entier, Betraying The Martyrs ne réussit pas dans l'émotion mais bien dans le grattage de cordes et la tabassage de batterie vitesse grand V. Ce qui revient à dire que si vous n'êtes pas fan de l'écoute limitée dans le temps – faute de surprise à la réécoute – vous passerez aisément votre chemin et préférerez voir la bête sur scène, où l'album risque bien de prendre toute son ampleur.

Breathe In Life est en tout cas clairement meilleur que The Hurt, The Divine, The Light, et sincèrement je n'y croyais pas. Betraying The Martyrs fait preuve de maîtrise, et même si l'originalité n'y est pas et que l'ennui arrive rapidement, force est de constater que l'efficacité est de mise, et ce grâce à ce nouveau chanteur et à cette direction artistique qui place la culture du tabassage sur le trône céleste notamment grâce à un aspect Death plus assumé. Ajoutez à cela une production puissante – mais totalement américanisée et impersonnelle – et vous obtenez un premier album assez convaincant, qui aurait gagné à davantage d'expérimentations, entrevues sur « Liberate Me Ex Inferis », et clairement plus intéressantes que ce côté Emo qui ne passe décidément pas bien.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 12 commentaires précédents
Pas besoin de me remercier, je n'ai rien fais de plus que de dire ce que je pense.
jeu. 22 sept. 11- 19:38  
Je ne pense pas aveuglément exiger que tout le monde reconnaisse leurs qualités, j'ai juste parlé de la forme de la critique.
Pour ce qui est du fond, la critique n'engage que celui qui l'écrit, il serait incorrect de ne pas écrire ce que l'on pense, je suis d accord.
Mais encore une fois je vois qu'il y a un problème entre ma façon de penser et celle des autres.
Si je pense que "insupportable" est insultant, ca n'engage que moi.
Et ca commence à m’énerver que l'on me dise que "non, ce n'est pas choquant", chacun à le droit d'avoir son avis.
Je pense que c'est là même le but premier des commentaires sur les critiques. (me trompe-je?)
De plus, à AUCUN moment je ne "vous" reproche quoi que ce soit, vu que je m'adressais exclusivement à Prométhée.
Quand à parler de manque d'objectivité de ma part, en admettant que cela soit le cas, je ne prétend pas disposer de la vérité absolue, j'expose moi aussi mon point de vue.
Répondre après coup, à un débat clos, en reprenant des arguments à gauche à droite dans les commentaires, ce n'était pas nécessaire , je perds mon temps à défendre une cause qui en soit, ne me tient pas particulièrement à cœur.
Prométhée à répondu à toutes les remarques que j'avais formulées, je n'ai pas besoin de me défendre face à tous les chroniqueurs de métalship.

mer. 28 sept. 11- 22:02  
J'ignorais qu'il me fallait la permission d'autrui pour m'exprimer librement. De surcroit, j'ignorais que mon avis était si peu constructif qu'il ne méritait même pas d'être émis.

En réalité, mon intervention avait davantage pour but d'exprimer mon soutien à Promethée que de réellement contredire tes allégations partisanes et fanatiques. Déjà parce qu'il l'avait très bien fait lui même, et ensuite parce qu'une lecture en dehors de toutes prises de partis, à froid, était suffisamment éloquente sur la partialité de tes propos pour que j’eusse besoin d'intervenir.

S'agissant de la sémantique, je ne peux que m'étonner du fait que tu sois outré par des termes aussi anodins que "insupportable", "inutile", "pompeux". A l'heure où, en effet, la langue se délite chaque jour davantage, je crois qu'il y a bien pire que ces termes là, non? Ton agacement à l'encontre d'expressions aussi quelconque démontre, une fois encore, ta subjectivité.

Et puis, comme tu le fais si bien remarqué, chacun est libre d'avoir un avis et de l'exprimer comme bon lui semble. Ce qui, je crois, inclues aussi Promethée.

Quant à la section commentaires, il m'avait semblé que son objectif premier était de permettre aux passionnés de débattre sur un album, de la musique, un groupe. Et non pas sur les textes de chroniqueurs. Pour ce genre de critiques (attaques?) les messages privés me semblent plus indiqués. Me trompes-je?

Enfin bref. Si tu le veux bien laissons tomber ces désaccord sur la forme et recommençons à débattre de musique...

jeu. 29 sept. 11- 07:57  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Breathe in life - Infos

Voir la discographie de Betraying the Martyrs
Infos de Breathe in life

Sortie : 19 septembre 2011
Genre : Deathcore Symphonique
Label : Listenable Records
Playlist :
1. Ad Astra (01:30)
2. Martyrs (04:13)à écouter en premier
3. Man Made Disaster (04:12)
4. Because Of You (04:40)
5. Tapestry Of Me (04:36)
6. Liberate Me Ex Inferis (01:50)à écouter en premier
7. Leave It All Behind (04:56)à écouter en premier
8. Life Is Precious (04:40)
9. Love Lost (04:40)à écouter en premier
10. Azalee (03:44)
11. When You're Alone (03:52)
écouter : Ecouter l'album

Betraying the Martyrs

Betraying the Martyrs
Betraying the Martyrs
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


As They Burn
As They Burn
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Mark of the Blade
Mark of the Blade
2016

Whitechapel
Whitechapel
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Melodic Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

All Shall Perish
All Shall Perish
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Veil Of Maya
Veil Of Maya
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: