Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Fallen

Chronique de Fallen

Burzum  - Fallen (Album)

Ce n'est pas encore la chute



Varg ne chôme pas depuis sa sortie de prison. Il faut dire que le bougre a des bouches à nourrir maintenant, fini les incendies criminels, les revendications révolutionnaires dans un pays dont il renie la modernité et rêve les prémisces guerriers et mythiques. Aussi compose-t’il à une bonne fréquence, ce Fallen débarquant quasiment un an pile après la sortie de Belus, album du retour qui avait fait jaser. Avec un laps de temps aussi court, on peut alors s’attendre au pire :
1) Le sieur a capté des chutes de Belus à la mode Rammstein.
2) Fallen n’innovera pas d’un poil.
3) Varg a eu une révélation musicale en se baladant dans la même forêt qu’il s’amuse à prendre en photo depuis les années 90.

La vérité c’est que depuis sa sortie de prison Varg n’est plus le même, et ce malgré ses quelques déclarations lors d’interview, où il continue à se réclamer d’une tradition déchue. La vérité, c’est qu’il a changé, qu’il n’a pas le même cœur qu’auparavant, pas les mêmes envies. Alors que nous attendions un regain de vitalité qui aurait permis un second Hvis Lyset Tar Oss, nous aurions dû prévoir le changement. Bizarrement par exemple, le norvégien a arrêté d’utiliser le clavier, chose que l’on aurait pu aussi croire passagère sur Belus mais qui semble être devenue un choix – qui sera certainement vite bafoué connaissant le personnage, qui, je le rappelle, ne voulait plus jouer de guitare pour une question d’ascendance Blues et donc de culture noire – sur ces albums et peut-être les suivants. Reste l’utilisation des samples, sur une intro toujours assez inutile qui permet de penser qu’il a posé son magnétophone près de sa chasse d’eau (mais qui demeure moins inutile que celle de Belus cependant) et une outro cette fois bien plus expérimentale et intéressante, à découvrir. Il faut donc se dire, à l’écoute de Fallen, que le Burzum « seconde période » a disparu pour laisser la place à un mix entre ses débuts et son apogée.

Aussi devine-t’on que ces années passées à ne pouvoir jouer que sur des instruments analogiques – à cause desquels on a pu écouter deux superbes nullités – l’ont dégoûté à jamais, cause de ce soudain amour pour les guitares et même la basse, entraperçue comme plus présente sur Belus, et encore une fois plus intéressante sur Fallen. L’autre raison est son amour indubitable pour la musique classique, qu’il avoue écouter sans cesse – alors qu’il n’écoute plus de Black Metal depuis son entrée en prison – et qui est à l’origine de ce choix dans la production de Fallen, mixé comme un album de musique savante, d’où une propreté beaucoup plus accrue que sur Belus. Celle-ci dérangera les amateurs d’un son plus obscur, qui était encore présent sur le précédent essai et qui a donc laissé la place à des guitares plus claires, plus rêveuses dans leur tonalité, d’autant que les mélodies bercent plus qu’elles ne bousculent (« Jag Faller » et ses refrains enjoués trop répétitifs qui lassent vite). Ce son presque chaud, complétement différent de celui encore proposé sur Belus – plus « Black Metal tu meurs » à côté – fera au prime abord sauter au plafond avant de certainement adoucir via une musique plus proche des anciens essais de Burzum. Le fait d’axer les morceaux sur des riffs plus percutants et sur une battere aux rythmiques plus épiques rapproche en effet davantage cet opus de Aske ou Det Som Engang Var ; les compositions, bien que bâties sur un riff majeur à chaque fois (dans le cas de Fallen, ils sont souvent bons comme sur « Valen ») sont plus variées, les mélodies plus nombreuses et il est bon de voir que l’on prend plaisir à relancer le disque une fois l’écoute terminée. Car de fait, Fallen n’est pas mauvais, même s’il n’est pas excellent. Sorti après Belus, il perd de son éclat car les deux se ressemblent fortement, mis à part cette clarté dans la production ou peut-être une volonté d’expérimenter plus poussée (à ce titre, l’outro « Til Hel Og Tilbake Igjen » fait figure de tête de proue de l’album).

Un autre constat déjà présent sur Belus se dresse dans l’imaginaire de l’auditeur : ce Fallen, comme son prédécesseur, est païen au possible, autrement dit très sauvage dans ses mélodies et ambiances, comme l’était Det Som Engang Var en son temps. Ainsi, Varg pratique sur « Vanvidd » des hurlements qui rappeleront sans mal une meute de loups et qui ont le mérite de coller avec le riff principal (par ailleurs très bon). « Enhver Til Sitt » et ses couplets sous forme de guitares lancinantes est pratiquement incantatoire, d’autant que Vikernes propose toujours un chant à mi-chemin entre le Black Metal et la décantation pure et dure. Aussi dégage-t’il un simili d’atmosphères sympathiques cet album, malgré le fait qu’il ne rejoindra jamais les œuvres cultes du norvégien. Plus aérien que jamais et aussi bien plus bucolique, il nous plonge plus dans ce qui serait un périple guerrier dans les immensités nordiques qu’un voyage dans les tréfonds de l’âme. Preuve du surplus de « lumière » donnée par Varg à son œuvre musicale, « Budstikken », meilleur morceau de l’album sans doute, porté par un passage tout bonnement envoûtant en mid-tempo et des chœurs très contemplatifs soutenus par des guitares superbes. Ces chœurs, déjà présents sur Belus sont ici bien plus développés, au point d’en faire des refrains surprenants (« Valen »).

On sera cependant tenté de juger Fallen sévèrement bien sûr, et qui ne le ferait pas ? Varg débarque avec des années de retard et dans un registre presque similaire, il rate la case Enslaved ou Windir. Aussi n’innove-t’il en rien cet album. Mais ce n’est certainement pas là son but et ce n’est pas non plus ce à quoi l’on s’attend après un Belus déjà très classique dans son approche structurelle et thématique. Reste que Fallen possède un quelque chose qui plait et pousse à l’écouter attentivement, jusqu’à un stade où vous le trouverez certainement meilleur que Belus. Burzum évolue donc et dans un sens des plus curieux. L’adolescent révolté qui brûlait des églises a laissé la place à un vieil homme certainement blasé et assagi qui ne vit que pour sa musique et propose dès lors sa vision musicale au sens large dans ce Fallen qui ravira certainement son monde et qui suit la lignée de Belus tout en prenant le parti de dérouter via une production plus claire et des riffs bien moins déprimants que par le passé. Certains crieront au recul, d’autres verront là une évolution logique ; reste que les atmosphères manquent au niveau du clavier, surtout à l’écoute de l’outro de l’opus, qui laisse imaginer les possibilités d’un Varg retournant à nouveau sa veste. Néanmoins les titres composant ce huitième opus sont quasiment tous bons (excepté « Jag Faller » trop poussive) et ce Fallen s’écoute avec plaisir, même s’il ne faut pas s’attendre à une révolution du genre, rêve que l’homme a déjà réalisé et idéal qu’il n’a certainement jamais songé à atteindre, cherchant seulement à jouer la musique à partir du feu qui le consume.



Une chro en (9/10)
  Afficher / masquer la traduction automatique
  Voir l'article original



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Sacré Varg ! Je ne l'ai toujours pas écouté, mais je ne pense pas être vraiment surpris. Belle chronique en tout cas.
sam. 19 févr. 11- 13:43  
Beau pavé en effet. Similaire à Belus... cet album devrait me plaire. Je fais parti de ceux qui préfère son retour à un Filosofem dont je n'ajouterai aucun qualificatif...

En tout cas, vraiment, superbe pavé !

mer. 23 févr. 11- 18:13  
Merci beaucoup de vos commentaires. Varg n'est plus le même et l'on retourne à un paganisme lumineux curieux mais rien de transcendant, juste agréable.
sam. 26 févr. 11- 14:29  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Fallen - Infos

Voir la discographie de Burzum
Infos de Fallen
acheter sur Amazon
Sortie : 7 mars 2011
Genre : Black Metal
Label : Byelobog Productions
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Fra Verdenstreet (01:02)paroles de Fra Verdenstreet
2. Jeg Faller (07:49)paroles de Jeg Faller
3. Valen (09:21)culte !culte !paroles de Valen
4. Vanvidd (07:06)paroles de Vanvidd
5. Enhver til Sitt (06:16)paroles de Enhver til Sitt
6. Budstikken (10:10)paroles de Budstikken
7. Til Hel og Tilbake Igjen (05:57)paroles de Til Hel og Tilbake Igjen
écouter : Ecouter l'album



Burzum

Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège




Groupes en rapport



Xasthur
Xasthur
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : États-Unis


Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Liebe Ist Für Alle Da
Liebe Ist Für Alle Da
2009

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Reise, Reise
Reise, Reise
2004

Rammstein
Rammstein
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Axioma Ethica Odini
Axioma Ethica Odini
2010

Chronique de Frost
Frost
1994

Enslaved
Enslaved
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Likferd
Likferd
2003

Chronique de 1184
1184
2001

Chronique de Arntor
Arntor
1998

Windir
Windir
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Pagan/Folk
Origine : Norvège


Slaughter
Slaughter
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : Canada