Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Amaranthe

Chronique de Amaranthe

Amaranthe  - Amaranthe (Album)

En route pour l'Eurovision



Le all star band a toujours fait bayer aux corneilles. Qui n'a jamais fantasmé à l'idée de voir ces idoles coudes à coudes, sueurs contre sueurs, pour le plus grand plaisir de ces conduits auditifs. Sur le papier, la théorie est bigrement excitante mais, en pratique, cela l'est beaucoup moins ; la plupart de ces livraisons se révélant sans saveurs. Prenons, par exemple, la formation Insidious Disease dont le noyau dur voyait gravité autour de lui des membres de Dimmu Borgir, de Nile ou encore de Napalm Death. Avec un CV pareil on s'attendait à prendre une énorme mandale, prêt à dégainer toutes les expressions forestières inimaginables (« ça poutre », «ça envoie du bois », « ça déracine »). Que nenni, son « ShadowCast » n'avait rien de transcendant et proposait un death metal old school loin des attentes espérées. Ici, il en sera de même.

Jugez vous même : Olof Mörck (Dragonland), Jake Lundberg (DreamLand), Andy Solveström (Cipher System) et Morten « le destructeur de fûts » Sørensen (The Arcane Order) se sont alliés pour essayer de déstructurer nos chères têtes pensantes dans un power/death mélodique à la silhouette moderne. Ajoutez à cela un ex-Engel et une chanteuse aux atouts physiques proprement ahurissants et vous obtenez là une belle brochette d'acteurs prête à en découdre.

Alors, pétard mouillé ou vrai coup de maître ?
Pour ceux qui avaient jeté un rapide coup d’œil au clip du single « Hunger », cela a peut être été un choc. Il faut dire que cette première esquisse se montrait relativement... comment dire... accessible. Pour tout vous dire, cela puait la démarche commerciale à 666 km à la ronde. Mélodie sirupeuse, envolées pop à s'arracher les cheveux, chanteuse maniérée proposant une chorégraphie digne de « Un, Dos, Tres ». Bref, pas si engageant que ça au premier abord.
Pourtant, la maîtrise technique des musiciens est évidente, la cohésion entre les membres est totale ( chacun apportant son timbre de voix quand il le faut) et le rendu sonore est tout à fait la hauteur. C'est de toute façon la norme en vigueur lorsqu'on sort de Spinefarm. L'expérience me l'a démontré à maintes reprises, il ne faut jamais préjuger d'un album sur la simple écoute d'un single passablement médiocre. Sauf qu'ici cette règle complètement fumeuse ne trouvera aucun écho, pas plus que la grande majorité des compositions. Les reproches concédés sur « Hunger » se retrouvent par extension sur la quasi-totalité de l'opus. La structure classique des morceaux (couplet hurlé/chanté + refrain repris en chœur) n'aide pas à faire décoller l'ensemble, les growls assurés par Andy ne servant finalement que de soutient au duo Jake/Elyse. A ce propos, celle-ci possède un joli timbre de voix, beaucoup trop axé pop d'ailleurs, qui la transforme en pseudo diva plagiant Céline Dion (la power ballade « Amaranthine »), ce qui a le don d'agacer fortement.

Néanmoins, tout n'est pas à jeter sur ce tout premier opus. « Call out my name » surprend même dans le bon sens. Rythmique entraînante, riffs quasi-dansants (!), clavier techno-dance à la limite d'un Attack Attack (!!), on est vite transporté vers un refrain catchy au possible. Cela fait mine de rien son petit effet et nous prouve que « Amaranthe », le groupe, est capable de nous servir autre chose que de la mélasse sonore indigeste. Autre point non négligeable, ce sont les solos de l'increvable Olof qui, sans être de la branlette de manche pure et dure, nous extirpe de notre torpeur abyssale (le sympathique « Act Of Desperation » et son refrain inespéré).

En définitive, suite à une déception à laquelle on ne s'attendait pas, on se dit que « Amaranthe », l'album, se prédestine à un public n'étant pas forcément issu de cet univers sombre et bellâtre qu'est le metal. Ultra accessible, terriblement basique dans son approche, l'opus subit les attaques du démon mainstream et ne se relève qu'à de rares occasions. Faites le écouter à votre mère, à votre grand-mère ou encore à votre chien et je puis vous assurer que demain ils chanteront vos louanges.

 8 
10

Amaranthe Release le 13.04.2011

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Pour ceux qui ont vu un peu ma collection d'album se sont surement rendu compte que mes goûts musicaux sont assez variés . Même si ces jours-ci je peux écouter pratiquement n'importe quel type de metal et hard rock, il y'a toujours quelques groupes de certains style que je pourrais considérer meilleurs que d'autres, et un peu écarter de ce que j'écoute habituellement. Un des genres qui a toujours tenu une place spéciale dans mon cœur est le Melodic Death Metal , en particulier le Göteborg Melo Death comme par examples In Flames, Soilwork, Evergrey ...

La raison pour laquelle je vous parle de tous cela est surement l'apparition du groupe AMARANTHE un groupe de Melodic Death Metal suédois/danois. Ce groupe est connus depuis plus assez longtemps en Suède et au Danemark, mais ils n'ont commencé à sortir du nord que depuis l'an dernier.
Le groupe s'est formé initialement par Jake Lundberg E et Olof Mörck, mais n'a pas beaucoup attiré les regards jusqu'à ce que la talentueuse chanteuse Elize Ryd a sauté à bord. Pour les fans de Kamelot, ils se souviendront sûrement d'Elize avec Kamelot lors de la tournée européenne.

Le groupe fait un mélange parfait de hardcore death metal fournie par la voix Jake et le clean voice d'Elize qui est en fait quelque chose de pas très révolutionnaire vu que cela a déjà été fait plusieurs fois auparavant, mais le kicker, c'est que malgré le manque d'originalité dans les chansons ça reste quand même quelque chose d'assez propre. Death metal et mélodique magnifiquement formulé .Think Shadows Fall rencontre Kamelot avec un peu de In Flames, bien que la partie musicale a encore besoin d'un peu de travail.

Tout de suite nous obtenons nos coups de pied dans le visage par la baratte vitesse de "leave everything behind" qui favorise tous les éléments mentionnés ci-dessus: une attitude hardcore à gogo. Je suis sûr que vous avez déjà entendu le premier single "Hunger", et aussi aperçu la vidéo, pour un certain temps c'est un bon exemple de ce que ce groupe peut cracher sur chaque morceau sur ce magnifique premier album. N'est-ce pas difficile d'imaginer que sur certains passages et des chœurs vous entendez quelques influences Kamelot juste un peu plus rapide, en particulier sur l'ambiance power metal induite dans "1.000.000 lightyear". Le rythme rapide rampant et bas s'empare de la puissance même de "Rain" qui comprend une joli pause solo à mi-chemin. Le refrain obsédant de "act of despression" est celui que je ne pouvais plus sortir de ma tête et vous serez surement de mon avis après l'écoute. C'est là que le groupe brille le plus, les grondes en arrière-plan (qui ne prennent rien de la vitalité de la chanson) et le duo vocal qui tue.

Il ne faut pas sous-estimer ce groupe, il n'y a pas de limites à leurs ambitions. Ils ont besoin de travail pour améliorer la composition et la formule des chansons que vous attendez d'un groupe Death Mélodique certes, mais peut-être dans l'avenir, ils pourront voir plus loin et changer un peu leur son pour être plus original. Il y a déjà une si grande partie de la structure que l'on peut prendre, les améliorations seront légères. Le duo vocal de Ryd et Jake sont ce qui pousse ce release au-dessus de la médiocrité avec de fortes parties vocales à la fois propre et grogne de la part de Andy. A release qui sûrement plaira à tous les fans Death mélodique et qui devrait aider à lancer la carrière du groupe en pleine forme . Check it out dès qu'il sera publié!



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
Satanistar  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 3 commentaires précédents
Assisté à son enregistrement? Comment ça?

Ceci dit, je suis désolé de te le dire mais ta chronique n'est pas très bonne. De nombreux passages sont incompréhensibles, et dans d'autres tu utilises des mots qui ne veulent rien dire en Français.

De plus, dans le peu que je suis parvenu à comprendre, tu développes quelques idées assez bizarres. Tu parles de Death Metal hardcore concernant ce groupe. Sais-tu réellement ce qu'est le Death Metal? J'ai de sérieux doutes...

lun. 4 avril 11- 21:05  
Rhalala ! Le gros stéréotype sur les goûts des mères ! O_O. Tu crois qu'elles sont toutes fans de James Blunt ou de Christophe Maé ???
mar. 12 avril 11- 12:08  
Hi hi!! ^^
mar. 12 avril 11- 12:18  


Amaranthe - Infos

Voir la discographie de Amaranthe
Infos de Amaranthe
acheter sur Amazon
Sortie : 13 avril 2011
Genre : Metal Progressif
Label : Spinefarm Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Leave Everything Behind (3:16)paroles de Leave Everything Behind
2. Hunger (3:11)paroles de Hunger
3. 1.000.000 Lightyears (3:14)paroles de 1.000.000 Lightyears
4. Automatic (3:24)paroles de Automatic
5. My Transition (3:47)paroles de My Transition
6. Amaranthine (3:28)paroles de Amaranthine
7. Rain (3:42)paroles de Rain
8. Call Out My Name (3:15)paroles de Call Out My Name
9. Enter The Maze (4:03)paroles de Enter The Maze
10. Director's Cut (4:47)paroles de Director's Cut
11. Act Of Desperation (3:02)paroles de Act Of Desperation
12. Serendipity (3:25)paroles de Serendipity
écouter : Ecouter l'album



Amaranthe

Albums chroniqués :
Chronique de Amaranthe
Amaranthe
2011

Chronique de Amaranthe
Amaranthe
2011

Amaranthe
Amaranthe
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Napalm Death
Napalm Death
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Grindcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

In Flames
In Flames
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Concerts:
Rapports de concerts:

Soilwork
Soilwork
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Glorious Collision
Glorious Collision
2011

Evergrey
Evergrey
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède


Shadows Fall
Shadows Fall
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: