Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Widow weeds

Chronique de Widow weeds

Tristania  - Widow weeds (Album)

Widow's weed



Widow’s weed est le premier album studio de Tristania. Dans un style gothique doomisant produit en 1998, il précède l’album dark gothic Beyond the Veil (1999) considéré comme un chef d’œuvre du genre. Le line up de Tristania est alors grandiose, réunissant 5 musiciens dont Stene (chant lyrique) et Veland (chant death et black, guitare et composition): les 2 grandes figures du groupe. Depuis le morcellement de la bande, les compositions de Tristania peinent à égaler celles du talentueux Veland et les chanteuses de Sirenia (son nouveau groupe) peinent à égaler Stene.


1/ la mélodie dépeint parfaitement la succession de sentiments que l’on éprouve à la perte de l’être aimé :
la colère, la solitude, la tristesse, et la douleur
Widow’s weed, le vêtement de la veuve, a été ma seule compagnie pendant la semaine où je décidais de quitter la personne que j’aimais. Pendant cette semaine interminable j’ai éprouvé la succession de sentiments dépeints par la musique : la colère, la solitude, la tristesse, et la douleur. D’abord, la violence de la mélodie d’Evenfall dépeint la colère que la jeune veuve ressent à la perte de son bien aimé : la voix de Stene qui se détachait du reste du chœur pendant l’introduction plutôt calme devient soudainement plus agressive et les grunts de Veland font leur entrée. Mais voilà que la musique se calme, le piano de Moen est mis au devant de la scène; la veuve commence à accepter sa situation. Elle prend conscience de sa solitude. Cette solitude est exprimée la narration que fait Stene laissée pratiquement seule par le reste des musiciens devenus très discrets.
La colère, la solitude, puis la tristesse. « trespass the shadows in my heart » « replace the bridges she once lost » : un appel à l’aide est lancé à la Pale Enchantress interprétée par Stene. Sa voix devient fantomatique et s’évanouit à la fin de la piste comme si elle n’avait été qu’une apparition. La veuve passe aux longues nuits d’insomnies et aux nombreuses larmes irréprimables. Suit le désespoir peint dans Decembre Elegy et Midwintertears qui reprend les mêmes thèmes que Pale Enchantress ; à la perte d’un être cher, alors qu’on pense avoir avancé dans son deuil, on se rend compte qu’on fait du sur place. Enfin, la douleur : « my bleeding heart » un ultime cri lancé par les voix black et death.

2/ les voix sont d’une grande diversité
à la technique de base de la belle et la bête (chant féminin lyrique/voix death) s’ajoutent des chœurs, la voix d’un ténor, des murmures et une voix black
Voix black, death, chœurs, soprano, ténor, murmures, grâce à cette grande diversité de voix, on ne s’ennuie pas une seule seconde ! l’utilisation de plusieurs chanteurs reste jusqu’à ce jour une qualité de Tristania (et de Sirenia). En parlant de Sirenia, sur Wasteland's Caress, les voix death et black se répondent comme un écho : idée géniale que Veland reprend sur On the wane (album at sixes and sevens). Les rugissements puissants de Veland effraient et fascinent ! Et si le chant de la Bête ne vous séduit pas mesdames, la voix suave d’Østen Bergøy vous enlèvera à coups sûrs. Quant à vous messieurs, les murmures de la Belle sur December Elegy ne vous laisseront certainement pas indifférents.
Des chœurs puissants viennent épauler Stene pour les deux dernières pistes de l’album qui touche à sa fin. Ils chantent une dernière fois en latin avant de laisser place à la musique de la pluie. Toutes ces voix se mêlent à l’alliance d’instruments métal et néo-classiques (Johansen, le violoniste de The Sins of Thy Beloved est invité !) pour former des mélodies d’une grande finesse et d’une grande richesse.

3/ les paroles produisent un véritable film, des images peintes de sons.
La musique devient alors la bande originale de notre film intérieur. Ces voix nous chantent des paroles peignant une marche solitaire sous la pluie, un ange qui erre dans la nuit, une bougie qui s’éteint sous les larmes, une mer de désespoir, un cœur noué par le brouillard, des pluies d’été et des larmes d’hiver, des secrets hurlants et des hurlements silencieux.
Nous sommes à la cérémonie d’enterrement du défunt époux dans Preludium : la porte d’une église se referme sur un temps pluvieux, un chœur chante un requiem. Quand la cérémonie prend fin avec Postludium, nous quittons l’église avec la jeune veuve. Dehors, le tonnerre gronde et l’orage éclate.
Entretemps, nous avons été entrainés dans une longue rêverie. Dans Angellore, trois enfants jouent et rient dans un jardin luxuriant et lumineux quand les guitares nous tirent soudainement dans un souterrain froid et sombre. La musique a un côté mécanique qui me fait penser aux rouages d’une horloge. Les enfants sont devenus un ténor, une Belle et une Bête qui chantent une douleur insurmontable « may I overcome ? » S’ensuit My Lost Lenore : les voix black et death se superposent « I reveal my heart to this beauty dressed in dark » disent-elles. Elles sont accompagnées par un piano mis au premier rang devant le reste des instruments et d’une voix soprano lointaine. Cette belle vêtue de noir n’est autre que Lenore, le grand amour défunt des œuvres de Poe, le grand auteur gothique. Stene nous parlent d’un corbeau, en référence à la fameuse nouvelle de Poe : The Raven. Cette nouvelle traite d’un étudiant qui pleure sa défunte bien aimée : Lénore. Il reçoit la visite d’un corbeau qui lui dit qu’il ne la retrouvera jamais plus. « Nevermore !» L’animal démoniaque reste à jamais dans cette chambre où gît l’âme de l’amoureux mort de chagrin.

Tracklist : 1/ Preludium 2/Evenfall 3/Pale enchantress 4/December elegy 5/Midwinter tears 6/ Angellore 7/My lost Lenore 8/Wasteland’s caress 9/Postludium

(1) Modifier l'article
par Waifai, le 27 février 2015
Voir toutes les chroniques de Waifai


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
Waifai  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Widow weeds - Infos

Voir la discographie de Tristania
Infos de Widow weeds
acheter sur Amazon
Photo
Autre pochette pour Black Ice
Photo
Tristania - Widow weeds


Sortie : 1998
Genre : Gothic Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Preludium (01:09)paroles de Preludium
2. Evenfall (06:53)listenparoles de Evenfall
3. Pale Enchantress (06:31)paroles de Pale Enchantress
4. December Elegy (07:31)paroles de December Elegy
5. Midwintertears (08:32)paroles de Midwintertears
6. Angellore (07:16)paroles de Angellore
7. My Lost Lenore (06:23)listenparoles de My Lost Lenore
8. Wasteland's Caress (07:40)paroles de Wasteland's Caress
9. ....Postludium (01:12)paroles de ....Postludium
écouter : Ecouter l'album



Tristania

Albums chroniqués :
Chronique de Darkest White
Darkest White
2013

Chronique de Rubicon
Rubicon
2010

Chronique de Beyond The Veil
Beyond The Veil
1999

Chronique de Widow weeds
Widow weeds
1998

Tristania
Tristania
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Gothique Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Sirenia
Sirenia
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Metal symphonique
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Moonbathers
Moonbathers
2016

Chronique de Lucidity
Lucidity
2006

Delain
Delain
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Raven
Raven
Voir la page du groupe
Création : 1974
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: