Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Omnivium

Chronique de Omnivium

Obscura  - Omnivium (Album)

 7 
10

Etoiles en vue...



En l’espace d’une déflagration d’extrême virtuosité, les jeunes techniciens allemands d’Obscura ont adroitement réussi à se réapproprier une discipline artistique très exigeante, et à apposer leur signature prodige dans le microcosme de ce que l’on nomme communément le Death Metal techno-mélodique. Une approche définitivement raffinée mais toujours virulente du métal de la mort, initiée il y a déjà fort longtemps par des forgerons d’un esthétisme féroce comme Atheist, Death, Cynic ou Pestilence pour les plus connus, et qui a trouvé une seconde jeunesse bien des années plus tard, sous l’impulsion notable de formations telles que, entre autres, les plébiscités Necrophagist, et dans une moindre mesure les talentueux québécois d’Augury.

Cosmogenesis, son deuxième opus de 2009 (succédant à Retribution paru en 2006, et passé quasi-inaperçu dans notre beau pays), a en effet subjugué un auditoire avide de prouesses instrumentales, avec une musique démontrant de manière presque insolente une propension à conjuguer raffinement barbare, clarté mélodique, vélocité ahurissante et ambitions plus progressives. Des caractéristiques que le groupe approfondit aujourd’hui sur Omnivium, entérinant définitivement son statut de nouveau porte-drapeau d’une expression aussi élégante que vindicative.
L’univers d’Obscura se situe en fait à la croisée de plusieurs chemins, et pourrait finalement être résumé à un brillant syncrétisme entre l’extrême sophistication et la virulence de Spawn Of Possession, le raffinement mélodique de Death période Individual Thought Patterns / Symbolic, la foisonnante et subtile complexité rythmique d’Atheist et la fluidité experte de Necrophagist, le tout ponctué de touches progressives et de consonances légèrement barrées, dans un esprit évoquant les flâneries expérimentales de groupes comme Vintersorg, Borknagar ou encore Lunaris.

Si ces éléments étaient déjà bien présents sur Cosmogenesis, ils explosent ici littéralement, Obscura ayant de toute évidence poussé ses aspirations élitistes dans leurs derniers retranchements.
On se retrouve par conséquent devant un imposant monument sonore, pourvu d’une verve musicale réellement étourdissante de maîtrise. Nous voilà donc happé durant cinquante cinq minutes dans un ouragan de sons et de lumières, dans une tempête d'harmonies dont les innombrables bourrasques virtuoses nous arrachent littéralement du sol. Des bourrasques nous entraînant au cœur d’un paysage éminemment complexe aux couleurs changeantes, dévoilant de véritables labyrinthes eurythmiques qui ne peuvent évidemment que laisser pantois d’admiration.
Ainsi, Septuagint le titre d’ouverture, synthétise à la perfection l’essence artistique déployée sur cet opus, et nous immerge plus de sept minutes durant, dans une tornade de structures toutes plus sidérantes les unes que les autres. Une musique propulsée par une énergie communicative, révélant d’incroyables altercations rythmiques, de multiples raffinements harmoniques aussi imprévisibles que tortueux, animés par les innombrables subtilités de chaque instrument en solo, le tout cadencé à une vitesse qui donne le vertige et semblant être exécuté avec une aisance désinvolte proprement insolente. A ce titre, la démonstration de maîtrise issue du bien nommé Velocity, découragera à jamais et renverra à leurs chères études bien des six-cordistes…

En dépit de cette inclinaison que l’on pourra qualifier de progressive, le groupe fait ponctuellement montre de véhémence réelle. Ocean Gateways en est une preuve édifiante : une atmosphère lourde, épaisse et presque suffocante, rompant radicalement avec l’ambiance plus enlevée du reste de l’album et renvoyant sans détours à la noirceur totalitaire de l’Ange Morbide, notamment sur son écrasant Gateway To Annihilation.
Dans un autre registre, on notera également quelques relents Thrash rafraîchissants, en particuliers sur A Transcendental Serenade et son riff évoquant brièvement le génial Alison Hell d’Annihilator.
Soulignons enfin la présence significative de voix claires parfois passées au vocoder, de pertinents passages acoustiques et l'incursion non négligeable de plans plus abstraits voire expérimentaux, et il n’en faudra guère davantage pour dresser un bilan général apte à combler les attentes des mélomanes les plus exigeants.

Artistiquement parlant, Omnivium mérite donc nombre d’éloges, et si l’on ne peut bien évidemment que s’incliner respectueusement face à un tel florilège de virtuosité, il faut également admettre que malgré la maestria déployée ici, le propos demeure encore quelque peu outrancier. La surabondance de données révèle une fois de plus ses effets pervers, et il est finalement assez difficile de suivre une telle opulence sonore sans que l’attention finisse par s’égarer sur la longueur.
Visiblement emporté dans l’exaltation de son délire et grisé par ses aptitudes instrumentales, le groupe multiplie les effets de manche comme si le temps viendrait soudainement à lui manquer, et tombe une fois de plus dans l’écueil récurrent d’une sacralisation de l’esbroufe technique et de la profusion indigeste. Une exagération qui immanquablement, finit plus par ennuyer que réellement éblouir, mais qui saura naturellement susciter l’euphorie chez nombre de technophiles, qui sans l’ombre d’un doute, se régaleront à disséquer comme il se doit cette nouvelle pièce d’orfèvrerie.

C’est néanmoins avec classe que Obscura entre dans le cercle très fermé des formations extrêmes faisant montre de compétences créatives hors du commun. Et lorsque l’on sait que le groupe compte en ses rangs deux ex-Necrophagist et un actuel Spawn Of Possession, ce panorama élitiste prend tout son sens. Reste que, à l’image d’un enfant surdoué n’ayant pas encore complètement apprivoisé son génie, il lui reste juste à apprendre à canaliser plus efficacement sa fougue et son inventivité débordante, en y ajoutant un soupçon de clairvoyance afin d’en décupler l’impact, et ainsi faire définitivement rayonner son art.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Omnivium - Infos

Voir la discographie de Obscura
Infos de Omnivium
acheter sur Amazon
Sortie : 29 mars 2011
Genre : Prog Death Metal Techno-Mélodique
Label : Relapse Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Septuagint (7:18)listenparoles de Septuagint
2. Vortex Omnivium (4:14)paroles de Vortex Omnivium
3. Ocean Gateways (5:56)paroles de Ocean Gateways
4. Euclidean Elements (4:51)paroles de Euclidean Elements
5. Prismal Dawn (6:20)paroles de Prismal Dawn
6. Celestial Spheres (5:28)paroles de Celestial Spheres
7. Velocity (6:04)paroles de Velocity
8. A Transcendental Serenade (6:13)paroles de A Transcendental Serenade
9. Aevum (7:51)paroles de Aevum
écouter : Ecouter l'album



Obscura

Albums chroniqués :
Chronique de Omnivium
Omnivium
2011

Obscura
Obscura
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Death Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Planetary Duality
Planetary Duality
2008

The Faceless
The Faceless
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Titan
Titan
2014

Chronique de The Great Mass
The Great Mass
2011

Chronique de Communion
Communion
2008

Chronique de Mystic Places of Dawn
Mystic Places of Dawn
1994

Septicflesh
Septicflesh
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Grèce

Rapports de concerts:

Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Death
Death
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis