Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Watershed

Chronique de Watershed

Opeth  - Watershed (Album)

 8 
10

Maîtrise des genres



2008 fut une année cruciale pour Opeth. Lindgren (guitare) parti, tout comme Lopez (batterie), le groupe se devait de retrouver un line-up stable et à la hauteur de son passé. C’est donc avec Fredrik Akesson et Martin Axenrot que la formation entame cette année 2008, année marquée par la sortie de leur nouvel album Watershed. Dès lors, peut-on parler de changement artistique ?

En démarrant avec une ballade, Opeth surprend. « Coil » est en effet une introduction sobre où la voix d’Akerfeldt laisse un instant la place à une voix féminine (la petite amie d’Axenrot). Si le morceau ne déborde pas par son originalité, il permet néanmoins d’amorcer le départ d’ « Heir apparent », aussi violent qu’inattendu : les guitares vrombissent et ne s’arrêtent que pour laisser place à une petite mélodie de piano angoissante. La puissance vocale d’Akerfeldt explose alors sous des mélodies Death terriblement efficaces. Les riffs sont excellents de bout en bout, le solo de départ (composé par Akesson) est barré et déroutant quand on connaît Opeth. Une entrée en matière réussie pour un titre aussi efficace que jouissif, qui entre directement dans les compositions les plus violentes du groupe.

Watershed est particulier. Si les influences d’Opeth étaient déjà présentes sur les précédents essais du combo, elles le sont davantage sur cet opus. L’influence majeure qui se dégage alors de ces compositions est la musique psychédélique, en particulier celle des années 70. Preuve en est avec la très Rock « Burden » où les guitares et le clavier rappellent les anglais de Pink floyd. D’autres sonorités viennent également marquer cet album, à l’image d’un « Hessian Peel », à l’imaginaire oriental. Plus que primordial, le clavier apporte une touche supplémentaire à la musique d’Opeth. Le surprenant passage funky sur « The Lotus Eater » et le solo présent sur « Burden » témoignent de cette mise en avant de l’instrument.

Si ces évolutions frappent à l’écoute de ce skeud, Opeth conserve son image : le chant d’Akerfeldt est toujours aussi puissant dans ses grawls et beau dans ses envolées lyriques, la musique toujours aussi prog’ et mélodique, Akerfeldt restant le principal compositeur de la formation. « Porcelain heart » par exemple, reste dans la plus pure tradition opethienne : l’alternance entre acoustique et électrique et le côté mélancolique propre au groupe, ainsi qu’une certaine similitude avec « The Grand Conjuration », morceau-phare de Ghost Reveries illustre bien cela. Alors oui, Opeth a évolué, son côté progressif est plus prononcé (« Hex Omega »), mais on ne peut pas véritablement parler de changement, plutôt d’une suite logique amorcée par Ghost Reveries.

Une bonne surprise que ce nouvel album d’Opeth qui rassure quant à sa pérennité sur la scène Metal progressive et laisse même présager le meilleur pour les Suédois.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Watershed - Infos

Voir la discographie de Opeth
Infos de Watershed
acheter sur Amazon
Sortie : 30 mai 2008
Genre : Death Metal Progressif
Label : Roadrunner Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Coil (03:07)écouterlistenparoles de Coil
2. Heir Apparent (08:51)paroles de Heir Apparent
3. The Lotus Eater (08:48)paroles de The Lotus Eater
4. Burden (07:41)listenparoles de Burden
5. Porcelain Heart (08:01)listenparoles de Porcelain Heart
6. Hessian Peel (11:26)paroles de Hessian Peel
7. Hex Omega (06:59)paroles de Hex Omega
écouter : Ecouter l'album



Opeth

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de The Incident
The Incident
2009

Chronique de Fear Of A Blank Planet
Fear Of A Blank Planet
2007

Porcupine Tree
Porcupine Tree
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Primordial
Primordial
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Irlande

Rapports de concerts: