Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Love and Other Disasters

Chronique de Love and Other Disasters

Sonic Syndicate  - Love and Other Disasters (Album)

 2 
10

Une baisse de régime? Un ratage complet oui!



Parfois, les groupes les plus productifs devraient se poser un peu, prendre leur temps pour composer un album intéressant et surtout original. Une année seulement après un Only Inhuman plutôt sympathique à défaut d'être réellement innovant, Sonic Syndicate revient avec un Love and Other Disasters qui, rien qu'au regard du nom, ne sent pas très bon.
Le programme est toujours le même: une musique actuelle (teenage devrais-je dire), mélangeant éléments Death Mélodique à la In Flames et Metalcore gentillet, le tout saupoudré d'une bonne dose de pseudo-ballades niaises et très pompeuses.
Chronique d'un raté total.


Dès le premier coup d'oeil, on sent que Love and Other Disasters se place dans la lignée de son prédécesseur. Logique continuité ou simple repompe des idées? Difficile de savoir, d'autant que la musique proposée n'est qu'un clone raté d'Only Inhuman...
Pourtant, l'opus démarre tranquillement avec un "Encaged" très Death Mélo à la suédoise. Sans être foncièrement mauvais, ce titre se laisse écouter, de la même manière qu'on pouvait s'envoyer le contenu entier d'Only Inhuman. Seulement tout se gâte avec la suite: "Hellgate: Worcester" dévoile le côté sombre de Sonic Syndicate, la face littéralement ennuyante du combo suédois. Un refrain dégoulinant, des couplets inintéressants... Et les choses ne vont pas aller en s'arrangeant...

Mis à part un "Jack of Diamonds" ou un "Damage Control" très Dark Tranquillity dans ses riffs, la totalité de l'opus est d'une qualité très moyenne, on n'est malheureusement pas loin de goûter à une soupe musicale froide et insipide. Le chant clair de Roland Johansson (son dernier album avec les Sonic Syndicate d'ailleurs, probablement l'un des membres du groupe qui s'en sortira le mieux à l'avenir), sans être forcément faux, se veut lassant, perdu entre des effets ultra-niais ("Contradiction", "Fallout") et d'autres tout simplement ratés ("Red Eyed Friend").

Musicalement, Sonic Syndicate a sensiblement voulu se rendre plus attractif. On ne compte plus les ballades pour minettes, et le peu de fois où le groupe s'en tire à peu près, c'est pour nous pondre des titres qui auraient leur place sur Only Inhuman... Pourtant, Love and Other Disasters est doté d'un gros son (là encore proche de son prédécesseur), mais il est clair que cela ne suffit pas. On reconnaîtra également quelques riffs sympas sans être non plus transcendants ("Affliction"...) et d'autres arrangements intéressants, mais l'intérêt d'écouter un tel album s'arrête clairement ici, ne cherchez pas d'autres raisons, il n'y en a pas.


Au final, le Sonic Syndicate époque Eden Fire est loin, très loin. N'y allons pas par quatre chemins, Love and Other Disasters est mauvais. Si ce n'est des compositions calibrées radio, il n'y a eu aucune évolution depuis la sortie d'Only Inhuman un an plus tôt. Les morceaux s'enchaînent, se ressemblent et s'oublient aussi vite qu'ils sont arrivés. Pourtant, et je le répète, le combo suédois a quelques bonnes idées, notamment au niveau de certains riffs et d'arrangements, mais le chant clair définitivement niais vient démolir le tout à grands coups de pompes.
Il est clair que Sonic Syndicate n'a pas réalisé son opus de prédilection, je vous conseille de vous tourner vers les premiers efforts du groupe, si encore en avez-vous le courage après l'écoute de Love and Other Disasters...

Plutôt

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Devenu un fer de lance de la nouvelle vague de pseudo « Death Mélodique » Suédois instituée par Soilwork, Scar Symmetry ou In Flames dans ses dernières productions, Sonic Syndicate officie depuis 2005 dans ce qui se rapproche plus d’un mix entre Screamo et Metalcore que d’une inspiration réellement Death Metal.

Car n’est pas Death Metal qui veut, et ce n’est pas avec ce troisième album que les Suédois se rapprochent dudit genre tant convoité. Passons cependant ces considérations dérisoires, car les étiquettes sont choses futiles face à la musique.
Comme dit précédemment, le son de Sonic Syndicate empreinte grandement à la scène Screamo/Metalcore, Bullet for My Valentine ou As I Lay Dying en tête. Le groupe ayant déjà remporté un succès conséquent, attirant grand nombre de jeunes au cœur brisé et à la folle envie de revendiquer son amour ardent pour le Death Metal (qui n’en est finalement pas), Nuclear Blast les pris donc sous son aile en 2007. Cette union donna naissance à Only Inhuman, doté d’un son bien plus conséquent, mais toujours insuffisant pour tromper l’auditeur avertie sur la pseudo violence du groupe. Un an plus tard, les membres sortent du fourneau Nuclear Blast « Love and others disasters ».

Véritable repompe de son grand frère, je ne sais s’il faut parler dans la présente d’autoplagiat ou simplement d’un remplissage de discographie pour assouvir des impératifs commerciaux (je ne m’attarderai d’ailleurs pas sur le clip de « jack of diamonds », tout droit sortie d’une série pour ados américaine et en plein phare sur la poitrine de la demoiselle du groupe). Les jeunes suédois se reposent donc sur les recettes si aisées du genre pour pondre une musique avec aussi peu d’âme que de virilité (pour ne pas être grossier). Un chant metalcore crié sans prétention et des grosses rythmiques pour montrer que l’on est violent, quelques ballades, du piano et une voix claire mielleuse pour montrer que quand même, on est peut être trve metal, mais on a des sentiments, et du clavier à la In Flames nouvelle génération pour tenter de se démontrer éclectique.
Mais le jeu de batterie soporifique, les harmonies à la tierce entendues d’indénombrables fois et la redondance des morceaux ne trompent pas. Ainsi l’album se clôture de manière aussi peu marquante qu’il commence.


Voyageurs en quête d’un véritable Death Mélodique qui en a dans le pantalon, passes ton chemin, et mises plus sur un « Jester Race » ou « The gallery » dans les contrées Suédoises. Quant à toi, jeune screamer avide de metalcore faussement death, ces deux points sont pour toi.
Et le .1 pour le coiffeur/maquilleur qui s’est quand même donné du mal. Ben ouais quoi.

(1) Modifier l'article
par Kale, le 10 février 2010
Voir toutes les chroniques de Kale


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Love and Other Disasters - Infos

Voir la discographie de Sonic Syndicate
Infos de Love and Other Disasters
acheter sur Amazon
Sortie : 19 septembre 2008
Genre : Death Mélodique
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Encaged (4:26)culte !culte !écouterparoles de Encaged
2. Hellgate: Worcester (3:23)à écouter en premierparoles de Hellgate: Worcester
3. Jack of Diamonds (3:41)culte !culte !listenparoles de Jack of Diamonds
4. My Escape (4:10)écouterlistenparoles de My Escape
5. Fallout (3:51)à écouter en premierparoles de Fallout
6. Power Shift (3:32)listenparoles de Power Shift
7. Contradiction (3:32)écouterlistenparoles de Contradiction
8. Damage Control (3:49)culte !culte !paroles de Damage Control
9. Red Eyed Friend (4:43)paroles de Red Eyed Friend
10. Affliction (5:11)à écouter en premierécouterlistenparoles de Affliction
écouter : Ecouter l'album

Sonic Syndicate

Sonic Syndicate
Sonic Syndicate
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


The Unguided
The Unguided
Voir la page du groupe
Création : 2010
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède


Soilwork
Soilwork
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

In Flames
In Flames
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de You
You
2013

Chronique de The Nemesis Construct
The Nemesis Construct
2010

Chronique de The Nemesis Construct
The Nemesis Construct
2010

Emergency Gate
Emergency Gate
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Allemagne


Albums chroniqués :
Chronique de Atoma
Atoma
2016

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de Fiction
Fiction
2007

Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Unseen Empire
The Unseen Empire
2011

Scar Symmetry
Scar Symmetry
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:
  • Epica - 9 nov. 15 (Lille)


Albums chroniqués :
Chronique de Scream Aim Fire
Scream Aim Fire
2008

Chronique de The Poison
The Poison
2005

Bullet For My Valentine
Bullet For My Valentine
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Powerless Rise
The Powerless Rise
2010

Chronique de An Ocean Between Us
An Ocean Between Us
2007

As I Lay Dying
As I Lay Dying
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: