Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Beyond The Veil

Chronique de Beyond The Veil

Tristania  - Beyond The Veil (Album)

 9 
10

Derrière le voile



Si Widow's Weeds est l’album qui révéla Tristania dans ses débuts, Beyond The Veil est sans conteste celui qui lui apporta la notoriété, et qui lui a permis d’être classé parmi les groupes emblématiques de métal gothique. Bien des raisons à ce succès ; mais d’abord la qualité des compositions de Morten Veland et du chant de Vibeke Stene.
Une fois n’est pas coutume, l’album commence par sa chanson éponyme. Elle débute sur un morceau de chant féminin inspiré de la musique du XVIIIème ; sans préavis, la batterie explose, accompagnée de la guitare et d’un chœur scandé. Un grognement de Morten Veland vient préluder à son chant death ; le chœur féminin l’accompagne, parfois prend le relais. Il utilise également par moment une voix « clean », normale.
Aphelion enchaine avec un solo de guitare ; c’est une de ces chansons où mélodies classiques et métal y sont imbriqués avec un réel art, et pas simplement collés entre elles avec plus ou moins de bonheur. Non, ici les deux types de mélodies ne sont pas dissociables ; au lieu d’illustrer l’antithèse entre les styles, ou la maladresse du compositeur, elle fait réellement la synthèse des influences. Bien peu de groupes de métal gothique y arrivent ; trop souvent on a l’impression d’écouter des chansons faites de brique et de broque, un assemblage de morceaux piochés un peu partout et cousus entre eux comme des pièces sur la chemise d’un mendiant.
Le chœur féminin revient en force dans A Sequel of Decay, où le chant death ne fait que des apparitions brèves; par contre un chœur monastique, sur la fin, vient mettre une touche religieuse dans cette chanson typiquement gothique, qui ne parle que désolation et des mirages de l’âme…
Le côté death revient ensuite en puissance dans Opus Relinque, growl comme on l’aime. Le chœur féminin continue de lui donner la réplique avec à-propos, dans un style tantôt rappelant vaguement l’opéra italien, tantôt monastique ; mais la voix black vient tout balayer dans une ultime charge.
Lethean River suit, plus sombre, plus gothique. Elle débute dans le style monastique sur les mots « Agnus Dei » chanté par Vibeke Stene, puis l’opposition reprend entre voix féminines et death ; mais l’équilibre penche nettement en faveur des voix féminines.
Malgré une intro un peu heavy, … Of Ruins and Red Nightfall continue dans le même registre, avant Symbelmine, une petite transition au piano. Angina est un poil déconcertante. On y sent les prémices de Sirenia, mais des bouts de chant grégorien et des vocales féminines un peu mozartiennes viennent s’y greffer. Elle rompt un peu la cohésion de l’album mais dégage plus d’énergie et de puissance que les précédentes.
Vient ensuite Heretique, une piste où Vibeke Stene n’intervient pas. Elle est remplacée par une voix masculine épique, moins grave que les autres voix masculines, et jouant sur des tempos longs sur fond de blast beat Au finale on obtient une chanson un peu décalée, plutôt épique que gothique, mais excellente.
Enfin Dementia vient conclure l’album. Les cuivres et le synthé produisent au début une curieuse petite mélodie argentée. Après quoi voix death et black viennent à leur façon nous souhaiter adieu et bon retour dans notre monde, bien loin de celui ou cet album nous a plongé.
Quelques mois après la sortie de cet album, Morten Veland quitta la formation pour « divergences musicales ». Il fonda son propre groupe, Sirenia, et emmena avec lui beaucoup de l’âme de Tristania
Beaucoup de choses ont étés dites et écrites sur les raisons de ce départ ; ce qui est sure c’est qu’après le groupe ne fit plus preuve de la même rigueur ni de la même technicité.
Beyond The Veil… En français : derrière le voile. Pour comprendre et apprécier cette musique à sa juste valeur, il fallait aller au-delà des apparences. Voila qui peut ne pas plaire à tout le monde…
Il est tout de même triste de voir que les groupes de métal, arrivés à un certain point de notoriété, éclatent quasi systématiquement. Comme un arbre dont les branches sont devenus trop lourdes, et tirent chacune de leur côté…

(0) Modifier l'article
par Ouraz, le 13 août 2008
Voir toutes les chroniques de Ouraz


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Beyond The Veil - Infos

Voir la discographie de Tristania
Infos de Beyond The Veil
acheter sur Amazon
Sortie : 1999
Genre : Gothic Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Beyond the Veil (06:37)paroles de Beyond the Veil
2. Aphelion (07:50)listenparoles de Aphelion
3. A Sequel of Decay (06:33)paroles de A Sequel of Decay
4. Opus Relinque (06:08)écouterparoles de Opus Relinque
5. Lethean River (05:56)paroles de Lethean River
6. .... Of Ruins and Red Nightfall (06:22)paroles de .... Of Ruins and Red Nightfall
7. Simbelmynë (01:00)paroles de Simbelmynë
8. Angina (04:39)listenparoles de Angina
9. Heretique (04:51)listenparoles de Heretique
10. Dementia (02:21)paroles de Dementia
écouter : Ecouter l'album



Tristania

Albums chroniqués :
Chronique de Darkest White
Darkest White
2013

Chronique de Rubicon
Rubicon
2010

Chronique de Beyond The Veil
Beyond The Veil
1999

Chronique de Widow weeds
Widow weeds
1998

Tristania
Tristania
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Gothique Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Sirenia
Sirenia
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Metal symphonique
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Moonbathers
Moonbathers
2016

Chronique de Lucidity
Lucidity
2006

Delain
Delain
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts: